Sign In Forgot Password

M A Weekly Bulletin - PARACHAT CHEMINI ; 10 AVRIL 2021 28 NISSAN 5781

04/08/2021 04:23:42 PM

Apr8

M.A. WEEKLY - 10 AVRIL   2021/ 28 NISSAN 5781
CHABBAT PARACHAT CHEMINI  

SHABBAT TIMES
candle lighting 7:15 pm
chabbat morning: 9   am
havdalla  8:21 pm

 cOHEN 

 

PARACHAT CHEMINI 

    10 AVRIL 2021 / 28 NISSAN 5781

 

Prières: Chahrit 9:00 am à la Spanish

et Minha /Arbit à 6:30 pm à la Chevra

 

CHABBAT MEVARKHIM LE NOUVEAU MOIS DE IYYAR

ROCH HODECH: LUNDI ET MARDI 12 ET 13 AVRIL


 

HAZKAROT:

Fin de l’année (28 Nissan)  de Marie  Cohen 

née Zeitouné bat Latifé (zl)

Mère de Saad cohen, Fernande Cohen Darwiche

Max Cohen (Mexico) et Simon Cohen (Miami)

----------------------------------------------------------------

Miro Romano (zl)  père de Danny et Max Romano

 et leurs frères et soeurs 

----------------------------------------

Unis avec Israël

Mercredi 14 avril : Yom Hazikaron

Jeudi 15 avril : Yom Ha Atsmaut

   HAPPY 73 RD BIRTHDAY 

------

 

כֹּל עוֹד בַּלֵּבָב פְּנִימָה
נֶפֶשׁ יְהוּדִי הוֹמִיָּה,
וּלְפַאֲתֵי מִזְרָח קָדִימָה,
עַיִן לְצִיּוֹן צוֹפִיָּה;‎

Kol ‘od balevav penimah
Nefesh Yehudi homiyah,
Ulfa’ate mizrach kadimah,
‘Ayin leTziyon tzofiyah;

/kol od balevav penima/
/nefeʃ jehudi homija |/
/ulfaʔate mizʁaχ kadima |/
/ajin let͡sijon t͡sofija |/

Second verse

עוֹד לֹא אָבְדָה תִּקְוָתֵנוּ,
הַתִּקְוָה בַּת שְׁנוֹת אַלְפַּיִם,
לִהְיוֹת עַם חָפְשִׁי בְּאַרְצֵנוּ,
אֶרֶץ צִיּוֹן וִירוּשָׁלַיִם.

As long as in the heart, within,
The soul of a Jew still yearns,
And onward, towards the ends of the east,
an eye still gazes toward Zion;

Our hope is not yet lost,
The hope of two thousand years,
To be a free nation in our land,
The land of Zion and Jerusalem

--------------------------------------

 

 

Chemini - en bref

Lévitique 9, 1 - 11, 47

 

Au huitième jour (suivant les « sept jours d’inauguration »), Aaron ainsi que ses fils commencent leur office de Cohanim, de prêtres. Après que les différentes offrandes ont été présentées, un feu sort de devant l’Eternel et les consume sur l’Autel. Dès lors, la Présence Divine réside dans le Sanctuaire.

Les deux premiers fils d’Aaron, Nadav et Avihou, offrent « un feu étranger que D.ieu ne leur avait pas commandé » et meurent devant D.ieu. Aaron demeure silencieux devant ce drame. Suite à cela, Moïse et Aaron sont en désaccord sur un détail de la loi concernant les sacrifices, et Moïse reconnaît que Aaron a raison..

D.ieu ordonne les lois de la cacherout, désignant les espèces permises à la consommation et celles qui sont interdites. Les animaux terrestres ne sont autorisés que s'ils sont à la fois ruminants et ont le sabot fendu. Les poissons doivent avoir des écailles et des nageoires. Une liste d’oiseaux non cachères est donnée, ainsi qu'une liste d'insectes cachères (quatre espèces de sauterelles).

La paracha de Chemini contient également certaines lois relatives à la pureté rituelle qui incluent le pouvoir purifiant du Mikvé (un bassin répondant à des critères spécifiques) et d'une source. Le peuple juif est enjoint de « distinguer entre le pur et l'impur ».

© Copyright, all rights reserved. If you enjoyed this article, we encourage you to distribute it further, provided that you comply with Chabad.org's copyright policy.

 

 

Du sens moral des règles alimentaires du judaïsme.

 Lois qui régulent notre alimentation.

Dans une culture qui est tellement focalisée sur la nourriture, il est donc logique de retrouver tant de lois qui régulent notre alimentation. Sans aucun doute, le but premier des lois de la Cacherout est notre santé spirituelle. Nous sommes ce que nous mangeons – et qui voudrait être un porc ?

Toutefois, il existe une autre raison importante pour laquelle nous mangeons cachère : le développement de la maîtrise de soi.

