Sign In Forgot Password

M A Weekly Bulletin - PARACHAT TÉROUMA / ZAKHOR - 20 FEVRIER 2021 /8 ADAR 5781

02/18/2021 12:48:39 PM

Feb18

M.A. WEEKLY -  CHABBAT ZAKHOR
CHABBAT PARACHAT  TÉROUMA

SHABBAT TIMES
candle lighting 5:09 pm
chabbat morning  am
havdalla  6:14   pm

 

 

 

 

 

 

 

PARACHAT TÉROUMA  /  CHABBAT ZAKHOR

       20 FÉVRIER 2021 -  8 ADAR 5781  

Article on Shabbat Zakhor inside the bulletin

 

 

 

Assemblée Générale Virtuelle:

Veuillez noter que pour s’enregistrer il faut répondre 

par votre courriel  au message détaillé que vous avez reçu

Si un couple partage la même adresse de courriel vous rentrez 2 fois 

le même email avec les 2 noms

 

 

Bon anniversaire à Sophie Hasson  et Nina Saad

 

 

 

Pourim est célébré cette année le jeudi et vendredi 25 et 26 février

Un bulletin spécial dePourim sera envoyé au début de la semaine prochaine avec tous les détails concernant la fête

Pourim Saméah à tous

 

 Hazkarot:

Alegra Shems Matalon (zl) mère de Esther Diwan

Elie Diwan (zl) beau-frère de Esther Diwan







 

PARACHAT  TÉROUMA EN BREF :

 

Il est demandé au peuple d’Israël de faire don de 15 matériaux – or, argent, cuivre ; laine teinte de bleu, de pourpre et de rouge ; lin, poils de chèvre, peaux d’animaux, bois, huile d’olive, épices et gemmes – desquels D.ieu dit à Moïse « Ils Me feront un sanctuaire et Je résiderai parmi eux. »Au sommet du mont Sinaï, Moïse reçoit des instructions détaillées sur la façon de construire cette demeure pour D.ieu afin qu’elle puisse être facilement démontée, transportée et rassemblée lors du voyage du peuple dans le désert.

Dans la pièce la plus intérieure du sanctuaire, derrière un rideau artistiquement tressé, se trouvait l’arche contenant les tables du témoignage sur lesquelles étaient gravés les Dix Commandements ; sur le couvercle de l’arche, se tenaient deux chérubins ailés, taillés dans un bloc d’or pur. Dans la pièce extérieure se dressait la Ménorah à sept branches et la table sur laquelle les « pains de proposition » étaient disposés.

Les trois murs du sanctuaire étaient composés de l’assemblage de 48 planches de bois qui étaient chacune recouverte d’or et tenue par une paire de socles en argent. Le toit était constitué de trois couches de couvertures : des tapisseries multicolores de laine et de lin,


 

 

Le premier élément du Tabernacle que D.ieu ordonna aux Juifs de fabriquer fut l’Arche de l’Alliance, un coffre en bois ouvert, recouvert d’or, qui abritait les deux Tables de l’Alliance sur lesquelles D.ieu avait gravé les Dix Commandements. Cette Arche était scellée par un couvercle d’or, sur lequel se trouvaient deux figurines d’anges ailés à visages d’enfant, appelés les chérubins.

L’enfant intérieur

וְעָשִׂיתָ שְׁנַיִם כְּרֻבִים זָהָב וגו': (שמות כה:יח)

Tu devras faire deux chérubins en or. Exode 25,18

Les visages de nourrissons des chérubins caractérisent le fait que notre lien fondamental avec D.ieu est analogue au lien essentiel parent-enfant. Malgré les fluctuations que peut connaître leur relation, le lien qui unit un parent et son enfant ne peut jamais être détruit. Le fait que les chérubins étaient situés au-dessus des Tables de la Torah et se faisaient face signifiait que par l’étude de la Torah, nous pouvons atteindre la racine de notre âme divine, et permettre à notre conscience de fusionner totalement avec D.ieu. Les visages de nourrisson des chérubins caractérisent également le fait que la Torah que nous connaissons est une version diminuée et simplifiée de la Torah céleste, la sagesse infinie de D.ieu. D.ieu a réduit Sa sagesse infinie en une forme que nous puissions comprendre et assimiler, tel un professeur chevronné qui simplifie sa perception d’un sujet afin de pouvoir le livrer à ses élèves.

