Sign In Forgot Password

M A Weekly Bulletin - PQRQCHQT EMOR 1ER MAI 2021/ 19 IYYAR 5781

04/29/2021 03:28:09 PM

Apr29

M.A. WEEKLY - 1ER MAI   2021/ 19IYYAR  5781
                        PARACHAT EMOR 

SHABBAT TIMES
candle lighting 7:42 pm
chabbat morning: 9   am
havdalla  8:52 pm

 

 

PARACHAT EMOR 1ER MAI 2021 19 IYYAR 5781

 

LAG BAOMER : VENDREDI 30 AVRIL 2021

 

YOM YERUCHALAYIM   DIMANCHE 2 MAI 2021

 

Pas de tahanun dans les prières pendant ces 2 jours

 

et on ajoute le Hallel le jour de yom Yerushalayim 

 

Bon anniversaire à Moussa  Saad

 

Prières : Chahrit 9:00 am (spanish) Minha 6:30 pm (Chevra)

 

 

Hazkarot:  

 

 Joseph Mosseri Ben Eliahou(zl) , frère de Léon Mosseri

 

Frida Sasson Lévy,(zl) soeur de Selim Sasson et Yvonne Hazan

 

  Rahel Saad , mère  de Moussa Saad

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

In honor of Yom Yerushalayim 

lyrics of im eshkahekh

 

m eshkachech yerushalayim

 

Tishkach yemini

 

Tidbak leshoni lechiki

 

Im lo ezkerechi

I

m lo a’aleh et yerushalayim

 

Al rosh simchati

 

Translation (Psalms 137)

If I forget thee, O Jerusalem,

let my right hand forget her cunning.

Let my tongue cleave to the roof of my mouth,

if I remember thee not;

if I set not Jerusalem above my chiefest joy.

 

 

   

 

 

 

 

 

SOMMAIRE DE LA PARACHA :

 

« Parle aux pontifes, fils d’Aharon et dis-leur »

La paracha de Emor (« Parle ») commence par l’énoncé des lois concernant les Cohanim (les « prêtres »), le Cohen Gadol (le « Grand-Prêtre ») et le service du Temple : un Cohen ne doit pas se rendre rituellement impur par le contact avec un cadavre, si ce n’est lors de la mort d’un parent proche. Il ne peut épouser une femme divorcée ou qui s’est déshonorée par la débauche. Le Cohen Gadol ne peut épouser qu’une femme vierge. Un Cohen atteint d'une difformité physique ne peut effectuer de service dans le Temple, de même qu’un animal atteint d’une malformation ne peut y être offert.

Un veau, un agneau ou un chevreau nouveau-né doit être laissé avec sa mère pendant sept jours. Il est interdit d’abattre un animal et sa progéniture le même jour.

La paracha énumère ensuite les Convocations Saintes, les fêtes du calendrier juif : le Chabbat hebdomadaire, le sacrifice pascal le 14 du mois de Nissan vers le soir et les sept jours de la fête de Pâque (Pessa’h) commençant le 15 Nissan. L’offrande du Omer sur les prémices de la moisson d’orge a lieu au second jour de la fête de Pâque à partir duquel, pendant quarante-neuf jours, a lieu le compte du Omer qui aboutit à la fête de Chavouot, le cinquantième jour. « Une commémoration de sonnerie de Choffar » a lieu le premier Tichri (Roch Hachana) ; le 10 Tichri un jour de jeûne solennel (Yom Kippour) ; la fête de Souccot pendant laquelle, à partir du 15 Tichri, on réside dans des cabanes et l’on prend les « quatre espèces » (palmier, myrte, saule et cédrat), suivie immédiatement par la fête du « huitième jour » de Souccot (Chémini Atséret).

Emor se termine par l’incident lors duquel un homme fut exécuté pour blasphème et l’énoncé des peines applicables en cas de meurtre (la mort) et de blessure à son prochain ou dégradation de sa propriété (compensation financière)

 

 

 

YOM YERUSHALAYIM

thanking God for the victory in the Six-Day War and for answering the centuries old prayer for the “Next Year in Jerusalem.”

As a public holiday in Israel, the 28th day of Iyar (which falls six weeks after Passover Yom Yerushalayim is the most recent addition to the Hebrew calendar.

Shortly after Israel declared its independence in 1948, neighboring Arab nations attacked the newly formed country in a series of battles known as the Arab-Israeli War. Following the war, terms were established leaving the city of Jerusalem under divided control. Israeli forces controlled most of the city, but East Jerusalem, including what became known as the Old City, was controlled by Jordanian forces.

The Old City was important to all concerned because of its religious significance. Inside the Old City were the Dome of the Rock and al-Asqa Mosque (Muslim); the Church of the Holy Sepulchre (Christian); and the Temple Mount and Western Wall (Judaism).

One June 7, 1967, on the first day of the Six-Day War, the Israeli armed services captured the old city of Jerusalem, reunifying the city.

For those who celebrate the day, Yom Yerushalayim is a time for the recitations of the Hallel prayer for praise and thanksgiving. Synagogues will hold special services, parades will fill the streets, parties, singing and dancing, and special family meals will highlight the activities. Schools and synagogues will hold guest lectures on the history and future of Jerusalem. In the city itself, memorial services and public ceremonies will be held honoring those who died during the Six-Day War.

and concern for the surviving family and respect for the deceased. Invitations to a funeral are rarely offered, but friends are always encouraged to attend. In Judaism accompanying the family to the gravesite is one of the highest forms of kindness.

Because of the sensitive nature of the time of loss, a rabbi should be consulted for proper procedures for mourning during the holiday, particularly in complicated situations. The rabbi will take into account the circumstances, traditions and Scripture and offer guidance.

Remembering Loved Ones during Yom Yerushalayim

Though Yom Yerushalayim is a primarily a time to celebrate, moments are set aside to commemorate, honor and reflect on those who lost their lives in service to their city and country. Remembering the lost becomes especially meaningful if a family member served in the military.

Because Jewish festivals contain moments of remembrance and family, the modern holiday of Yom Yerushalayim is an appropriate time to honor deceased family members as well. Lasting tributes such as contributions to charities, hospitals or hospices, synagogues or other organizations provide meaningful memorials for departed loved ones.