Dans la vision du judaïsme, la vie est une histoire de contrôle de soi. Plus nous sommes maîtres de nous-mêmes, plus nous pouvons parvenir à des accomplissements significatifs. Et inversement, plus nous laissons nos désirs et nos passions mener la danse, moins nous serons capables d’accomplir. Manger est l’un des désirs primitifs de l’homme et, en tant que tel, il nécessite un sérieux exercice d’autodiscipline. Parce que chaque créature, l’être humain inclus, a besoin de nourriture pour survivre, celle-ci peut totalement détraquer ses désirs ! Chaque femme vous dira qu’un mari bien nourri, c’est déjà un grand pas vers la paix au foyer… Manger est une activité qui demande une grande dose de maîtrise de soi pour éviter de se laisser emporter par nos désirs.

Voilà pourquoi la Torah nous fixe des lois pour nous aider à instaurer des limites et de l’autodiscipline. Mais il nous reste une certaine marge d’effort personnel. Les aliments bons pour la santé ne sont pas très appétissants tandis que ceux qui sont malsains sont généralement très attirants. Nous devons également fixer nos propres limites.

Toutefois, en définitive, la nourriture est l’un des défis les plus simples à relever dans la vie. Si nous ne réussissons pas à surmonter nos désirs dans ce domaine, nous serons sérieusement mis au défi dans des domaines plus significatifs. Respecter les lois de la Cacherout nous enseigne la maîtrise de soi, non seulement dans les aspects spirituels de la nourriture, mais aussi dans les aspects pratiques de notre santé – et à partir de là, dans les autres domaines de la vie qui importent véritablement.

 

 

 

 

 

The death of Aharon’s children

In this week’s parasha during the inauguration ceremony for the Mishkan we read the tragic story of the death of Aharon’s two sons, just at the climax of his completion of the offering to God and the blessing of the people.

 

And Aaron lifted up his hands toward the people, and blessed them; and he came down from offering the sin-offering, and the burnt-offering, and the peace-offerings. And Moses and Aaron went into the tent of meeting, and came out, and blessed the people; and the glory of the LORD appeared unto all the people.  And there came forth fire from before the LORD, and consumed upon the altar the burnt-offering and the fat; and when all the people saw it, they shouted, and fell on their faces.

And Nadab and Abihu, the sons of Aaron, took each of them his censer, and put fire therein, and laid incense thereon, and offered strange fire before the LORD, which He had not commanded them.  And there came forth fire from before the LORD, and devoured them, and they died before the LORD.  Then Moses said unto Aaron: 'This is it that the LORD spoke, saying: Through them that are near unto Me I will be sanctified, and before all the people I will be glorified.' And Aaron held his peace.  And Moses called Mishael and Elzaphan, the sons of Uzziel the uncle of Aaron, and said unto them: 'Draw near, carry your brethren from before the sanctuary out of the camp.'

 

 

As it is a very difficult story to understand the seemingly impulsive wrath of God, our Sages present us with various explanations as to what sin Nadav and Avihu may have committed, for which they incurred the punishment of being consumed by the heavenly fire. These include:

1.                    They entered the Mishkan either drunk, or without properly cutting their hair, or without the proper priestly garments;

2.                    They did not defer the honor of bringing this fire to their father Aharon;

3.                    They did not consult with Moshe, or with one another, prior to bringing the fire;

4.                    They did not marry;

5.                    They remarked, "When will these two old men [Moshe and Aharon] die, so that we can lead the generation?"

6.                    They did everything properly except that they brought a sacrifice that God did not request. 

This last explanation is the one that is most accurate in the reading of the text.  Since the middle of the book of Exodus, as the building of the Mishkan is described, one running theme is the phrase: and they did exactly as Hashem had commended Moshe, and different variations of that. This passage begins with: and Nadab and Abihu took.  This was done not based on a command from Hashem.  This was an extra Humra they decided to perform.  The moral of the story is that more is not always better.  God gives us commands and our job is to follow them, not to make up new better, stricter, more restrictive versions of his laws.  He seems to like the laws just the way He made them.

 

Éthiques ou maximes des pères

Pirké Abot - 1er Chabbat

Au sommet du mont Sinaï, durant quarante jours et nuits, D.ieu a enseigné à Moïse toute la Torah. La Torah était une étude en deux parties : la « Torah Écrite », transcrite dans les Cinq Livres de Moïse (et plus tard étendue de manière à inclure tous les 24 livres de l’Écriture), et la « Torah orale », le commentaire de la Tora Écrite. La Torah orale fut transmise oralement de maître à élève pendant de nombreuses générations. Au 2ème siècle de l’ère commune, Rabbi Judah le Prince estima que la Loi Orale serait oubliée si elle n’était pas transcrite. Il en compila alors les bases dans un document en six parties appelé la Michna.1

La Michna contient 63 volumes (traités) qui traitent de tous les domaines de la loi juive : l’agriculture, les fêtes, le droit civil, les relations familiales, les sacrifices, la pureté rituelle et bien plus. Un des traités, cependant, est entièrement dédié à la morale, les valeurs et l’éthique juives. Ce traité est appelé Avot, traduit littéralement par « Pères ».

