Sign In Forgot Password

M A Weekly Bulletin - PARACHAT KORAH - 27 JUIN 2020 /5 TAMMUZ 5780

06/26/2020 01:55:49 PM

Jun26

M.A. WEEKLY 
CHABBAT PARACHAT KORAH  27 JUIN 2020

SHABBAT TIMES
candle lighting 8:29 pm
chabbat morning :8;45 am
havdalla 9:45  pm

 

 

 

 

 

PARACHAT KORAH 27 JUIN 2020/ 5 TAMMUZ 5780

 

 

Bien que les Synagogues eurent la permission d’ouvrir, il y a plusieurs conditions et règlements à suivre et toute une réorganisation avant la réouverture officielle de la Spanish et les minyanim qui s’y trouvent dedans .

Nous vous mettrons au courant au fur et à mesure que les préparations s’achèvent . Entretemps, notre tente adjacente au domicile de David Azerad est ouverte pour les prières du Chabbat et la Minha de la semaine .

HAZKAROT :

David Bassal Ben Esther, père de Moïse Bassal (ZL)

Shoshana bat Saada Benamor, mère de Joe Benamor (ZL)

Le Kiddouch est offert par Joe Benamor à la mémoire de sa maman

Shoshana Bat Saada

 

C’est le Chabbat le plus long de l’année

 

 

 

 

RÉSUMÉ DE LA PARACHA :

Kora’h incite à la révolte, contestant la primauté de Moïse et que la prêtrise ait été confiée à Aaron. Il est accompagné par deux vieux ennemis de Moïse, Dathan et Abiram. A eux se sont joints 250 membres distingués de la communauté, qui offrent le Ketoret (l’encens consacré) voulant ainsi prouver qu’ils seraient dignes de la prêtrise. Mais la terre s’ouvre et engloutit les mutins. Un feu consume ceux qui ont voulu offrir l’encens.Une plaie s’ensuit : Aaron l’arrête en offrant le Ketoret. Son bâton fleurit miraculeusement et produit des amandes. C’est la preuve que sa désignation comme Grand Prêtre relève d’un ordre divin.D.ieu commande qu’une teroumah, un prélèvement, soit opérée au profit des prêtres sur chaque récolte de grain, d’huile et de vin, sur les premiers-nés du bétail et que des cadeaux particuliers leurs soient donnés.

© Copyright, all rights reserved. If you enjoyed this article, we encourage you to distribute it further, provided that you comply with Chabad.org's copyright polic

 

LES POINTS PRINCIPAUX :

- La révolte de Korah, de son assemblée et de 250 hommes

- Korah et ses partisans sont engloutis, et les 250 hommes sont consumés par le feu

- Les encensoirs de Korah et de ses partisans sont transformés en revêtement pour l’autel

- Les enfants d’Israël sont frappés d’une plaie pour s’être plaints de la mort des 250 hommes. Le kétoret, l’encens fait cesser la plaie

- Le bâton de Lévi fleurit en signe de l’élection de cette tribu et de la kéhouna (prêtrise) d’Aharon

- La mitsva de garder le michkan et le beth hamikdach pour les cohanim et les léviim

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

 

 

 

What triggered the rebellion of Korah?