Le fait que les ailes des chérubins étaient déployées au-dessus de l’Arche comme pour la protéger constitue une allusion au fait que l’éducation des jeunes enfants fondée sur la Torah assure la préservation et la continuité de sa transmission.1



 

Terumah Summary

 

This week’s parasha starts a new section in the Torah. The rest of the book of Shemot is almost exclusively (with the exception of the incident of the Golden Calf) devoted to the preparations for and the construction of the Mishkan (the Tabernacle). The Mishkan, literally “the dwelling place”, was the focal point of Bnei Yisrael in the desert. The twelve tribes camped on all four sides of it. A cloud of Hashem’s presence was visible above the Mishkan.  The function of the Mishkan was a place where Bnei Yisrael would bring their offerings and sacrifices to Hashem.  It was a temporary structure replaced by the Bet Hamikdash in the days of King Solomon.

Moshe is instructed to start a fundraising campaign. We see later on, in parashat Vayakhel that the people gave so generously that Moshe had to stop them because they donated too much.  Hashem tells Moshe all the exact measurements of the Mishkan.  He instructs him on the dimensions and materials required. The various parts of the Mishkan mentioned in this parasha include: the Ark and its Cover, the Table, the Menorah, the Covers of the Mishkan, the Walls, the Partition (Parochet), the Altar, and the Courtyard.

 


 

“Let them take for Me an offering.” (25:2)

 When the people were asked to give donations to the building of the Mishkan, why does it not say “Veyitnu”—“and they should give”?

           When a Jew gives Tzedaka (charity) he is not only giving but also receiving, because when the poor man accepts the Tzedaka, the giver receives a Zechut (merit) for the mitzvah, through which he will get back from Hashem ten times as much as he gave. On the words “Aser Te’aser”—“You shall give a tithe,” (Devarim 14:22) the Gemara (Ta’anit 9a) says, “Aser Bishvil shetit-Asher” By giving ten percent to Tzedaka, you will become rich.” Thus, by giving for the Mishkan, the Jews were “taking” from Hashem much more than they actually gave.  It is not just the actual “points” one gets in heaven for doing the act, but the act itself has a beneficial affect on the person and will help transform the person toward becoming a better and more successful human.


 

  “And this is the offering you shall take from them

Gold and silver and copper...and let them make for Me a sanctuary and I will dwell among them.” (25:3,8) Why were our forefathers instructed to use silver and copper and not exclusively gold?

         G-d commanded the Jews to build the Mishkan in order that “Veshachanti Betocham”—“I will dwell in them.” Grammatically it should have said “Veshachanti Betocho”—“I will dwell in it.” According to the Shelah, this indicates that in addition to building the physical Mishkan, Hashem wants each and every Jew to make himself and his home a holy place so that He can dwell among every Jew. Among the Jewish populace there exists various levels. The building of the Mishkan was for all Jews; regardless of a person’s level, he must make himself a proper dwelling for Hashem. This is accomplished by living a life in accordance with the significance of all the details of the Mishkan. The Sanctuary contained the Ark, Menorah, Table, and Altar. The Ark represents Torah study, the Menorah depicts Mitzvot (Ner Mitzvah), the Table alludes to hospitality and Kashrut, and the Altar signifies Mesirut Nefesh—dedication. When the home has all these aspects, then the Jew can be assured that Hashem will dwell in his home.  It is interesting to note that prior to the sin of the golden calf it seems that the original plan did not include all the elaborate gold and jewels.  It also did not include all the pomp and circumstance of the priestly service of priests/Kohanim at all.  Originally all men were equal, and a simple stone/earth altar was sufficient, which every individual has the ability to do.  It is only after the sin of the golden calf that God “realizes” that we need a Kohen and an elaborate temple.

 

 

They shall make a sanctuary for Me, so that I may dwell among them” Why does Hashem need a sanctuary to dwell among Bnei Yisrael?”

             Hashem does not need a building to dwell in Bnei Yisrael.  The Passuk in Yeshayahu says “The heavens are my seat, and the land is for my feet, what kind of house, can you build for me?” Hashem does not need a house, but he wants Bnei Yisrael to work and do physical labor and donate money for His name.  When Hashem sees people working for Him, then He can dwell among them.

 

Ensuite, D.ieu ordonna au peuple de confectionner une table tout spécialement conçue pour porter douze pains qui seraient placés sur elle chaque Chabbat. Après cela, D.ieu ordonna au peuple de faire un candélabre à sept branches en or.