Il est de coutume d’étudier les Pirkei Avot (les « chapitres de Avot ») lors des Chabbats entre les fêtes de Pessa’h et de Chavouot, c’est-à-dire les sept semaines du compte du Omer.

Beaucoup continuent le rythme de l’étude d’un chapitre par semaine pendant tous les mois d’été

Les Pirkei Avot contiennent six chapitres,2 et il ya six Chabbats entre Pessa’h et Chavouot. Chaque Chabbat, habituellement l’après-midi après la prière de Min’ha, nous étudions un chapitre. 

 

 

 

 

 

 

 Ethique des Pères - Chapitre Un

L'Ethique des Pères est un traité de Michna qui expose la vision de la Torah sur l'éthique, la morale et les relations interpersonnelles. Découvrez dans cette section le texte de la Michna et une sélection grandissante de commentaires.

Moïse reçut la Torah au Sinaï et la transmit à Josué ; Josué la transmit aux Anciens, les Anciens aux Prophètes et les Prophètes la transmirent aux Hommes de la Grande Assemblée. Ceux-ci énoncèrent trois principes : soyez circonspects dans le jugement, formez de nombreux disciples et établissez une clôture autour de la Torah.

א

מֹשֶׁה קִבֵּל תּוֹרָה מִסִּינַי וּמְסָרָהּ לִיהוֹשֻֽׁעַ, וִיהוֹשֻֽׁעַ לִזְקֵנִים, וּזְקֵנִים לִנְבִיאִים, וּנְבִיאִים מְסָרֽוּהָ לְאַנְשֵׁי כְנֶֽסֶת הַגְּדוֹלָה. הֵם אָמְרוּ שְׁלֹשָׁה דְבָרִים: הֱווּ מְתוּנִים בַּדִּין, וְהַעֲמִֽידוּ תַּלְמִידִים הַרְבֵּה, וַעֲשׂוּ סְיָג לַתּוֹרָה.

2

Chimone le Juste fut parmi les derniers des Hommes de la Grande Assemblée. Il disait : « Le monde repose sur trois piliers : [L’étude de] la Torah, le service [de Dieu] et les actes de bienveillance. »

ב

שִׁמְעוֹן הַצַּדִּיק הָיָה מִשִּׁירֵי כְנֶֽסֶת הַגְּדוֹלָה. הוּא הָיָה אוֹמֵר, עַל שְׁלֹשָׁה דְבָרִים הָעוֹלָם עוֹמֵד: עַל הַתּוֹרָה, וְעַל הָעֲבוֹדָה, וְעַל גְּמִילוּת חֲסָדִים.

3

Antiguenos de So’ho reçut [la Loi orale] de Chimone le Juste. Il disait : « Ne soyez pas comme des serviteurs qui servent leur maître en vue de recevoir une récompense, mais soyez comme des serviteurs qui servent leur maître sans chercher à recevoir une récompense ; et que la crainte des Cieux soit sur vous. »

ג

אַנְטִיגְנוֹס אִישׁ סוֹכוֹ קִבֵּל מִשִּׁמְעוֹן הַצַּדִּיק. הוּא הָיָה אוֹמֵר: אַל תִּהְיוּ כַּעֲבָדִים הַמְשַׁמְּשִׁין אֶת הָרַב עַל מְנָת לְקַבֵּל פְּרָס, אֶלָּא הֱווּ כַּעֲבָדִים הַמְשַׁמְּשִׁין אֶת הָרַב שֶׁלֹּא עַל מְנָת לְקַבֵּל פְּרָס, וִיהִי מוֹרָא שָׁמַֽיִם עֲלֵיכֶם.

4

Yossé ben Yoézer de Tsrédah et Yossé ben Yo’hanane de Jérusalem reçurent [la Loi orale] des précédents. Yossé ben Yoézer de Tsrédah dit : « Que ta maison soit un lieu de réunion pour les Sages ; attache-toi à la poussière de leurs pieds et bois leurs paroles avec avidité. »

ד

יוֹסֵי בֶּן יוֹעֶֽזֶר אִישׁ צְרֵדָה וְיוֹסֵי בֶּן יוֹחָנָן אִישׁ יְרוּשָׁלַֽיִם קִבְּלוּ מֵהֶם. יוֹסֵי בֶּן יוֹעֶֽזֶר אִישׁ צְרֵדָה אוֹמֵר: יְהִי בֵיתְךָ בֵּית וַֽעַד לַחֲכָמִים, וֶהֱוֵי מִתְאַבֵּק בַּעֲפַר רַגְלֵיהֶם, וֶהֱוֵי שׁוֹתֶה בַצָּמָא אֶת דִּבְרֵיהֶם.

