Sign In Forgot Password

M A Weekly Bulletin - PARACHAT HAAZINOU 26 SEPTEMBRE 2020/ 8 TICHRÉ 5781

09/25/2020 01:16:38 PM

Sep25

M.A. WEEK   EDITION SPÉCIALE DE KIPPOUR

SHABBAT TIMES
candle lighting 6: 27
chabbat morning :9:00  am
havdalla ; 7:27  PM

 

LE JEÛNE CPMMENCE À 6:23 PM ET SE TERMINE À 7:25 PM

ALLUMAGE DES BOUGIES A KIPPOUR  6:27 PM 

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------

 

PARACHAT HAAZINOU  26 SEPTEMBRE 2020/

8 TICHRÉ 5781

     

                         MESSAGE IMPORTANT de Mayer Sasson

                   AU 25 MEMBRES DÉSIGNÉS  DE MAGHEN  ABRAHAM :::

 

J’ai le grand plaisir de vous annoncer que nous prierons au HAMPSTEAD PARK, nous avons organisé David Azerad et moi-même ,  pour vous une splendide tente, avec des chaises. Des Séfarims et des livres ainsi que des Tzitzit.

Les 25 Membres désignés prieront dans la Tente :

TOUTES LES PRIÈRES AURONT PLACE DANS LA TENTE :

PRIÈRES AUJOURD’HUI VENDREDI : 6.30 PM

PRIÈRES DEMAIN SHABBAT : COMME D’HABITUDE à 9.00 AM

SELIHOT DIMANCHE MATIN 6.00 AM

PRIÈRES KIPPOUR : DIMANCHE APRES MIDI : 6.15 PM  (KOL NIDREI)

PRIÈRES KIPPOUR : LUNDI MATIN 9.00 AM

FIN DE LA FÊTE: 7.25 PM LUNDI SOIR ET SHOFFAR

Les membres désignés sont :

David, Meir, Yosef, Ephraim Azerad, Meyer Oiknine, Selim et Mayer Sasson, Zion Totah, Sylvain, David et Ariel Chemtob, David,yosef et Benjamin Pisarevsky, Moussa et Nino Saad, Léon Mosseri, Issac Dana, Isaac Darwiche, Jospeh Benamor, Léon Mosseri, Ari Pimienta., Sami Zagury , Benjamin Hadid, Daniel Dahan et Abraham Romano

+HAZKAROT :

Moché Saad (zl) père de Albert Saad

Ytshak Battat (zl) époux de Yvette Battat

Yitshak Tobianah (zl)  (père de Jacques Tobianah

 

SOMMAIRE DE LA PARACHA:

 

La plus grande partie de la paracha de Haazinou (« Écoutez ») est composé d'un « cantique » de 70 lignes que Moïse transmit au peuple d'Israël, le dernier jour de sa vie terrestre.

Prenant le ciel et la terre à témoins, Moïse exhorte le peuple en ces termes : « Souviens-toi des jours d'antan, méditez les années, d'âge en âge ; interroge ton père, il te l'apprendra, tes aïeux, ils te diront » de quelle manière D.ieu « l'a trouvé au pays du désert », en fit un peuple, l'a choisi comme Sien, et leur a attribué une terre d'abondance. Le Cantique met en garde contre les pièges de la prospérité – . Tu deviens gras, replet, bouffi – Il abandonne le D.ieu qui l'avait fait, il méprise le Rocher de son salut, » ainsi que les terribles calamités qui en résulteraient, que Moïse décrit comme D.ieu « détournant Sa face ». Cependant, il promet que D.ieu, à la fin, vengera le sang de Ses serviteurs et se réconciliera avec Son peuple et Sa terre.

La paracha se conclut par l'ordre de D.ieu à Moïse de gravir le mont Nebo jusqu'à son sommet, depuis lequel il contemplera la Terre Promise avant de mourir sur la montagne. « De loin seulement tu verras le pays, tu n'y entreras pas, dans cette terre que Je donne aux enfants d'Israël. 

 

 

 

Comment Yom Kippour est observé ?

 

Les dîners de Chabbat et de fête sont précédés par l’allumage de bougies à l’heure appropriée

Comme le Chabbat, aucun travail ne doit être effectué à Yom Kippour, depuis le coucher du soleil le 9 Tichri jusqu’à la sortie des étoiles le lendemain soir. Les bougies de la fête sont allumées avant le début de celle-ci.