Comment illuminer le monde

וְעָשִׂיתָ מְנֹרַת וגו': (שמות כה:לא)

Tu devras faire un candélabre. Exode 25,31

Il nous est enseigné que Moïse ne comprit pas toutes les instructions que D.ieu lui donna sur la façon de fabriquer le candélabre, et qu’alors, D.ieu lui donna la vision d’un candélabre de feu. Mais même ainsi, le candélabre sembla encore trop compliqué à concevoir pour Moïse. Aussi, D.ieu lui demanda de jeter tout simplement l’or dans le feu et le candélabre prendrait miraculeusement forme.

Par-delà la construction matérielle du candélabre, ce qui parut le plus difficile à saisir à Moïse était la façon dont un tel objet matériel pourrait irradier la conscience du Divin au sein du monde extérieur. En montrant à Moïse le candélabre de feu, D.ieu lui donna acte de ses hésitations. Il lui fit savoir qu’en effet, faire usage des objets matériels pour imprégner le monde du Divin est quelque chose qui nous est impossible par nous-mêmes. Il demanda donc à Moïse de jeter l’or dans le feu, suite à quoi le candélabre prendrait forme de lui-même.

De même, D.ieu nous demande de transformer toutes nos aspirations et nos biens matériels en sources de lumière divine, tout en sachant que nous ne pouvons y parvenir par nous-mêmes. Tout ce qu’il requiert de nous, c’est que nous les précipitions tous dans l’ardeur de notre cœur – autrement dit, de permettre à notre amour pour Lui de pénétrer tout ce que nous accomplissons –, et Il accomplira miraculeusement le reste.

Ensuite, D.ieu ordonna au peuple de confectionner une table tout spécialement conçue pour porter douze pains qui seraient placés sur elle chaque Chabbat. Après cela, D.ieu ordonna au peuple de faire un candélabre à sept branches en or.

Comment illuminer le monde

וְעָשִׂיתָ מְנֹרַת וגו': (שמות כה:לא)

Tu devras faire un candélabre. Exode 25,31

Il nous est enseigné que Moïse ne comprit pas toutes les instructions que D.ieu lui donna sur la façon de fabriquer le candélabre, et qu’alors, D.ieu lui donna la vision d’un candélabre de feu. Mais même ainsi, le candélabre sembla encore trop compliqué à concevoir pour Moïse. Aussi, D.ieu lui demanda de jeter tout simplement l’or dans le feu et le candélabre prendrait miraculeusement forme.

Par-delà la construction matérielle du candélabre, ce qui parut le plus difficile à saisir à Moïse était la façon dont un tel objet matériel pourrait irradier la conscience du Divin au sein du monde extérieur. En montrant à Moïse le candélabre de feu, D.ieu lui donna acte de ses hésitations. Il lui fit savoir qu’en effet, faire usage des objets matériels pour imprégner le monde du Divin est quelque chose qui nous est impossible par nous-mêmes. Il demanda donc à Moïse de jeter l’or dans le feu, suite à quoi le candélabre prendrait forme de lui-même.

De même, D.ieu nous demande de transformer toutes nos aspirations et nos biens matériels en sources de lumière divine, tout en sachant que nous ne pouvons y parvenir par nous-mêmes. Tout ce qu’il requiert de nous, c’est que nous les précipitions tous dans l’ardeur de notre cœur – autrement dit, de permettre à notre amour pour Lui de pénétrer tout ce que nous accomplissons –, et Il accomplira miraculeusement le reste.

 

 



 

Terumah Quiz

1)Q.  Describe two uses of each of the following: a) oil; b) spices; c) jewels.

            A. a) The oil was burned in the Menorah and used for anointing. b) The spices were a component of the anointing oil and of the incense. c) The jewels were used in the Ephod and the Hoshen (worn by the Kohen Gadol).

2)Q.  Betzalel made the Aron out of three boxes, one inside of the other. Of what material were these boxes made?

            A. The middle box was made of wood and the outer and inner boxes were made of gold. (old fashioned gold plating)

3)Q.  How did Betzalel make the Cherubim?

            A. They were hammered out of a solid block of gold as part of the cover of the Aron. They were not made separately and added later.

4)Q.  How did Moshe know the shape of the Menorah and how was the Menorah made?

            A. According to the midrash, Hashem showed Moshe a Menorah made out of fire. It was initially to be hammered from one block of gold, but when Hashem saw that it was very difficult for Moshe, he told him that it should be thrown into the fire and it would come out completed by itself.

5)Q.  What was the length and width of the Mishkan?

   A. 30 Amot (15 meters) long and 10 Amot (5 meters) wide.

6)Q.  What were the dimensions of the Courtyard of the Mishkan?