5

Yossé ben Yo’hanane de Jérusalem dit : « Que ta maison soit largement ouverte [à l’hospitalité] ; et que les indigents fassent partie de ta maison ; et ne converse pas trop avec la femme. » On voulait dire [avec] ta propre femme ; à plus forte raison avec la femme d’un autre. De là les Sages ont affirmé : « Celui qui converse trop avec une femme, cause du mal à lui-même, néglige l’étude de la Torah et est appelé à hériter du Guehinom [purgatoire]. »

ה

יוֹסֵי בֶּן יוֹחָנָן אִישׁ יְרוּשָׁלַֽיִם אוֹמֵר: יְהִי בֵיתְךָ פָּתֽוּחַ לִרְוָחָה, וְיִהְיוּ עֲנִיִּים בְּנֵי בֵיתְךָ, וְאַל תַּרְבֶּה שִׂיחָה עִם הָאִשָּׁה, בְּאִשְׁתּוֹ אָמְרוּ, קַל וָחֹֽמֶר בְּאֵֽשֶׁת חֲבֵרוֹ. מִכַּאן אָמְרוּ חֲכָמִים: כָּל הַמַּרְבֶּה שִׂיחָה עִם הָאִשָּׁה, גּוֹרֵם רָעָה לְעַצְמוֹ, וּבוֹטֵל מִדִּבְרֵי תוֹרָה, וְסוֹפוֹ יוֹרֵשׁ גֵּיהִנֹּם.

6

Yeochoua ben Pera’hia et Nittaï de Arbel reçurent [la Loi orale] des précédents. Yeochoua ben Pera’hiah dit : « Donne-toi un maître, acquiers-toi un ami, et juge chaque individu avec mansuétude. »

ו

יְהוֹשֻֽׁעַ בֶּן פְּרַחְיָה וְנִתַּאי הָאַרְבֵּלִי קִבְּלוּ מֵהֶם. יְהוֹשֻֽׁעַ בֶּן פְּרַחְיָה אוֹמֵר: עֲשֵׂה לְךָ רַב, וּקְנֵה לְךָ חָבֵר, וֶהֱוֵי דָן אֶת כָּל הָאָדָם לְכַף זְכוּת.

7

Nittaï de Arbel dit : « Éloigne-toi d’un mauvais voisin ; ne te lie pas avec un impie ; et ne désespère pas du châtiment. »

ז

נִתַּאי הָאַרְבֵּלִי אוֹמֵר: הַרְחֵק מִשָּׁכֵן רָע, וְאַל תִּתְחַבֵּר לָרָשָׁע, וְאַל תִּתְיָאֵשׁ מִן הַפּוּרְעָנוּת.

8

Yehoudah ben Tabaï et Chimone ben Chata’h reçurent [la Loi orale] des précédents. Yehoudah ben Tabaï dit : « Ne te fais pas avocat [lorsque tu es appelé à juger] et lorsque les parties sont en ta présence, considère-les toutes deux comme fautives ; et lorsqu’elles prennent congé de toi – après avoir accepté le verdict – considère-les toutes deux comme innocentes. »

ח

יְהוּדָה בֶּן טַבַּאי וְשִׁמְעוֹן בֶּן שָֽׁטַח קִבְּלוּ מֵהֶם. יְהוּדָה בֶּן טַבַּאי אוֹמֵר: אַל תַּֽעַשׂ עַצְמְךָ כְּעוֹרְכֵי הַדַּיָּנִין, וּכְשֶׁיִּהְיוּ בַּעֲלֵי הַדִּין עוֹמְדִים לְפָנֶֽיךָ, יִהְיוּ בְעֵינֶֽיךָ כִּרְשָׁעִים, וּכְשֶׁנִּפְטָרִים מִלְּפָנֶֽיךָ יִהְיוּ בְעֵינֶֽיךָ כְּזַכָּאִין, כְּשֶׁקִּבְּלוּ עֲלֵיהֶם אֶת הַדִּין.

9

Chimone ben Chata’h dit : « Sonde abondamment les témoins ; et prends garde à tes paroles, car elles pourraient inspirer le mensonge [aux témoins ou aux parties.] »

ט

שִׁמְעוֹן בֶּן שָֽׁטַח אוֹמֵר: הֱוֵי מַרְבֶּה לַחֲקוֹר אֶת הָעֵדִים, וֶהֱוֵי זָהִיר בִּדְבָרֶֽיךָ, שֶׁמָּא מִתּוֹכָם יִלְמְדוּ לְשַׁקֵּר.

10

Chemayah et Avtalione reçurent [la Loi orale] des précédents. Chemayah dit : « Aime le travail ; abhorre la hauteur et ne cherche pas à te faire connaître du pouvoir en place. »

י

שְׁמַעְיָה וְאַבְטַלְיוֹן קִבְּלוּ מֵהֶם. שְׁמַעְיָה אוֹמֵר: אֱהוֹב אֶת הַמְּלָאכָה וּשְׂנָא אֶת הָרַבָּנוּת, וְאַל תִּתְוַדַּע לָרָשׁוּת.