À Yom Kippour, nous nous affligeons en nous abstenant des cinq activités suivantes:

  • Manger et boire (en cas de besoin, il convient de consulter une autorité médicale et un rabbin).
  • Porter des chaussures en cuir
  • S’appliquer des lotions ou des crèmes
  • se laver ou se baigner
  • Avoir des relations conjugales

 

 

  1. Maariv, avec le solennel Kol Nidrei, le soir de Yom Kippour ;
  2. Cha’harit, la prière du matin, qui comprend la lecture d'une section du Lévitique
  3. Moussaf, qui inclut un récit détaillé du service de Yom Kippour dans le temple ;
  4. Min’ha, qui inclut la lecture du Livre de Jonas ;
  5. Néïla, la prière de la « fermeture des portes », au moment du coucher du soleil.

De manière générale, Yom Kippour est consacré à l’introspection, à la prière et à demander pardon à D.ieu. Même pendant les pauses entre les offices, il convient de réciter des psaumes à chaque moment de libre.

 

Ce que nous faisons après Yom Kippour

 

Après la tombée de la nuit, l’office de clôture de Néila se termine par les cris retentissants de la prière du Chéma : « Écoute O Israël : l’Éternel est notre D.ieu, l’Éternel est un. »

Nous prenons ensuite un repas festif d’après-jeûne, faisant de la soirée d’après Yom Kippour un yom tov (une fête) en soi.

En effet, bien que Yom Kippour soit le jour le plus solennel de l’année, il est imprégné d’une joie sous-jacente : la joie d’être immergé dans la spiritualité de ce jour, qui exprime notre confiance que D.ieu acceptera notre repentir, pardonnera nos fautes et scellera notre verdict pour une année de vie, de santé et de bonheur.

Il existe la coutume qu’après Yom Kippour, nous commençons immédiatement (la planification de) la construction de la soukkah, que nous allons utiliser pour les joyeuses fêtes de Soukkot qui suivent à peine cinq jours plus tard.

 

 

 

 

 

LA CIGALE ET LA TÉCHOUVA

La cigale ayant frimé toute l’année se trouva fort dépourvue lorsqu’Eloul fut venu.
> Pas une seule petite mitsvah, ni même une heure de tefila
> Pas non plus de tsedaka, rien que du lachon hara !!!
>
> A la période des selihot, elle se sentit soudain toute sotte.
> Quand le jour du jugement arriva, évidemment notre cigale paniqua !
> Attendez, je veux bien faire ‘’techouva’’, écouter même un ‘’chiour torah’’
> Que faire de ce paquet d’’’averot’’, se lever tôt pour les ‘’selihot’’ ?
>
> Une voix bientôt se fit entendre, la cigale devint soudain toute tendre

> Que faisiez-vous cette année, malheureuse ! dit-elle à cette petite orgueilleuse.
>

> Nuit et jour, j’écoutais mon yetser hara, avoua-t-elle sans embarras.
> Je ne cherchais que le plaisir, je consacrais mon temps à sortir.
> Ma vie n’était que vanité, et mes soucis futilités.
>
> Je passais avec mépris devant ces petites fourmis.
> J’avoue, je riais souvent aux éclats avec leurs questions d’’’halaha’’.
> Je les voyais étudier et prier, moi, je me sentais bien plus rusée !!
>
> La voix d’en haut répondit, et la cigale fut ébahie.
> Vous frimiez ? J’en suis fort aise. Ne ressentez-vous pas un malaise ?
> Et bien ‘’techouvez’’ maintenant ! Surtout ne perdez pas de temps.
>
> Prenez exemple sur ces petites fourmis, qui avec les ‘’mitsvot’’ n’en n’ont jamais fini.
> N’écoutez plus votre ‘’yetser hara’’, un jour prochain, il vous perdra !
> Allez ca va pour cette fois-ci, vous ne serez pas punie.
> Encore une année de chance, et croyez en la providence.
> Rendez-vous l’année prochaine, vous aurez j’espère brisé vos chaines.
> Et parmi mes si chères fourmis vous reviendrez, les mains de mitsvot bien rempl

 

. »

 

Teshuva is not just for “sins”

            Maimonides reminds us (Mishne Torah Hilchot Teshuva 7:3 – we often don’t get all the way to chapter 7 so may not learn this part frequently) that during this time of year we have a tendency to get very focused on the sins we made to god or to other people.  We often forget to do teshuva for our own personal issues that we might be struggling with.  For example, Rambam tells us that we must regret and change our way if we anger too quickly.  We should think about how we are going to control our temper this coming year. Some people feel hatred or jealousy toward others.  Some people, he writes, get very caught up in wanting to be rich and make a lot of money making that the focus of their time. Sometimes we may be overly competitive or have a rivalry with someone.  Other times we might trick others into doing things. Rambam brings all these examples of behaviors that we must do teshuva for even if we dint actually do an act that is considered a sin but just think this way or lead our lives with these unhealthy attitudes.