 

 

 

 

 

 

 

LAG BAOMER - EMOR

 

"I can exempt the entire world from Judgment"

 

The power of Rav Shimon Bar Yochai

 

 

Regarding the power of RASHBY, it says in the Gemara "Rabbi Yermiya said in the name of Rabbi Shimon Bar Yochai: I can exempt the entire world from Judgment." In order to understand the enormous power of RASHBY let us look into what it says in the sefer Shmuot Tovot of Rabbi Baruch of Mezhibov zy'o – that in This World the Halacha is not ruled according to RASHBY, as it says in Knesset Hagdola in the name of the ruling rabbis: Wherever there is a dispute between the students of Kabala versus the students of the Gemara, the Halacha is not like the Kabala students (Mikubalim).

However, we must know that in the Upper World the Halacha is like the Kabalists, like RASHBY and his friends.

It is also brought down in the sefer Vaykhel Moshe written by the Mikubal Rabbi Moshe of Prague ob'm who was a disciple of the ARIZ'L: Most of the time the Halacha is not like RASHBY in the Gemara because the world is not worthy for it in our days but in Future Times the Halacha will be like RASHBY and in these laws one can reveal Torah secrets.

 

We must understand this matter, why the Halacha is not like Rav Shimon Bar Yochai in This World but only in the Upper World.

 

We will first bring down the explanation of the Bnei Yissachar that the main happiness on Lag Baomer day when RASHBY passed on to Heaven is because on this day RASHBY instructed his student Rabbi Abba to write all the hidden secrets that were revealed to him, so that a blessing would remain for Israel of the "Hidden Light" until the coming of Mashiach.

It says in the Zohar Zuta: Rabbi Shimon said - Now it is a propitious time and I want to enter the World to Come without embarrassment. There are holy ideas that I have not revealed until now, I want to reveal… so that it will not be said that I left the world lacking. Until now they were in my heart and I have now arranged for you: Rabbi Abba will write, Rabbi Elazar my son will toil on them…."

 

Therefore on Lag Baomer, the day of RASHBY'S demise, there is great happiness and a great Hilula (celebration of the day of passing of a very righteous man) because on this day RASHBY gave permission to his student to write down the secrets explained in the holy Zohar so that the words of the holy Zohar brighten Israel until the coming of Mashiach.

We can say that Lag Baomer is like the day of Receipt of the Torah – the Hidden Torah of Israel.

We should know that this days is propitious for a person to have understanding in the holy hidden parts of Torah.

 

Accordingly, the Bnei Yissachar added, "the customs of Israel are part of the Torah, and it is customary to light candles and fires on this day in honor of the great light that begins to shine on this precious day, Lag Baomer and in honor of the soul of RASHBY, the Torah Light who revealed himself on this day and then rose to Heaven.

 

We shall continue in his path and go according to his holy sefer the Zohar that brightens the entire world and brightens our exile until the coming of Mashiach.

 

SHABBAT SHALOM!!

 Mayer Sasson

 

 

 

 

Retour sur ce grand moment d’émotion à travers le témoignage de deux soldats israéliens ayant pris part à la libération de Jérusalem.

 


Quand le Mur occidental fut libéré en 1967, les Juifs du monde entier frissonnèrent d'exaltation à la pensée que le Kotel était de nouveau entre nos mains.

Les deux témoignages suivants, faits par des soldats israéliens qui ont pris part à la libération de Jérusalem, illustrent l'importance du Kotel dans le cœur des Juifs à travers toutes les époques.

Le parachutiste Moshe Amirav décrit les premières minutes de son arrivée au Kotel :

« Nous étions un groupe de soldats courant à perdre haleine et perdus sur l'esplanade du Mont du Temple, à la recherche d'un immense mur de pierres. Nous ne nous sommes pas arrêtés pour voir la mosquée d'Omar bien que ce fût la première fois que nous la voyions d'aussi près. En avant! En avant! Nous avons franchi en nous bousculant la porte des Mugrabim et nous sommes restés soudain pétrifiés. Il était là, devant nous! Gris et massif, sobre et silencieux. Le Kotel !

Je me suis approché très lentement, tremblant d'une crainte semblable à celle d'un officiant plein de ferveur s'apprêtant à diriger la prière. Je me voyais comme le messager de mon père, de mon grand-père, de mon arrière-grand-père, et de toutes les générations, au cours de tous les exils, qui n'avaient jamais eu le privilège de le voir, et qui m'avaient en quelque sorte envoyé pour les représenter. Quelqu'un a commencé à réciter la bénédiction "che he'hianou":

"Béni sois-tu Seigneur, notre Dieu, maître de l'Univers, qui nous a fait vivre, qui nous a maintenu en vie et qui nous a permis de vivre cet instant". Mais je n'ai pas pu répondre "Amen". J'ai posé ma main sur les pierres et les larmes qui ont commencé à jaillir n'étaient pas mes larmes. C'était les larmes de tout Israël, des larmes d'espoir et de prière, celles des mélodies hassidiques, des danses juives, des larmes qui brûlaient et embrasaient les pierres grises massives. »

Abraham Duvdevani décrit lui aussi sa première rencontre avec le Kotel :

« Des ruelles étroites, des passages crasseux, des tas d'ordures devant des échoppes fermées, la puanteur des cadavres de légionnaires jordaniens …. Nous n'y prêtions pas attention. Nos yeux étaient rivés sur le dôme doré que l'on voyait de loin. C'était par là-bas qu'il devait se trouver! Nous marchions plus vite pour régler nos pas sur les battements de notre cœur. Nous courions presque. Nous avons croisé un soldat d'une unité d'avant-garde à qui nous avons demandé le chemin et nous nous sommes précipités. Nous avons franchi une porte et descendu quelques marches. J'ai regardé à ma droite et je me suis arrêté net. Le Kotel était là, dans toute sa grandeur, dans toute sa gloire! Je ne l'avais jamais vu auparavant, mais c'était comme un vieil ami qu'on ne peut pas ne pas reconnaître. J'ai tout de suite pensé que je ne devrais pas être là, car le Kotel appartient au monde des rêves et des légendes, et moi, j'étais bien réel.

Ici, tout se rejoint, légende et réalité, rêves et actions. Je suis descendu et je me suis approché du Kotel. J'ai tendu la main vers les énormes pierres taillées. Mais ma main avait peur de ce contact et revint d'elle-même vers moi. Alors, j'ai fermé les yeux, j'ai fait en hésitant un petit pas en avant et j'ai posé mes lèvres sur le Mur. C'est alors que mon émotion se libéra d'un coup et que les larmes jaillirent. Un soldat juif de l'Etat d' Israël pose ses lèvres sur l'histoire.