    A.  One hundred Amot (150 feet) long by fifty Amot (75 feet) wide

Q.   Why was gold used a lot in building the Mishkan?

            A.   In the Mishkan, the Kaporet, Cherubim, Shulchan, Menora, and Mizbeah were all made from gold.  The Talmud Yerushalmi (Shekalim 1:1) explains that this was done in order to be able to atone for the sin of the golden calf.  When the Kohen Gadol would go into the Holy of Holies on Yom Kipur, he was not allowed to enter with his golden garments; he had to take them off and only wear the white garments.  This was done because since the people sinned with gold it is not proper for a person to go into the Holy of Holies, to ask Hashem for atonement, wearing gold. But the utensils which did not commit a sin and whose main purpose is to affect atonement were made from gold.


 

 

 

 

 SHABBAT ZAKHOR

Samuel I 15:2-34

 We read on the Shabbat before Purim every year. It includes a verse commanding us not to forget Amalek, the tribe who attacked the Israelites just after they came out of Egypt. In addition to its regular place in the Torah, in Parashat Ki Tetze, Parashat Zakhor is read on the Shabbat before Purim because the villain of the Purim story, Haman, is said to be a descendent of Amalek. Hearing Parashat Zakhor in synagogue is considered the fulfillment of the mitzvah not to forget Amalek.

The haftarah for Parashat Zakhor tells of the efforts of Israel to defeat Amalek once and for all. God commands Saul, the first king of Israel: "I remember what Amalek did to Israel, attacking them on their way, as they left Egypt. Go, now, and attack Amalek" (15:2-3).

Saul does as God commands. At the city of Amalek, he finds a tribe of Kenites living among them. Since the Kenites had been occasional allies of the Israelites, as well as the tribe that Jethro and Yael both came from, Saul warns them to move out of the Amalekite city, lest they be destroyed together with the people of Amalek. The Kenites comply, and Saul rages a furious war on Amalek, "taking Agag king of Amalek alive while putting all the rest of the people to the sword" (15:9). Along with Agag, Saul and his army take Amalek’s animals and their valuables.

But God is displeased that Saul did not kill Agag and destroy everything belonging to Amalek. "I regret that I made Saul king of Israel," God mourns (15:11), and though Saul repents, he still does not kill Agag and the Amalekite animals . The prophet Samuel comes to visit, and when Saul claims to have carried out the Lord’s command, the prophet challenges him: "How is it, then, that I hear sheep bleating and oxen bellowing?" (15:14).

 

Saul excuses his reticence by explaining that they were being saved as a sacrifice to God.

"You may be small in your own eyes," Samuel tells Saul, "but you are the head of the tribes of Israel; the Eternal anointed you king" (15:17). Samuel goes on to castigate Saul, telling him that although he repented, he still rejected the word of God; and that, therefore, God has rejected him as king of Israel. What’s more, God has "given it [the kingship] to your neighbor, to one better than you" (15:28). Saul, though disgraced, asks Samuel’s permission to pray to God with him–and the prophet agrees.

Following their prayers, Samuel demands that Agag, the king of Amalek, be brought before him. Samuel takes a sword and chops Agag to pieces. Samuel then leaves Saul, and withdraws to his home in Ramah.



 

 

 

par Sara Debbie Gutfreund   VIVRE EN iSRAEL

Endurance et simplicité. Foi et unité. Quatre leçons de vie qu’Israël m’a enseignées. Et pour lesquelles je lui suis éperdument reconnaissante.

 


 

Je n’oublierai jamais le moment où je suis tombée amoureuse d’Israël.

L’été avant mon entrée à la fac, j’ai voyagé en Israël dans le cadre d’un séjour dédié aux sports extrêmes. Je n’avais jamais fait de descente en rappel, et nous sommes arrivés au bord d’une immense falaise.

— C’est prêt, ‘hevre (la compagnie). Yalla (allons-y) ! nous a lancé notre guide touristique israélien après avoir passé quelques secondes à fixer une série de sangles et de cordes. Qui veut y aller en premier ?

Je me suis avancée en direction de l’extrémité de la falaise et j’ai regardé en bas. Sous mes yeux, des centaines de mètres de rocs acérés s’étendaient à perte de vue. Notre guide a-t-il perdu la raison ? S’attend-t-il à ce que nous dévalions une falaise aussi escarpée ? C’est hors de question !

À en juger par l’incrédulité qui se peignait sur leurs visages, mes compagnons d’infortune étaient du même avis que moi.