            Following Torah is about following a healthy way to live.  It means leading our lives in a way that is beneficial to us and those around us.  That is the purpose of the Torah and the mitzvot, as they are for our own benefit. This is why the rabbis established every fall that we should think about how we are conducting our lives and it what ways we can make our lives and the lives of those around us better.  That is the essence of Teshuva.

 

 

 

Chabbat Chouva" ou "Chabbat Techouva"?

 

Le Chabbat de cette semaine porte un nom particulier. Ou plutôt, il en porte deux.

Il est parfois appelé « Chabbat Chouva », du nom de la Haftara, le texte des Prophètes lu chaque semaine après la lecture de la Torah et qui débute cette semaine par l’exhortation du prophète Hoshéa : « Reviens, Israël, jusqu’à l’Éternel, ton D.ieu. » (Osée 14, 2)

Il est également appelé « Chabbat Techouva », car c’est le Chabbat qui tombe dans les Dix Jours de Techouva, la période de repentir et de retour à D.ieu qui va de Roch Hachana à Yom Kippour. Ce nom est d’ailleurs aussi lié avec la Haftara, puisque le thème de celle-ci est précisément la Techouva.

ChouvaTechouva, nuance négligeable ? Pas vraiment, comme nous allons le voir.

« Chouva » est un verbe à l’impératif : « Reviens ! », c’est l’invitation de D.ieu à revenir vers Lui ; « Techouva » désigne le retour en lui-même.

Le nom de « Chabbat Techouva » désigne la situation actuelle : la Techouva est un fait, les Juifs retournent vers D.ieu de tout leur cœur, avec sincérité et détermination.

S’il en est ainsi, pourquoi continuer à appeler ce jour du nom de « Chabbat Chouva » ? Cet impératif suggère que la Techouva est justement absente, qu’elle se fait désirer et qu’il est grand temps de s’y livrer.

C’est pour cela que le prophète précise : « Reviens, Israël, jusqu’à l’Éternel, ton D.ieu. » D.ieu est infini, et Il nous demande – et révèle ainsi en nous les forces – de revenir « jusqu’à Lui », c’est-à-dire de toujours nous élever, de toujours nous approfondir, de toujours accomplir plus, révélant en cela l’étincelle divine de notre âme dont le pouvoir est infini.

En ce début d’année, alors que nous faisons Techouva et réexaminons les modalités de notre vie, soyons conscients que D.ieu nous permet d’effectuer en nous une véritable révolution pour le bien.


Ha’azinu Summary

 

Ha’azinu is an often neglected parasha as it gets overtaken by the high holidays and people don’t pay much attention to it. It happens to be one of the most beautiful and poetic passages in the Bible and I encourage everyone to make an effort to read it. The Hebrew can be difficult but worth the effort.

In the last Parasha, Vayelech, Hashem predicted that in the future, Bnei Yisrael will sin. Hashem told Moshe to teach Bnei Yisrael this ‘song’ to serve as a testimony that Hashem has warned them of the punishment they will receive, if they do not follow His commandments. This week’s Parasha, Haazinu is this ‘song’.

            Moshe calls upon the heavens and the earth to bear witness to the warning of the calamities that will befall Bnei Yisrael should they sin. Moshe proclaims that Hashem is completely just, and if He sends punishment on Bnei Yisrael, it is Bnei Yisrael who are the cause, not Him. Moshe asks Bnei Yisrael, rhetorically, “Is it to Hashem that you do this?” Hashem has given you everything and protected you, and now you turn against Him. He wants Bnei Yisrael to realize that if they sin, it is to their own detriment. He warns them to be careful, because when they become prosperous, they are likely to forget about Hashem, and not give Tzedaka, and not do the Mitzvot. Hashem also promises that a complete redemption will definitely take place eventually. He says that no matter how far they sink, He will never forsake them.

            Sforno explains the structure of the song as follows. It starts out with a summary of the history of the world. Hashem shows how in all of history, since creation, everything was based on Bnei Yisrael.  The song continues with five historical themes. a) Hashem created the world so that all nations would join in achieving His goal. When they failed to do so, He chose Israel to be His chosen nation. b) He gave Bnei Yisrael a land where they can serve Him. But they failed to serve Him properly. c) Hashem exiled them. d) Moshe tells how Hashem will redeem them at the “End of Days”. e) Moshe described the redemption and how the enemies of Yisrael will be punished.