Dans un seul baiser, le passé, le présent et l'avenir se confondaient. Il n'y aura plus jamais de destruction, et le Kotel ne sera jamais plus déserté. Nous l'avons repris grâce au sang de jeunes soldats juifs, et la valeur de ce sang est éternelle. Le corps s'unit aux rangées de pierres, le visage s'enfonce dans les interstices et les mains tentent d'atteindre son cœur. Près de moi, un soldat murmure, incrédule, "Nous sommes au Kotel, au Kotel…" »

 

LAG  BAOMER :

 

un jour de fête dans le calendrier juif qui célèbre l'anniversaire du décès du grand sage et mystique Rabbi Chimon bar Yo'haï, auteur du Zohar. Il commémore également un autre événement : dans les semaines entre Pessa'h et Chavouot, une épidémie frappa les disciples du grand sage Rabbi Akiva. Le jour de Lag BaOmer est un jour de fête traditionnellement célébré par des sorties (lors desquelles les enfants jouent à tirer à l'arc), des feux de joie, et d'autres réjouissances.

. Des milliers de Juifs se rendent à Mérone, dans le nord d'Israël) auprès du tombeau du grand sage et mystique Rabbi Chimon bar Yo'haï dont ce jour est la Hiloula (l'anniversaire de son décès). Les maîtres 'hassidiques expliquent que le dernier jour de la vie terrestre d'un Juste, "toutes ses actions, ses enseignements et son service de D.ieu" atteignent leur point culminant et le zénith de leur impact sur nos vies. Ainsi, nous célébrons à chaque Lag BaOmer la vie de Rabbi Chimon et la révélation de l'âme ésotérique de la Torah

Lag BaOmer commémore un autre joyeux événement : le Talmud relate que, dans les semaines entre Pessa'h et Chavouot, une épidémie frappa les disciples du grand sage Rabbi Akiva "parce qu'ils ne se comportaient pas avec respect les uns envers les autres" ; Ces semaines sont donc considérées comme une période de deuil, ce qui implique que certaines formes de réjouissances y sont interdites par la loi et la tradition. Le jour de Lag BaOmer, l'épidémie cessa. Ainsi, ce jour porte également le thème de Ahavat Israël, le devoir d'aimer et de respecter son prochain

 

 

 

 

 

Ethique des Pères - Chapitre Quatre  PIRKÉ ABOT

 

1

Ben Zoma dit : « Quel est le sage ? C’est celui qui apprend de toute personne, car il est dit : De tous ceux qui m’ont enseigné j’ai acquis de la sagesse, car Tes préceptes sont l’objet de mes propos. Quel est le puissant ? C’est celui qui contient son [mauvais] penchant, car il est dit : Il est plus louable d’être longanime que puissant ; de dominer ses passions que de conquérir une ville. Quel est le riche ? C’est celui qui est heureux de ce qu’il possède, car il est dit : De l’effort de ta main tu te nourris, heureux tu es et le bonheur est à toi. Heureux tu es : dans ce monde-ci ; et le bonheur est à toi : dans le Monde Futur. Qui est l’objet d’honneurs ? C’est celui qui honore les créatures. Car il est dit : Car J’honore qui M’honore et ceux qui Me dédaignent seront méprisés. »

א

בֶּן זוֹמָא אוֹמֵר: אֵיזֶהוּ חָכָם, הַלּוֹמֵד מִכָּל אָדָם, שֶׁנֶּאֱמַר: מִכָּל מְלַמְּדַי הִשְׂכַּֽלְתִּי, כִּי עֵדְוֹתֶֽיךָ שִֽׂיחָה לִי. אֵיזֶהוּ גִבּוֹר, הַכּוֹבֵשׁ אֶת יִצְרוֹ, שֶׁנֶּאֱמַר: טוֹב אֶֽרֶךְ אַפַּֽיִם מִגִּבּוֹר, וּמוֹשֵׁל בְּרוּחוֹ מִלֹּכֵד עִיר. אֵיזֶהוּ עָשִׁיר, הַשָּׂמֵֽחַ בְּחֶלְקוֹ, שֶׁנֶּאֱמַר: יְגִֽיעַ כַּפֶּֽיךָ כִּי תֹאכֵל, אַשְׁרֶֽיךָ וְטוֹב לָךְ, אַשְׁרֶֽיךָ בָּעוֹלָם הַזֶּה, וְטוֹב לָךְ לָעוֹלָם הַבָּא. אֵיזֶהוּ מְכֻבָּד, הַמְּכַבֵּד אֶת הַבְּרִיּוֹת, שֶׁנֶּאֱמַר: כִּי מְכַבְּדַי אֲכַבֵּד וּבֹזַי יֵקָֽלּוּ.

2

Ben Azaï dit : « Accours pour accomplir [même] une mitsvah mineure [en apparence] et fuis la transgression, car une mitsvah en entraîne une autre et une transgression en entraîne une autre ; car le salaire d’une mitsvah est une mitsvah et la rétribution d’une transgression est une transgression. »

ב

בֶּן עַזַּאי אוֹמֵר: הֱוֵי רָץ לְמִצְוָה קַלָּה, וּבוֹרֵֽחַ מִן הָעֲבֵרָה, שֶׁמִּצְוָה גוֹרֶֽרֶת מִצְוָה, וַעֲבֵרָה גוֹרֶֽרֶת עֲבֵרָה, שֶׁשְּׂכַר מִצְוָה מִצְוָה, וּשְׂכַר עֲבֵרָה עֲבֵרָה.

3

Il avait coutume de dire : « Ne sous-estime aucun homme et ne dédaigne aucun objet, car il n’est pas d’homme qui n’ait son heure, ni d’objet qui n’ait son utilité. »

ג

הוּא הָיָה אוֹמֵר: אַל תְּהִי בָז לְכָל אָדָם וְאַל תְּהִי מַפְלִיג לְכָל דָּבָר, שֶׁאֵין לָךְ אָדָם שֶׁאֵין לוֹ שָׁעָה, וְאֵין לָךְ דָּבָר שֶׁאֵין לוֹ מָקוֹם.