11

Avtalione dit : « Sages, prenez garde à vos paroles, car vous pourriez être passible d’exil et être relégués en un endroit où les eaux sont malsaines [où sévit l’hérésie] ; les disciples qui vous suivent en boiraient et en périraient [spirituellement] et le Nom des Cieux s’en trouverait profané. »

יא

אַבְטַלְיוֹן אוֹמֵר: חֲכָמִים, הִזָּהֲרוּ בְדִבְרֵיכֶם, שֶׁמָּא תָחֽוֹבוּ חוֹבַת גָּלוּת וְתִגְלוּ לִמְקוֹם מַֽיִם הָרָעִים, וְיִשְׁתּוּ הַתַּלְמִידִים הַבָּאִים אַחֲרֵיכֶם וְיָמֽוּתוּ, וְנִמְצָא שֵׁם שָׁמַֽיִם מִתְחַלֵּל.

12

Hillel et Chammaï reçurent [la Loi orale] des précédents. Hillel dit : « Sois parmi les disciples d’Aaron, en aimant la paix et en poursuivant la paix, en aimant les créatures et en les approchant à la Torah. »

יב

הִלֵּל וְשַׁמַּאי קִבְּלוּ מֵהֶם. הִלֵּל אוֹמֵר: הֱוֵי מִתַּלְמִידָיו שֶׁל אַהֲרֹן, אוֹהֵב שָׁלוֹם וְרוֹדֵף שָׁלוֹם, אוֹהֵב אֶת הַבְּרִיּוֹת, וּמְקָרְבָן לַתּוֹרָה.

13

Il avait coutume de dire : « Qui cherche le renom perd son nom ; qui n’augmente pas [sa connaissance de la Torah] l’amoindrit ; celui qui n'étudie pas est passible de mort ; et qui fait usage de la couronne [de la Torah, à ses propres fins] disparaîtra. »

יג

הוּא הָיָה אוֹמֵר: נְגַד שְׁמָא אֲבַד שְׁמֵהּ, וּדְלָא מוֹסִיף יָסֵף, וּדְלָא יַלִּיף קְטָלָא חַיָּב, וּדְאִשְׁתַּמֵּשׁ בְּתַגָּא חֳלָף.

14

Il avait coutume de dire : « Si je ne suis pas pour moi, qui sera pour moi ? Et si je ne suis que pour moi, que suis-je donc ? Et si ce n’est pas à présent, alors quand ? »

יד

הוּא הָיָה אוֹמֵר: אִם אֵין אֲנִי לִי, מִי לִי, וּכְשֶׁאֲנִי לְעַצְמִי, מָה אֲנִי, וְאִם לֹא עַכְשָׁו, אֵימָתָי.

15

Chammaï dit : « Impose une régularité à ton étude de la Torah ; parle peu et agis beaucoup ; et accueille chaque individu avec un visage bienveillant. »

טו

שַׁמַּאי אוֹמֵר: עֲשֵׂה תוֹרָתְךָ קְבַע, אֱמוֹר מְעַט וַעֲשֵׂה הַרְבֵּה, וֶהֱוֵי מְקַבֵּל אֶת כָּל הָאָדָם בְּסֵֽבֶר פָּנִים יָפוֹת.

16

Rabbane Gamliel disait : « Donne-toi un maître et défais-toi du doute ; et ne prélève pas souvent la dîme au jugé [fût-ce à l’excédent]. »

טז

רַבָּן גַּמְלִיאֵל הָיָה אוֹמֵר: עֲשֵׂה לְךָ רַב, וְהִסְתַּלֵּק מִן הַסָּפֵק, וְאַל תַּרְבֶּה לְעַשֵּׂר אֻמָּדוּת.

17

Chimone son fils dit : « Toute ma vie, j’ai grandi parmi les Sages et je n’ai rien trouvé de plus bénéfique pour l’individu, que le silence ; l’essentiel n’est pas dans l’exégèse, mais dans les actes ; et celui qui abonde en paroles suscite la faute. »

יז

שִׁמְעוֹן בְּנוֹ אוֹמֵר: כָּל יָמַי גָּדַֽלְתִּי בֵּין הַחֲכָמִים, וְלֹא מָצָֽאתִי לְגוּף טוֹב מִשְּׁתִיקָה, וְלֹא הַמִּדְרָשׁ עִקָּר אֶלָּא הַמַּעֲשֶׂה, וְכָל הַמַּרְבֶּה דְבָרִים מֵבִיא חֵטְא.