            The Parasha ends with Hashem’s final commandment to Moshe. “Go up on the mountain and see all the land...and die there.” Hashem tells Moshe that he will die the same way as his brother. He recalls that the reason Moshe is not entering the land and must die now is because he hit the rock, instead of speaking to it, thereby not sanctifying Hashem’s name. In the next Parasha, V’zot Haberacha, before dying, Moshe blesses each tribe individually (except one).  It is interesting to note that each commentator has a completely different take on the meaning of this parasha and what the ‘song’ represents.  The Hebrew is difficult to understand and the English translation is almost useless in this case.  In order to really understand Ha’azinu one must devote time to study the words and the different commentator’s regarding this parasha.  As it is one of the most beautiful poems in my opinion, it is well worth the effort.

 



 

 




JEWISH PROVERBS:
Anyone who teases you loves you

Don't look for more honor than your learning merits

Don't make a mountain out of a molehill
 First improve yourself, and then judge others. 

First mend yourself, and then mend others

God gives burdens also shoulders
Prepare your proof before you argue

Pride is the mask of one's own faults. 

When you have no choice, mobilize the spirit of courage


 

 

The Shabbat smile

 

A fellow comes to a synagog and says to the rabbi:
" Rabbi, I want to be a Cohen."
The rabbi answers: "You know, son, not everybody can become a Cohen." But the fellow persists: "I really want to be a Cohen! I must be a Cohen!! I am willing to do anything!!!" to which the rabbi sadly gives the same reply. 
"Look", says the fellow, "I am willing to donate million dollars to your synagogue, if you just help me to be a Cohen."
Hearing that and thinking of his synagogue and congregation's benefit, the rabbi tells the fellow that for this amount of money he may get the title of "Honorary Cohen."
The fellow agrees, and after the transaction is complete the the rabbi asks: "would you please tell me why it was so important to you to be a Cohen?"
"Very simple", answers the fellow, "you see, my father was a Cohen and his father before him was a Cohen, so I just wanted to stick to the family tradition!"

 

 

Goldberg is the Shamas at the shul. One day he receives a package for the shul and signs for it with an "X".

The shul President asks what gives with the "X", and Goldberg admits that he can't write. The President discusses this with the committee and they agree that it will not do to have an illiterate shamas, so they fire him. What is an unemployed shamas to do? He opens a grocery store.... And it does very well.... So he opens another.
He becomes so successful that very soon he has a chain of supermarkets. He decides to expand across the country and he gets a billion-dollar loan from the bank. The loan documents are placed before him for his signature. In the space he makes an "X". The bank Sr. V.P. looks at the "X" on the document, shakes his head and says to Goldberg: "Mr Goldberg, can you imagine what you could have become if only you knew how to write...?"

 

LE SOURIRE DU CHABBAT

 

 

 

David dit à son usurier de père :
- Mais Papa, tu prêtes de l'argent à 9% alors que le taux légal est de 6..C'est un péché !
- Mais non, mon fils, un 9 vu du ciel, c'est un 6 !

 

 

Pendant les vacances, Rebecca Cohen, genre bonne copine, dit à sa voisine :
- Je tiens à vous avertir qu'avant-hier, sur la plage, j'ai vu votre mari avec une jolie blonde à son bras !
- Et alors ? Vous ne voudriez tout de même pas qu'à son âge il se promène avec un seau et une pelle !



 

En effet, bien que Yom Kippour soit le jour le plus solennel de l’année, il est imprégné d’une joie sous-jacente : la joie d’être immergé dans la spiritualité de ce jour, qui exprime notre confiance que D.ieu acceptera notre repentir, pardonnera nos fautes et scellera notre verdict pour une année de vie, de santé et de bonheur

                                    Gmar Hatima Tovah  à tous

Maghen Abraham

David Hasson

 

 

 

 

 

 

LIFECYCLE EVENTS

Celebrate a lifecycle event with us by sponsoring a Kiddouch

 

CONGREGATION MAGHEN ABRAHAM

 

Contact Us

Maghen Abraham
POB 111, Succ Snowdon, Montreal,

H3X 3T3
4894 St-Kévin 
Montréal, Québec, Canada 
Tel: 514-943-6779514-943-6779-943-6779. David Hasson-737-3695 

macommunaute@maghenabraham.com

 
Mon, October 26 2020 8 Cheshvan 5781