4

Rabbi Lévitas de Yavné dit : « Sois excessivement humble, car l’espérance de l’homme est dans la vermine. » Rabbi Yo’hanane ben Brokah dit : « Celui qui profane le Nom Céleste en secret en sera puni en public, que la profanation du Nom ait été commise par inadvertance ou sciemment. »

ד

רַבִּי לְוִיטַס אִישׁ יַבְנֶה אוֹמֵר: מְאֹד מְאֹד הֱוֵי שְׁפַל רֽוּחַ, שֶׁתִּקְוַת אֱנוֹשׁ רִמָּה. רַבִּי יוֹחָנָן בֶּן בְּרוֹקָה אוֹמֵר: כָּל הַמְחַלֵּל שֵׁם שָׁמַֽיִם בַּסֵּֽתֶר, נִפְרָעִין מִמֶּֽנּוּ בְּגָלוּי, אֶחָד שׁוֹגֵג וְאֶחָד מֵזִיד בְּחִלּוּל הַשֵּׁם.

5

Rabbi Yichmaël ben Rabbi Yossé dit : « Celui qui étudie pour enseigner, la possibilité lui est donnée d’étudier et d’enseigner ; mais celui qui étudie pour pratiquer, possibilité lui est donnée d’étudier, d’enseigner, d’observer et de pratiquer. » Rabbi Tsadok dit : « Ne te sépare pas de la communauté et ne te fais pas avocat [lorsque tu es appelé à juger] ; et ne t’en fais pas une couronne [de la Torah] pour en acquérir de la grandeur, ni une hache destinée à pourfendre. » Ainsi Hillel avait coutume de dire : « Celui qui fait usage de la couronne [de la Torah à ses propres fins] périra. » Ainsi, tu apprends que celui qui tire profit des paroles de la Torah retranche sa vie du monde. »

ה

רַבִּי יִשְׁמָעֵאל בַּר רַבִּי יוֹסֵי אוֹמֵר: הַלּוֹמֵד תּוֹרָה עַל מְנָת לְלַמֵּד, מַסְפִּיקִין בְּיָדוֹ לִלְמוֹד וּלְלַמֵּד, וְהַלּוֹמֵד עַל מְנָת לַעֲשׂוֹת, מַסְפִּיקִין בְּיָדוֹ לִלְמוֹד וּלְלַמֵּד לִשְׁמוֹר וְלַעֲשׂוֹת. רַבִּי צָדוֹק אוֹמֵר: אַל תִּפְרוֹשׁ מִן הַצִּבּוּר, וְאַל תַּֽעַשׂ עַצְמְךָ כְּעוֹרְכֵי הַדַּיָּנִין, וְאַל תַּעֲשֶֽׂהָ עֲטָרָה לְהִתְגַּדֶּל בָּהּ, וְלֹא קַרְדּוּם לַחְתָּךְ בָּהּ, וְכַךְ הָיָה הִלֵּל אוֹמֵר: וּדְאִשְׁתַּמֵּשׁ בְּתַגָּא חֲלָף, הָא לָמַֽדְתָּ, כָּל הַנֶּהֱנֶה מִדִּבְרֵי תוֹרָה, נוֹטֵל חַיָּיו מִן הָעוֹלָם.

6

Rabbi Yossé dit : « Quiconque honore la Torah voit sa personne honorée par les créatures ; et quiconque profane la Torah voit sa personne méprisée par les créatures. »

ו

רַבִּי יוֹסֵי אוֹמֵר: כָּל הַמְכַבֵּד אֶת הַתּוֹרָה, גּוּפוֹ מְכֻבָּד עַל הַבְּרִיּוֹת, וְכָל הַמְחַלֵּל אֶת הַתּוֹרָה, גּוּפוֹ מְחֻלָּל עַל הַבְּרִיּוֹת.

7

Rabbi Yichmaël son fils dit : « Celui [le juge] qui réserve la prononciation d’un jugement [pour rechercher le compromis entre les parties] s’affranchit de l’hostilité, du vol et [de la responsabilité] du faux serment ; mais celui qui se gonfle d’orgueil en rendant [de façon péremptoire] des jugements est stupide, impie et orgueilleux. »

ז

רַבִּי יִשְׁמָעֵאל בְּנוֹ אוֹמֵר: הַחֹשֵׂךְ עַצְמוֹ מִן הַדִּין, פּוֹרֵק מִמֶּֽנּוּ אֵיבָה וְגָזֵל וּשְׁבֽוּעַת שָׁוְא, וְהַגַּס לִבּוֹ בְּהוֹרָאָה, שׁוֹטֶה רָשָׁע וְגַס רֽוּחַ.

8

Il avait coutume de dire : « Ne sois pas seul à juger, car il n’est de seul juge que l’Unique ; et ne dis pas [à tes collègues] : “Admettez mon opinion”, car eux [la majorité] sont habilités [à le dire], mais pas toi. »

ח

הוּא הָיָה אוֹמֵר: אַל תְּהִי דָן יְחִידִי, שֶׁאֵין דָּן יְחִידִי אֶלָּא אֶחָד, וְאַל תֹּאמַר קַבְּלוּ דַעְתִּי, שֶׁהֵן רַשָּׁאִין וְלֹא אָֽתָּה.

9

Rabbi Yonatane dit : « Celui qui observe la Torah dans la pauvreté finira par  l’observer dans la richesse ; et celui qui se défait de la Torah dans la richesse finira par s’en défaire dans la pauvreté. »

ט

רַבִּי יוֹנָתָן אוֹמֵר: כָּל הַמְקַיֵּם אֶת הַתּוֹרָה מֵעֹֽנִי, סוֹפוֹ לְקַיְּמָהּ מֵעֹֽשֶׁר, וְכָל הַמְבַטֵּל אֶת הַתּוֹרָה מֵעֹֽשֶׁר, סוֹפוֹ לְבַטְּלָהּ מֵעֹֽנִי.