18

Rabbane Chimone ben Gamliel dit : « Le monde subsiste par trois vertus : la justice, la vérité et la paix ; car il est dit : Que la vérité et le jugement de paix soient administrés dans vos portes. »

יח

רַבָּן שִׁמְעוֹן בֶּן גַּמְלִיאֵל אוֹמֵר, עַל שְׁלֹשָׁה דְבָרִים הָעוֹלָם קַיָּם: עַל הַדִּין, וְעַל הָאֱמֶת, וְעַל הַשָּׁלוֹם, שֶׁנֶּאֱמַר: אֱמֶת וּמִשְׁפַּט שָׁלוֹם שִׁפְטוּ בְּשַׁעֲרֵיכֶם.

 

 

Dans cette Paracha, Aharon bénit le Kahal

                          Birkat Cohanim

 Le rituel

S’il vous est arrivé de vous trouver à la synagogue durant la Bénédiction des Cohanim, vous savez qu’il s’agit d’une expérience qui fait naître un sentiment de ferveur peu commun. Le Cohen ôte ses souliers et s’approche de l’estrade, le visage enfoui dans son châle de prière. Il tend ses mains vers l’assemblée. Ses doigts sont séparés et ses paumes tendues vers l’extérieur. Il attend le moment saint. Les membres de la congrégation détournent la tête ou la cachent dans leur propre châle de prière pour éviter de regarder en face le Cohen, car l’on sait qu’en cet instant, repose sur lui la Présence Divine.

Incité par le ‘Hazan, le Cohen entonne sobrement les mots sacrés de la bénédiction (Nombres 6, 24-26) « Que D.ieu te bénisse et te garde. Que D.ieu fasse briller Sa face sur toi et qu’Il soit indulgent à ton égard. Que D.ieu lève Sa face sur toi et qu’Il te donne la paix ».

La bénédiction s’achève alors et un sentiment de bonheur s’empare de ceux qui sont présents. Dans certaines communautés, on éclate en un chant joyeux. D’une certaine manière, nous ressentons qu’une bénédiction particulière de D.ieu, Celui qui donne toutes les bénédictions, vient d’être octroyée. Nous ressentons une sorte d’exaltation, nous nous sentons élevés comme si D.ieu venait de nous atteindre depuis Son trône céleste pour nous rapprocher de Lui.

Qu’y a-t-il dans cette bénédiction de si particulier pour qu’elle puisse éveiller de tels sentiments ? En quoi diffère-t-elle de toutes celles que nous prononçons nous-mêmes ?

Deux formes de prières

Il est de fait que dans la prière nous adressons à D.ieu des requêtes. Nous observons notre vie et nos besoins et nous nous tournons vers Lui pour nos demandes. D.ieu écoute attentivement. Il écoute nos paroles, mais Il lit nos cœurs. « Tu as des besoins auxquels tu veux que Je pourvoie, s’étonne D.ieu, mais Moi J’ai des désirs que Je veux que tu accomplisses. Voyons comment tu satisfais Mes désirs. Et Je verrai alors comment Je contenterai les tiens ».

Le Cohen possède une approche différente. Il déverse son cœur dans la prière et dit : « D.ieu Bien-aimé, je sais combien Tu aimes Tes enfants et combien il Te plaît de pourvoir à leurs besoins. Je suis heureux d’être dans la position de T’offrir une telle occasion. Voilà ce dont Tes enfants manquent et voilà comment T’engager dans Ton plaisir favori qui est de les aider ».

Le Cohen, descendant d’Aharon, a hérité de ses qualités spirituelles. Aharon était réputé pour son caractère aimant. En fait, le nom hébreu « Aharon » est l’abréviation de deux mots : Ahavah Rabbah (« un grand amour). Aharon aimait D.ieu et aimait son peuple. Quand il priait pour Israël, il faisait refléter les deux objets de son amour. D’une part, il pensait au peuple et à ses besoins et de l’autre, il pensait à l’amour de D.ieu pour le peuple et à Son plaisir de les exaucer.

Aharon priait de tout son être, en toute sincérité, dans une dévotion et un amour absolus. Sa ferveur aimante éveillait, à son tour, l’amour de D.ieu. D.ieu l’écoutait avec attention et disait : « Tu désires Me contenter et Je désire Te contenter ».

Le Cohen, qui hérite cette qualité d’Aharon, est investi de l’aptitude d’en user de la même façon.

Les paumes tendues

Cela explique pourquoi le Cohen étend ses paumes vers l’extérieur, vers la communauté plutôt que d’adopter la posture habituelle de la prière, les mains tendues vers le haut, vers D.ieu. Avec sa paume, le Cohen forme un réceptacle dans lequel D.ieu déverse Sa bénédiction. Une paume tendue vers le haut forme un réceptacle pour nous-mêmes, dans lequel par la suite nous étancherons notre soif. Une paume tendue vers l’extérieur forme un canal par lequel D.ieu déverse Ses bénédictions aux autres.