Me tournant vers le guide, je lui ai posé la question qui préoccupait tout notre groupe :

— Y a-t-il un autre moyen de redescendre ? 

— Non ‘habibi, c’est la seule issue. Yalla !

Et sur ces mots, il m’a fait signe d’enfiler le baudrier d’escalade en cordes qu’il avait fabriqué.

J’ai secoué vigoureusement la tête.

Yalla ! Allons-y. Zé bésseder (tout ira bien), m’a-t-il rassuré

Docilement, j’ai enfilé le harnais et attendu ses instructions.

— Retourne-toi et vas-y, m’a-t-il dit, m’indiquant que je devais entamer ma descente à reculons.

Désormais à quelques millimètres du bord du précipice, je n’ai pas pu m’empêcher de penser : ça y est, je vais y passer.

— En avant ! m’a crié le guide.

Et tout d’un coup, je me suis retrouvée en train de descendre la falaise, mes pieds trouvant appui sur des rochers saillants. Quand je me suis retournée pour observer la vue qui s’offrait à moi, j’ai vu des kilomètres de montagnes et de vallées magnifiques et un ciel qui avait le bleu profond de la mer. De toute ma vie, je n’avais jamais vu un paysage aussi splendide. C’est à ce moment précis, tandis que j’étais suspendue à une falaise au beau milieu du Golan, que je suis tombée amoureuse d’Israël.

Depuis, j’ai eu la chance d'avoir vécu en Israël et d’y avoir élevé mes enfants pendant de nombreuses années. Et même si aujourd’hui, nous vivons aux États-Unis, mon cœur est resté dans notre patrie, et je suis reconnaissante chaque jour à Dieu pour tout ce qu’Israël m’a appris, pour tout ce qu’Israël m’a apporté. Voici les quatre leçons de vie capitales qu’Israël m’a enseignées :

1. Israël m’a appris à surmonter mes peurs. Descendre en rappel une falaise pour la première fois de ma vie, apprendre une langue qui n’était pas la mienne… Israël m’a appris que dans la vie beaucoup de choses ne sont intimidantes qu’en apparence. Le tout est de prendre son courage à deux mains pour venir à bout de nos peurs. Et si l’on devait résumer cette attitude 

 

 

typiquement « sabra » en un seul mot, ce serait Yalla  - allons-y !  

2. Israël m’a redonné le goût de la simplicité. En Israël, le lait ne se vend pas en brique ni en bouteille, mais dans un modeste sachet en plastique. La première fois que j’en ai tenu un spécimen dans mes mains, comme la première fois où j’ai aperçu la minuscule kitchenette de notre premier appartement en Israël, je me suis demandé comment nous allions faire pour survivre. Mais la vie en Israël m’a appris que tous les petits conforts auxquels j’avais été habituée dans mon enfance n’étaient pas indispensables à mon bien-être et que je pouvais parfaitement me contenter de moins. J’ai vite appris à me concentrer sur l’essentiel, plutôt qu’à me laisser distraire par ce qui m’entourait (ou qui ne m’entourait pas…)

3. Israël m’a rapproché de mes ancêtres. Israël m’a donné le courage d’assumer pleinement mon identité juive et de renouer avec mes racines ancestrales. C’est là-bas que la sagesse du judaïsme est devenue la pierre angulaire de toutes mes actions, de toutes mes décisions. C’est là-bas que j’ai pris conscience que je voulais élever mes enfants dans la beauté de nos traditions et à la lumière de la Torah.

4. Israël m’a appris la force de l’unité. Ce fut en Israël que j’ai appris à m’entendre avec – et à apprécier – des gens qui étaient différents de moi. J’ai côtoyé une myriade de cultures et de modes de vie fascinantes. J’ai découvert le bonheur incroyable de faire partie d’un pays où des Juifs du monde entier se retrouvent pour apprendre à vivre ensemble. Et ce fut là-bas que j’ai finalement compris que ce qui nous unit est beaucoup plus fort que ce qui nous divise.

Alors merci Israël pour m’avoir fait découvrir ta beauté et ta sagesse. Pour tes falaises escarpées et pour tes cieux bleus comme l’océan. Et, par-dessus tout, merci de m’avoir appris à toujours aller de l’avant.