10

Rabbi Méïr dit : « Réduis la conduite de tes affaires et investis-toi dans l’étude de la Torah ; et sois humble devant tout homme ; et si tu te défais de la Torah, il te surviendra d’autres occasions de lui faire défection ; et si tu as beaucoup peiné dans [l’étude de] la Torah, une grande rétribution t’est destinée. »

י

רַבִּי מֵאִיר אוֹמֵר: הֱוֵי מְמַעֵט בְּעֵֽסֶק וַעֲסוֹק בַּתּוֹרָה, וֶהֱוֵי שְׁפַל רֽוּחַ בִּפְנֵי כָל אָדָם, וְאִם בָּטַֽלְתָּ מִן הַתּוֹרָה, יֶשׁ לָךְ בְּטֵלִים הַרְבֵּה כְּנֶגְדָּךְ, וְאִם עָמַֽלְתָּ בַּתּוֹרָה הַרְבֵּה, יֶשׁ שָׂכָר הַרְבֵּה לִתֶּן לָךְ.

11

Rabbi Eliézer ben Yaakov dit : « Celui qui accomplit une mitsvah s’acquiert un défenseur et celui qui commet une transgression s’acquiert un accusateur. La repentance et les bonnes actions sont comme un bouclier contre l’infortune. » Rabbi Yo’hanane Hassanedelar dit : « Toute assemblée qui a vocation d’honorer les Cieux est appelée à se maintenir et celle qui n’a pas vocation d’honorer les Cieux ne se maintiendra pas. »

יא

רַבִּי אֱלִיעֶֽזֶר בֶּן יַעֲקֹב אוֹמֵר: הָעוֹשֶׂה מִצְוָה אַחַת, קֽוֹנֶה לּוֹ פְּרַקְלִיט אֶחָד, וְהָעוֹבֵר עֲבֵרָה אַחַת, קֽוֹנֶה לּוֹ קַטֵּגוֹר אֶחָד, תְּשׁוּבָה וּמַעֲשִׂים טוֹבִים כִּתְרִיס בִּפְנֵי הַפּוּרְעָנוּת. רַבִּי יוֹחָנָן הַסַּנְדְּלָר אוֹמֵר: כָּל כְּנֵסִיָּה שֶׁהִיא לְשֵׁם שָׁמַֽיִם סוֹפָהּ לְהִתְקַיֵּם, וְשֶׁאֵינָהּ לְשֵׁם שָׁמַֽיִם אֵין סוֹפָהּ לְהִתְקַיֵּם.

12

Rabbi Eléazar ben Chamoua dit : « Que l’honneur de ton élève te soit aussi cher que le tien, l’honneur de ton collègue aussi cher que la crainte de ton maître et la crainte de ton maître aussi chère que la crainte des Cieux. »

יב

רַבִּי אֶלְעָזָר בֶּן שַׁמּֽוּעַ אוֹמֵר: יְהִי כְבוֹד תַּלְמִידְךָ חָבִיב עָלֶֽיךָ כְּשֶׁלָּךְ, וּכְבוֹד חֲבֵרְךָ כְּמוֹרָא רַבָּךְ, וּמוֹרָא רַבָּךְ כְּמוֹרָא שָׁמָֽיִם.

13

Rabbi Yehoudah dit : « Sois appliqué à l’étude, car une transgression due à une étude insuffisante te sera comptée comme une transgression délibérée. » Rabbi Chimone dit : « Il y a trois couronnes : la couronne de la Torah, la couronne de la prêtrise et la couronne de la royauté ; quant à la couronne de la bonne renommée, elle les surpasse toutes. »

יג

רַבִּי יְהוּדָה אוֹמֵר: הֱוֵי זָהִיר בְּתַלְמוּד, שֶׁשִּׁגְגַת תַּלְמוּד עוֹלָה זָדוֹן. רַבִּי שִׁמְעוֹן אוֹמֵר, שְׁלֹשָׁה כְתָרִים הֵן: כֶּֽתֶר תּוֹרָה, וְכֶֽתֶר כְּהֻנָּה, וְכֶֽתֶר מַלְכוּת, וְכֶֽתֶר שֵׁם טוֹב עוֹלֶה עַל גַּבֵּיהֶן.

14

Rabbi Nehorahi dit : « Exile-toi en un lieu de Torah, et ne dis pas que c’est elle qui te suivra, car ce sont tes collègues qui [par la concertation et le débat] la maintiendront entre tes mains, et ne te fie pas à ton seul entendement. »

יד

רַבִּי נְהוֹרָאִי אוֹמֵר: הֱוֵי גוֹלֶה לִמְקוֹם תּוֹרָה, וְאַל תֹּאמַר שֶׁהִיא תָבוֹא אַחֲרֶֽיךָ, שֶׁחֲבֵרֶֽיךָ יְקַיְּמֽוּהָ בְיָדֶֽךָ, וְאֶל בִּינָתְךָ אַל תִּשָּׁעֵן.

15

Rabbi Yanaï dit : « Nous ne pouvons comprendre ni le bien-être des méchants, ni les souffrances des justes. » Rabbi Matia ben ‘Harach dit : « Sois le premier à saluer toute personne ; et situe-toi à la queue des lions plutôt qu’à la tête des renards. »

טו

רַבִּי יַנַּאי אוֹמֵר: אֵין בְּיָדֵֽינוּ לֹא מִשַּׁלְוַת הָרְשָׁעִים, וְאַף לֹא מִיִּסּוֹרֵי הַצַּדִּיקִים. רַבִּי מַתְיָא בֶּן חָרָשׁ אוֹמֵר: הֱוֵי מַקְדִּים בִּשְׁלוֹם כָּל אָדָם, וֶהֱוֵי זָנָב לָאֲרָיוֹת, וְאַל תְּהִי רֹאשׁ לַשֻּׁעָלִים.

16

Rabbi Yaakov dit : « Ce monde est comme une antichambre du Monde Futur ; prépare-toi dans l’antichambre, de sorte que tu puisses pénétrer dans la salle de réception. »

טז

רַבִּי יַעֲקֹב אוֹמֵר: הָעוֹלָם הַזֶּה דּוֹמֶה לִפְרוֹזְדוֹר בִּפְנֵי הָעוֹלָם הַבָּא, הַתְקֵן עַצְמָךְ בִּפְרוֹזְדוֹר כְּדֵי שֶׁתִּכָּנֵס לִטְרַקְלִין.