Le Cohen, en cet instant, ne supplie pas mais il est un conduit. Il ne prie pas pour nous satisfaire mais pour satisfaire D.ieu. Il ne demande pas pour que nous puissions obtenir mais pour que D.ieu puisse donner. Et c’est cette manière de demander que D.ieu aime le plus. Elle suscite une réponse d’En Haut accélérée et qui passe par-dessus tous et par-dessus tous les obstacles.

par Lazer Gurkow

 

  HISTORY - YOM HAZIKARON AND YOM HAATSMAOUT     

Following the end of the second world war , Israel declared  its independance 

new fholidays, referred to as ‘modern’ Jewish holidays have been added to the Jewish calendar. Yom HaShoah (Holocaust Remembrance Day), Yom HaZikaron (Memorial Day), Yom HaAtzmaut (Independence Day) and Yom Yerushalayim (Jerusalem Day) are observed as national holidays in Israel, and recognized around the world by Jewish communities.

Yom HaAtzmaut, Israeli Independence Day, marks the establishment of the modern state of Israel in 1948. The day of celebration is on or near the fifth day of Iyar in the Hebrew calendar, which may be moved a day or two if it falls on Shabbat. This holiday usually falls in April or May. On the day before, Israelis observe Yom HaZikaron, remembering those who have lost their lives in defense of the nation.

 

 

On May 14, 1948, a decree was announced by future Prime Minister David Ben-Gurion proclaiming the formation of the State of Israel. It was recognized immediately by the United States, the Soviet Union and most countries of the United Nations. To this day, several of the surrounding Arab nations refuse to acknowledge her existence.

The festival begins in the evening when the nation of Israel celebrates the holiday of freedom. Street festivals, music concerts, parties and cookouts are common occurrences for the event. The night concludes with fireworks displays throughout the country.

The next day is filled with relaxing leisure activities. Museums, nature reserves and parks, and many other attractions are open and offered to the public at no charge. Older children compete in a national Torah Championship. In Jerusalem, the Israel Prize, the nation’s highest award, is given to individuals who are outstanding leaders in their chosen fields.

The day is concluded with an official celebration at Mt. Herzl in Jerusalem. Music, parades and formal speeches lead to the lighting of twelve torches, symbolizing the twelve Tribes of Israel.

 

 

Shemini Summary

At the end of parashat Tzav (the previous parasha), Moshe performed the seven-day ceremony to inaugurate the Mishkan. He preformed all the services during the 7-day inauguration period. Now, parashat Shemini begins on the eighth day of this period. Moshe teaches Aharon and his sons the laws they must follow. From that day forward only Aharon and his sons (now designated as the Kohanim or priests) would be allowed to perform the services listed in this week’s parasha.

The Mishkan is inaugurated and the first sacrifices are brought. Nadav and Avihu, two of Aharon's four sons (Elazar and Itamar are the other two), are killed by Hashem. Exactly what their error was, is a matter of dispute among the commentators (for some of the possible reasons, see the quiz below).  Aharon does not question Hashem, yet accepts their death and does not perform the mourning rituals. From what he doesn't do, our rabbis learned the laws of what a mourner should do. Aharon is rewarded for his self-control. The parasha concludes with the laws of Kashrut. It discusses which animals, fish, birds, etc. are allowed and which are not allowed to be eaten.

 

 

 Pirke Avot

There is an old tradition that in the last generation seems to be dwindling and unless this generation makes a strong effort to keep up our custom it will be lost to the next generation and forever.  This custom is to read Pirke Avot during the period from Pesah to Shavuot.  This custom is at least from the time of Sa’adia Gaon (10th century) if not older.  The custom is to read one chapter every week and if one has time, to read some commentary on it as well.  It is very easy to read in English or Hebrew on your own or to attend one of the many classes offered on the topic during this time period.  The work contains much advice from our sages and gives us insight into their philosophy of life and religion. This book is a compilation of teachings from the earliest of rabbis, the sages of the Mishna. Many of the most well-known phrases comes from this book, and anyone who wants to be well versed in our religion will do well to understand the statements made in this book.  Originally the book had five chapters, but a sixth was added, regarding Torah study that is recited the Shabbat before Shavuot.

 

 

 

Shemini Quiz

1) Q. On which date was the Mishkan established?

A. On the 1st of Nissan.

2) Q. During the inauguration of the Mishkan, Aharon was commanded to bring an Egel - calf - for himself and a second Egel for the Jewish People. Both of these were offered to atone for the sin of the golden calf. Why did Aharon bring an Egel as a Chatat - sin offering - for himself, while for the Jewish People he offered an Egel as an Olah - burnt offering?

   A. The Gur Aryeh explains that Aharon's transgression was one of action since he performed an action that resulted in the creation of the golden calf. The atonement for a sin done unintentionally through an action is a Chatat. The Jewish People's sin, on the other hand, was one of thought, in that their hearts were drawn after the Egel. The atonement for a sin committed by thought is an Olah.

3) Q. What miracle happened in translating this week's Parasha?