 

 


 

JEWISH QUOTES

The apple does not fall far from the tree." ~~ Ma’ase Tuvia

 

If God favors a man, even his enemy will run to his rescue." ~~ Naftali Hertz Weisel

 

Who raises his hand against a friend is wicked even if he does not strike him." ~~ Talmud,

 

When the soul is at peace, so will the body be." ~~ Arama

 

The door which is not opened for a beggar will open for a doctor." ~~ Pesikta Rabati

 

There is no wealth like health." ~~ Mivchar Hapeninim

 

A faithful friend is the medicine of life." ~~ Ben Sira

 

A man should never stand in a place of danger and expect a miracle to happen to him." ~~ Talmud, Shabbat

 

A man should believe in God through faith, not because of miracles." ~~ Nachman of Bratslav

 

By three things is the world sustained: justice, truth and peace." ~~ Avot

 

In your town, your reputation counts; in another, your clothes do." ~~ Talmud, Shabbat

 

He who studies but does not repeat his lessons is as one who plants but does not enjoy the fruit." ~~ Talmud,

 

 

 

THE SHABBAT SMILE

 

 

Did you hear about the successful businessman whose daughter got married to a frum young man?

The businessman had a meeting with his new son-in-law. "I love my daughter very much, and now I welcome you into the family," said the man. "To show you how much we care for you, I am making you a 50-50 partner in my business. All you have to do is go to the factory every day and learn the operations."

The son-in-law interrupted, "I hate factories. I can't stand the noise."

"I see," replied the father-in-law. "Well, then you'll work in the office and take charge of some of the operations."

"I hate office work," said the son-in-law. "I can't stand being stuck behind a desk all day."

"Wait a minute," said the father-in-law. "I just made you a half-owner of a moneymaking organisation, but you don't like factories and you won't work in an office. What am I going to do with you?"

----------------------------------------------------

 

"Easy," said the young man. "Buy me out.

 

Goldstein had been going to the same restaurant for 10 years. Every day he starts with the same thing, barley soup. One day, as soon as he comes in, the waiter brings the soup over to his table.

"I want you to taste the soup," Goldstein says as the waiter starts to walk away.

"What's the matter?" the waiter asks, "Every day you take the same barley soup."

"I want you to taste the soup," Goldstein repeats.

"You don't want the barley soup?" the waiter says, "I'll bring you something else."

"I want you to taste the soup," Goldstein says once more.

"Is it too cold? Too salty? G-d forbid is there a fly in it? What's wrong with it?" said the waiter.

"Just taste the soup," insists Goldstein.

"Okay, okay, I'll taste the soup," says the waiter, wearily. "Where's the spoon?"

---------------------------------------------------------

 

 

Congratulations, Shlomo," said the groom's uncle. "I'm sure you'll look back on this day and remember it as the happiest day of your life.''

"But I'm not getting married until tomorrow," replied Moshe.

"I know," replied his uncle.

------------------------------------------------

 

 

LE SOURIRE DU CHABBAT:

 

 

Un gars rencontre son copain qui lui doit de l’argent et lui demande :

 

- Dis donc, est-ce que tu as reçu  ma lettre de la semaine dernière ?

 

- Le copain répond : Là où tu me demandais de te rembourser

   l'argent que tu m'as prêté  et que si je ne te payais  pas, tu chargeras les

   intérêts et  tu m’enverras une lettre d’avocat et le huissier à la maison  

  pour saisir les meubles  ?

 

- Oui, oui  c’est bien ça .

 

- Non, désolé, je ne l'ai pas encore reçue !

-----------------------------------------

 

Un patron demande à un employé :

 

- Vous croyez à la vie après la mort ?

 

- Euh...oui, patron...Pourquoi cette question ?

 

- Ah, tout va bien, alors! Parce que hier après-midi, vous n'êtes pas venu travailler pour aller à l'enterrement de votre grand-mère, et elle est passée pour vous dire un petit bonjour ce matin !

 

Un volcan s’installe à côté d’une colline:

Ça te dérange si je fume?

 

 

Que dit une pilule dans un pot de pilules?

– Je me sens comprimée.

 

 

 

 

 

CHABBAT CHALOM

MAGHEN ABRAHAM

 

David Hasson

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  1.  

LIFECYCLE EVENTS

Celebrate a lifecycle event with us by sponsoring a Kiddouch

 

CONGREGATION MAGHEN ABRAHAM

 

Contact Us

Maghen Abraham
POB 111, Succ Snowdon, Montreal,

H3X 3T3
4894 St-Kévin 
Montréal, Québec, Canada 
Tel: 514-943-6779514-943-6779-943-6779. David Hasson-737-3695 

macommunaute@maghenabraham.com

 
Mon, June 14 2021 4 Tammuz 5781