17

Il avait coutume de dire : « Mieux vaut un moment de repentir et de bonnes actions dans ce bas monde que toute la vie du Monde Futur ; et mieux vaut un moment de félicité dans le Monde Futur que toute la vie en ce bas monde. »

יז

הוּא הָיָה אוֹמֵר: יָפָה שָׁעָה אַחַת בִּתְשׁוּבָה וּמַעֲשִׂים טוֹבִים בָּעוֹלָם הַזֶּה, מִכָּל חַיֵּי הָעוֹלָם הַבָּא, וְיָפָה שָׁעָה אַחַת שֶׁל קֽוֹרַת רֽוּחַ בָּעוֹלָם הַבָּא, מִכָּל חַיֵּי הָעוֹלָם הַזֶּה.

18

Rabbi Chimone ben Eléazar dit : « Ne tente pas d’apaiser ton prochain au moment même où sa colère éclate et ne le console pas au moment où son défunt est couché devant lui ; ne le fais pas détailler son vœu au moment où il le prononce ; et ne cherche pas à le voir au moment de sa déchéance. »

יח

רַבִּי שִׁמְעוֹן בֶּן אֶלְעָזָר אוֹמֵר: אַל תְּרַצֶּה אֶת חֲבֵרֶֽךָ בְּשַֽׁעַת כַּעֲסוֹ, וְאַל תְּנַחֲמֵֽהוּ בְּשָׁעָה שֶׁמֵּתוֹ מֻטָּל לְפָנָיו, וְאַל תִּשְׁאַל לוֹ בְּשַֽׁעַת נִדְרוֹ, וְאַל תִּשְׁתַּדֵּל לִרְאוֹתוֹ בְּשַֽׁעַת קַלְקָלָתוֹ.

19

Chmouel Hakatane dit : « Ne te réjouis pas de la chute de ton ennemi et lorsqu’il trébuche, que ton cœur ne soit pas allègre, car Dieu le constatant, et la chose déplaisant à Ses yeux, Il pourrait détourner de lui Sa colère [pour la diriger sur toi].

יט

שְׁמוּאֵל הַקָּטָן אוֹמֵר: בִּנְפֹל אֹיִבְךָ אַל תִּשְׂמָח, וּבִכָּשְׁלוֹ אַל יָגֵל לִבֶּֽךָ, פֶּן יִרְאֶה יְיָ וְרַע בְּעֵינָיו, וְהֵשִׁיב מֵעָלָיו אַפּוֹ.

20

Elicha ben Abouyah dit : « Celui qui étudie la Torah lorsqu’il est un enfant, à quoi peut-il être comparé ? À de l’encre écrite sur un papier neuf ; et celui qui étudie la Torah à un âge avancé, à quoi peut-il être comparé ? À de l’encre écrite sur un papier usagé. » Rabbi Yossé bar Yehoudah de Kfar Habavli dit : « Celui qui apprend la Torah des jeunes, à quoi peut-il être comparé ? À celui qui mange des raisins aigres [qui ne sont pas mûrs], ou qui boit du vin au pressoir. Mais celui qui apprend la Torah des personnes âgées, à quoi peut-il être comparé ? À celui qui mange des raisins mûrs ou qui boit du vin vieux. » Rabbi Méïr dit : « Ne considère pas le récipient, mais ce qu’il contient : il est des récipients neufs qui contiennent du [vin] vieux et des récipients vieux qui ne contiennent pas même du [vin] nouveau. »

כ

אֱלִישָׁע בֶּן אֲבוּיָה אוֹמֵר, הַלּוֹמֵד תּוֹרָה יֶֽלֶד לְמָה הוּא דוֹמֶה: לִדְיוֹ כְתוּבָה עַל נַיָּר חָדָשׁ, וְהַלּוֹמֵד תּוֹרָה זָקֵן לְמָה הוּא דוֹמֶה: לִדְיוֹ כְתוּבָה עַל נַיָּר מָחוּק. רַבִּי יוֹסֵי בַּר יְהוּדָה אִישׁ כְּפַר הַבַּבְלִי אוֹמֵר, הַלּוֹמֵד תּוֹרָה מִן הַקְּטַנִּים, לְמָה הוּא דוֹמֶה: לְאוֹכֵל עֲנָבִים קֵהוֹת וְשׁוֹתֶה יַֽיִן מִגִּתּוֹ, וְהַלּוֹמֵד תּוֹרָה מִן הַזְּקֵנִים, לְמָה הוּא דוֹמֶה: לְאוֹכֵל עֲנָבִים בְּשׁוּלוֹת וְשׁוֹתֶה יַֽיִן יָשָׁן. רַבִּי מֵאִיר אוֹמֵר: אַל תִּסְתַּכֵּל בְּקַנְקַן, אֶלָּא בְּמַה שֶּׁיֶּשׁ בּוֹ, יֵשׁ קַנְקַן חָדָשׁ מָלֵא יָשָׁן, וְיָשָׁן שֶׁאֲפִילוּ חָדָשׁ אֵין בּוֹ.

21

Rabbi Eléazar Hakappar dit : « La jalousie, la concupiscence et la recherche des honneurs excluent l’homme de la société. »

כא

רַבִּי אֶלְעָזָר הַקַּפָּר אוֹמֵר: הַקִּנְאָה וְהַתַּאֲוָה וְהַכָּבוֹד, מוֹצִיאִין אֶת הָאָדָם מִן הָעוֹלָם.

22

Il avait coutume de dire : « Ceux qui sont nés sont destinés à mourir et ceux qui sont morts sont destinés à revivre ; et ceux qui [re]vivent sont destinés à être jugés, de sorte que l’on sache, que l’on fasse savoir et qu’il soit reconnu qu’Il est Dieu, qu’Il est Celui qui façonne, qu’Il est le Créateur, qu’Il est Celui qui discerne, qu’Il est le juge, qu’Il est le témoin, qu’Il est le plaignant, qu’Il est appelé à juger. Béni soit-Il, devant qui il n’y a ni iniquité, ni oubli, ni partialité, ni présent corrupteur. Et sache que tout est fonction du compte [définitif]. Et ne laisse pas ton [mauvais] penchant te persuader que le tombeau sera pour toi un refuge, car c’est malgré toi que tu as été créé, malgré toi que tu es né, malgré toi que tu vis, malgré toi que tu mourras et malgré toi que tu es appelé à rendre compte devant Celui qui est souverain sur les rois des rois, le Saint béni soit-Il. »