   A. Tradition has it that when King Ptolmy of Egypt placed seventy-two elders into separate houses to translate the Torah into Greek, they each miraculously made certain changes in the translation. One of the changes all seventy-two made was in this parasha. The parasha (Vayikra 11:6) lists the Arnevet (hare) among the non-Kosher animals. The elders called it "the short-legged animal", because King Ptolmy's wife was named Arnevet. (Tractate Megilla 9)

4)  Q. Why are we commanded to eat kosher?

    A.  There are many explanations given for the laws of Kashrut including: Maimonides is of the opinion that these laws are for health reasons.  Non-kosher food is unhealthy and Hashem wants us to stay healthy.  Others disagree and explain that by observing these laws, the Jew can pull himself up the ladder of holiness. If he doesn't, he contaminates himself more and more. Although we see today that many non-kosher animals are extremely unhealthy (i.e. pork, clams, etc.), the Sefer Hachinuch (a book that explains the reasons for all the laws in the Torah) explains that harm caused by these foods is not physical, rather spiritual in that they impede the heart from attaining the higher values of the soul.  

According to the theory that the laws of Kashrut were given for our spiritual benefit the Gemara asks why these laws were only commanded to the Jews.  Rabbi Tanchuma brings a parable of a doctor who visited two patients. The first patient he instructed to be on a very strict diet. The second he allowed to eat whatever he wanted.  The doctor explained that he saw hope for the first patient so he placed him on the restrictive diet that would be beneficial to him. The second patient would not necessarily benefit from the special diet, so he let him do whatever he wanted. The same was with Bene Yisrael. Because the Jewish people have the capability of spiritual life by learning God’s ways and getting closer to God, Hashem "prescribed" foods that would be conducive to their spiritual growth.  Any person can attain this closeness to God but they would first need to and accept all God



 

ENGLISH PROVERBS

 

Patience is a plaster for all sores.

Learn wisdom by the follies of others

Everything comes to him who waits.

.He is not poor that has little, but he that desires much.

Many hands make light work.

.Many men, many minds.

Last, but not least

.Things past cannot be recalled.

.Politeness costs little (nothing), but yields much.

Poverty is no sin.

 

 

THE SHABBAT SMILE

How does an Israeli makes tea ?

                                                    Hebrews it.

 

 

On Pesach there is nothing to eat,

On Sukkot there is nowhere to eat,

On Rosh Hashanah there is no time to eat,

On Yom Kippur we are not allowed to eat,

On Purim we are too drunk to eat,

Hannukah - it's all too fattening to eat,

Shavuot - we are too tired to eat,

And when TuB'Shvat comes around, the food is all dried up!

 

 

What did the mayonnaise say when the refrigerator door was opened? Close the door, I'm dressing.

 

 

LE SOURIRE DU CHABBAT

Un camionneur s’arrête à un feu rouge, une femme  le rattrape. Elle sort de son auto en courant vers le camion et frappe sur la porte. Le camionneur descend sa vitre et elle lui dit :

- Bonjour, mon nom est Alice et je veux vous dire que vous perdez votre cargaison.

Le camionneur l’ignore et continue sa route.

Quand le camion s’arrête à un autre feu rouge, elle le rattrape encore une fois. Elle descend en courant de son auto et court au camion. Elle frappe sur la porte. Le camionneur redescend encore une fois sa vitre.

Elle lui dit comme si elle ne lui avait jamais parlé :

- Bonjour, je suis Alice et je veux vous dire que vous perdez votre cargaison.

Secouant la tête, le camionneur l’ignore encore une fois et continue son chemin. Le feu passe au vert, le camionneur embraye et poursuit sa route. Voyant que la dame  compte encore insister, c’est lui qui prend cette fois les devants. Il se dépêche, sort de son camion et court à l’auto de la blonde. Il frappe sur la portière, elle descend la vitre et il lui dit exaspéré :

- Bonjour, je suis André, c’est l’hiver et je conduis un camion qui épand du sel

 

 

Robert a du mal à comprendre l’arithmétique.

La maîtresse essaie de lui faire comprendre grâce à des exemples concrets :

- Robert,  si tu plonges la main dans ta poche de droite et que tu trouves une pièce de 1 euro, puis si tu plonges ta main gauche dans ta poche de gauche et que tu trouves un autre euro, qu’est-ce que tu auras ?

- Le pantalon de quelqu’un d’autre Madame.

 

 

CHABBAT CHALOM 

MAGHEN ABRAHAM

 

David Hasson

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LIFECYCLE EVENTS

Celebrate a lifecycle event with us by sponsoring a Kiddouch

 

CONGREGATION MAGHEN ABRAHAM

 

Contact Us

Maghen Abraham
POB 111, Succ Snowdon, Montreal,

H3X 3T3
4894 St-Kévin 
Montréal, Québec, Canada 
Tel: 514-943-6779514-943-6779-943-6779. David Hasson-737-3695 

macommunaute@maghenabraham.com

 
Mon, June 14 2021 4 Tammuz 5781