כב

הוּא הָיָה אוֹמֵר: הַיִּלּוֹדִים לָמוּת, וְהַמֵּתִים לִחֳיוֹת, וְהַחַיִּים לִדּוֹן, לֵידַע וּלְהוֹדִֽיעַ וּלְהִוָּדַע שֶׁהוּא אֵל, הוּא הַיּוֹצֵר, הוּא הַבּוֹרֵא, הוּא הַמֵּבִין, הוּא הַדַּיָּן, הוּא הָעֵד, הוּא בַּֽעַל דִּין, הוּא עָתִיד לָדוֹן. בָּרוּךְ הוּא, שֶׁאֵין לְפָנָיו לֹא עַוְלָה, וְלֹא שִׁכְחָה, וְלֹא מַשּׂוֹא פָנִים, וְלֹא מַקַּח שֹֽׁחַד, וְדַע שֶׁהַכֹּל לְפִי הַחֶשְׁבּוֹן. וְאַל יַבְטִיחֲךָ יִצְרָךְ שֶׁהַשְּׁאוֹל בֵּית מָנוֹס לָךְ, שֶׁעַל כָּרְחָךְ אַתָּה נוֹצָר, וְעַל כָּרְחָךְ אַתָּה נוֹלָד, וְעַל כָּרְחָךְ אַתָּה חַי, וְעַל כָּרְחָךְ אַתָּה מֵת, וְעַל כָּרְחָךְ אַתָּה עָתִיד לִתֵּן דִּין וְחֶשְׁבּוֹן לִפְנֵי מֶֽלֶךְ מַלְכֵי הַמְּלָכִים, הַקָּדוֹשׁ בָּרוּךְ הוּא.

 

 

 

 

 

Emor Quiz

1) Q. How does the Torah restrict the Kohen Gadol with regard to mourning?

  A. He may not allow his hair to grow long, nor attend to his close relatives if they die, nor accompany a funeral procession.

2) Q. The blowing of the Shofar on Rosh Hashanah is called a "Zichron Teruah" (`sound of remembrance'). What is the reminder?

  A. Traditionally it is taught that it is a reminder of the "Akedat (binding of) Yitzhak." This is because when Abraham realized that he was not required to slaughter his son he found a ram and sacrificed the ram instead. The Shofar is traditionally (usually) made from a ram's horn.

3) Q. What is unusual about the wood of the Etrog tree?

  A. Traditionally, it has the same taste as the fruit. (Sukka 35a)

4) Q. What is the penalty for intentionally wounding one's parent?

  A. Death by strangulation.

5) Q. "You shall afflict your souls on the ninth day of the month in the evening (Yom Kippur)" (23:32). What is the law of eating on the ninth of Tishre, the day before Yom Kippur?

  A. If one eats and drinks a lot on the ninth of Tishre, the Torah views it as if he has fasted both on the ninth and the tenth of Tishre.

6) Q. "If the daughter of a Kohen commits adultery...she shall be consumed by fire" (21:9). How is she executed?

  A. The Gemara (Pesahim 72a) explains that she is not really burned with fire. Instead her insides are burned, leaving her body intact. This is similar to the death of Aharon's sons.

7) Q. Who was the Blasphemer mentioned in the parasha?

    A. According to the Midrash, the Blasphemer's father was the Egyptian that Moshe had killed in Egypt. When he saw the Egyptian beating an Israelite to death for no reason, Moshe killed the Egyptian, to save the Israelite. A woman named Shelomit, from the tribe of Dan, gave birth to that Egyptian's son. In the desert, this man wanted to build his tent in the Tribe of Dan (his mother's tribe). The people told him he is not allowed because membership into a tribe was determined by one's father, not one's mother. He was upset and went to Moshe's court for a ruling, and Moshe said that the tribe was correct about the law. He was angered and went back to the tribe. He asked them who his father was and they told him that his father was the Egyptian killed by Moshe. He asked them how Moshe killed his father, and they told him by using Hashem's 'special' name. Immediately he blessed Hashem (instead of saying cursed Hashem, we say blessed and it is understood that it means cursed).  This Midrash is likely teaching the sensitivity one must have when dealing with other people. 

 

Une réflexion contemporaine sur la Paracha de la semaine.

 


Vu superficiellement, la Torah semble accorder une importance extrême à une multitude de lois et de détails. Certains critiquent cette « obsession » pour le caractère technique des commandements, arguant qu’elle en dénature l’aspect humain sous-jacent. Mais cela est un préjugé sans fondement et il suffit de lire les Prophètes qui condamnent à maintes reprises un ritualisme desséché pour s’en convaincre.

Voici une réflexion tirée de la Paracha de la semaine qui nous prouve à quel point la loi juive est sensible à la dignité humaine.

Dans la Paracha Émor figure notamment le commandement de la Sefirat Haomer. Celui-ci consiste à compter chaque soir les jours qui séparent la fête de Pessah de celle de Chavouot. Ce décompte est très minutieux et de nombreux détails, non respectés, peuvent invalider ce commandement.

Un exemple : comme toutes les mitsvot, le décompte du Omer est précédé d’une bénédiction. Mais pour être à même de la réciter, il faut avoir dûment compté tous les jours précédant du Omer. Détail important ; si l’on a oublié de compter en soirée, on pourra se rattraper pendant la journée suivante mais sans bénédiction. Puis le soir suivant venu, on reprendra le compte avec la bénédiction. En revanche, si l’on a négligé de rattraper le compte le lendemain de l’omission, on ne pourra plus compter avec bénédiction.

  • Supposons à présent qu’un homme se trouve dans cette situation. Il a raté un jour entier, et de ce fait, il ne peut plus compter avec la bénédiction. Quelques jours plus tard, il doit diriger l’office à la synagogue. Comme le veut l’usage, c’est l’officiant qui doit réciter à voix haute la bénédiction précédant le Omer. Or en théorie, cet indinvidu n’aurait pas le droit de réciter la bénédiction. Pourtant, pour éviter de lui infliger une honte en public, la loi juive fait preuve d’humanité et lui accordent à titre exceptionnel la permission de réciter la bénédiction en public !

Cet exemple nous prouve que la dimension humaine de la mitsva revêt plus de poids que ses contingences techniques.

La période  du calendrier hébraïque dans laquelle nous nous trouvons actuellement  rejoint d’ailleurs cette dimension. Rabbi Akiva perdit 24 000 disciples, décimés par une épidémie. Le Talmud souligne que la cause de cette tragédie avait pour origine un manque de respect mutuel entre les élèves. En effet, chaque disciple était convaincu que sa compréhension des enseignements du maître était supérieure à celle de ses camarades. Et c’est ce qui l’entraîna à vouloir imposer à tout prix son opinion, sans prendre la peine d’écouter celle des autres.

Or quelle valeur a le respect de la loi si le respect de l’autre est bafoué ?

C’est là tout le danger du fanatisme…    RAV YAACOV SPITEZKI

 

 

 

How do we know that we need ten people in order to recite the prayers of Kadish and Kedusha? 

    As everyone knows, ten people are required for certain prayers (repetition of the Amida, Kadish, public reading of Torah, etc.). This is because in today’s parasha it says “And I will be sanctified within Bnei Yisrael.”  This verse tells us that God is sanctified when there is a “Bnei Yisrael” present.  The minimum number of people ever referred to as Bnei Yisrael is in Parashat Miketz, which is ten people (the ten sons of Yaakob that went to Egypt). This indicates that prayers that are with Kedusha (sanctify Hashem’s name) may only be recited with ten men above the age of thirteen. This is how it is learned in the Jerusalem Talmud.

In the Babylonian Talmud it is a little more complex.  The verse first says “And I will be sanctified within (Betoch) Bnei Yisrael”, and there is a verse in regard to Korah and his evil group that says “separate yourselves from within (Mitoch) this group (Eda)”. From these two verses both using the word “within” (Toch) we learn a connection between sanctifying Hashem and the word “Eda” meaning group.  To determine how many people need to be in a group to sanctify God’s name we use a third verse from the chapter of the spies Moses sent to the Holy Land.  It says “How much longer for this evil group “Eda”.  There was one spy from each of the twelve tribes but Yehoshua and Caleb were not evil.  Therefore, the evil “group” consisted of ten men.  Our rabbis thus established the requirement of ten men.

 

 

 

 

 

 

JEWISH QUOTES :

 

If a great man says something that seems illogical, don’t laugh; try to understand it." ~~ Talmud,

 

It is nobler to visit a house of mourning than a house of feasting." ~~ Ecclesiastes (Kohelet) 2

 

One should respect one’s father-in-law like one’s own father." ~~ Midrash Tehillim

 

Immorality in a home is like a worm in fruit." ~~ Talmud, So

 

I do not recall a Jewish home without a book on the table. " ~~ Elie Wiesel

 

Build your home in such a way that a stranger may feel happy in your midst! " ~~ Theodor Herzl

 

Money attracts money." ~~ Yiddish Proverb

 

Who gives to the poor shall not lack." ~~ Proverbs (Mishle)

 

If a man does not plow in the summer, what will he eat in the winter?" ~~ Midrash Proverbs

A committee is a group that keeps minutes and loses hour

When a man is able to take abuse with a smile, he is worthy to become a leader. " ~~ Nachman

 

 

THE  SHABBAT SMILE

 

 

 

Leah Epstein invites some family and friends to dinner and at the table, she turns to her 6 year old daughter Rivkah and says, "Darling, don’t forget to make a bracha (blessing)."

"But Mommy, I don't know what bracha to say," replies Rivkah.

"All you need do," says Leah, "is to repeat what you heard Mommy say."

Rivkah thinks for a moment and says, "God, why on earth did I invite all these people to dinner?"

 

------------------------------

Miriam Epstein is making scrambled eggs when her husband Moishe bursts into the kitchen.

"Careful," Moishe cries. "Careful! You’re cooking too many at once. Too many! Scramble them! Now! We need more butter. They’re going to stick! Careful! Now scramble them again! Hurry up! Are you crazy? Don’t forget to salt them. You know you always forget to salt them. Use the salt. Use the salt! The salt!"

Miriam turns to Moishe and asks, "What is wrong with you?"

Moishe calmly replies, "I wanted to show you what it feels like when I’m driving."

 

-------------------------------------

Moishe Fefferman is sitting nervously amongst a group of expectant fathers in the hospital's Maternity Unit. A nurse then calls to one of them and says, "Congratulations Mr. Smith, you now have a lovely son!"

Moshe immediately drops his magazine, jumps up and cries, "Hey, what's the big idea? I got here two hours before he did!"

 

-----------------------------------------

 

Sarah was getting ready to go out on a “Shidduch date”. She called her friend Rachel.

“Hi Rachel, I’m about to get picked up for my date, can you call me in a half hour just in case it’s going bad? If you hear in my voice that it’s not going well, tell me my grandmother is not feeling well. Thanks.”

David picked Sarah up and sure enough, the date wasn’t going well. Half an hour into the date, Sarah’s phone rang.

“I’m sorry David, but my grandmother’s not feeling well and she’s asked me to go home and check on her.”

“No problem!” said David with a big grin. “In a few more minutes I was going to have a leak in my apartment!”

 

 

LE SOURIRE DU CHABBAT

 

Deux gars discutent :

– Tu ferais quoi si aujourd’hui, C’était la fin du monde ?

– je tirerais sur tout ce qui bouge et toi ?

– Je ne bougerais pas



 

Que font les vaches quand elles ferment les yeux?

Du lait concentré!



 

C’est deux mecs au ciné qui discutent. Soudain un homme devant eux se retourne:

– Oh svp on n’entend rien.

– C’est normal, ça ne vous regarde pas…

 

  C’est un hibou et un taureau qui se parlent.

Le taureau dit :

– Moi ma femme elle est vache !

Et le hibou répond :

Oh, moi elle est chouette !

 

 

Un mec demande à son copain :

– Qu’est ce que ça veut dire : « I don’t know » ?

Et l’autre répond : « Je ne sais pas ».

 

    Un homme rentre dans un restaurant :

– Garçon ! Servez-vous des nouilles ?

– Bien-sûr monsieur, ici on sert tout le monde.

 

 

 

 

CHABBAT SHALOM

MAGHEN ABRAHAM

David Hasson

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LIFECYCLE EVENTS

Celebrate a lifecycle event with us by sponsoring a Kiddouch

 

CONGREGATION MAGHEN ABRAHAM

 

Contact Us

Maghen Abraham
POB 111, Succ Snowdon, Montreal,

H3X 3T3
4894 St-Kévin 
Montréal, Québec, Canada 
Tel: 514-943-6779514-943-6779-943-6779. David Hasson-737-3695 

macommunaute@maghenabraham.com

 
Mon, June 14 2021 4 Tammuz 5781