The Torah does not explicitly tell us the specifics surrounding this event but there are several possibilities offered by the commentaries. Ibn Ezra and Ramban are two classical commentaries that disagreed on the answer to this question. Each of them had a different style in their approach to understanding the Bible, and this is seen in their differing approaches to this question. Both of these great rabbis believed in a complete Torah education including the “secular” education (as some people incorrectly refer to it today) as did almost all Sephardic Jewish thinkers at that time and as did almost every rabbi in the past until this generation when we became too “religious” for that; They were both prominent men in both the Jewish aIbn Ezra explains that this would understandably cause animosity, suspicion and jealousy. Korah recruited Datan and Aviram who came from the firstborn tribe of Reuben, from whom the bechor status was removed and given to Yosef and led the ‘revolt’ on behalf of the ‘wronged’ firstborns. Ibn Ezra surmises that they accused Moshe of doing this as well for the sake of his right-hand man Yehoshua a descendent of Yosef. Ramban disagrees with this entire theory. He states that all this is only plausible if you accept Ibn Ezra’s concept that there is no ordered chronology of events in the Torah. A concept termed “en mukdam u’meuchar batorah – there is no prior and later in the Torah”. Ramban states that this tool can only be employed in very specific situations for very good reasons, and that one cannot, simply move things around in the Torah to suit one’s own understanding (although Ramban as well often reinterprets verses to suit his understanding and philosophy). Ramban, rather, explains that these events took place in proper sequential order after the episode of the spies, not in the Sinai but rather in Kadesh Barnea. Ramban also points out that Ibn Ezra’s theory about removing the bechora from Reuben to Yosef having to do with Moshe and Yehoshua is untenable because it was Yaakov that did this. Ramban believes the source of the dispute was because Moshe wants to “kill them in this desert”. At Sinai they loved Moshe, because he defended them to God after the sin of the golden calf and saved them from destruction. After the sin of the spies however he did not pray on their behalf, and they became destined to die in the desert without Moshe fulfilling his promise to them to bring them to the Promised Land. Ramban uses his understanding of human psychology to explain that by Sinai the people loved Moshe and would not tolerate an uprising. Only, at this time of utter despair for the people, was Korah able to use the opportunity to challenge Moshe. As we see today in America and throughout the world, when a people are in despair it is all too easy to trigger an uprising. Here we see two different approaches to the same question

By Rabbi Dr Ronnie Hasson

 

 

 

Une Mézouza à la porte

par Yitschak Meir Kagan

 

La lecture de la Torah de cette semaine raconte comment Kora’h, un membre de la tribu sacerdotale de Lévi, se rebella contre l’ordre établi et contesta l’autorité de Moïse et la grande prêtrise d’Aaron.

Le Midrache1 rapporte que Kora’h chercha à remettre en question le rôle de Moïse à travers plusieurs questions. L’une d’elles portait sur la Mézouza. Selon la loi juive, chaque maison doit avoir, fixée au montant droit de sa porte, une Mézouza, un petit rouleau de parchemin contenant les deux premiers paragraphes du Chéma Israël. Kora’h demanda à Moïse : « Une maison remplie de rouleaux de la Torah nécessite-t-elle une Mézouza ? » Moïse répondit que le contenu de la maison n’entrait pas en ligne de compte ; quel qu’il soit, une mézouza est requise à chaque porte.

Quelle est la logique de la réponse que Moïse fit à Kora’h ? Une Mézouza, après tout, ne contient que deux petites portions de la Torah. Pourquoi, en effet, une maison pleine de rouleaux comportant l’intégralité de la Torah nécessiterait-elle une Mézouza ? Et si on a une Mézouza dans un étui magnifiquement décoré posée sur une étagère, pourquoi ne serait-ce pas suffisant ? Quelle est la signification d’avoir une Mézouza clouée au chambranle de la porte ?

Notre Torah n’est pas vouée à être reléguée aux étagères

La réponse est que, bien que les étagères d’une maison puissent être pleines de rouleaux de la Torah ou d’autres livres saints, cela peut ne pas assurer la conduite religieuse de ses habitants. C’est la Mézouza sur la porte qui symbolise la conscience active de la présence de D.ieu.2

La Mézouza est fixée au chambranle de la porte qui est le passage à travers lequel on entre dans son domicile et à travers lequel on le quitte. Symboliquement, on prend avec soi les enseignements divins qu’elle contient partout où l’on se rend. Notre Torah n’est pas vouée à être reléguée aux étagères d’une bibliothèque ou seulement aux lieux d’étude ou encore au statut de simple exercice intellectuel. Elle est à tout moment un facteur de notre vie et toutes nos actions sont guidées par la conscience que « L’Eternel notre D.ieu est Un »,3 comme il est écrit dans la Mézouza.

 

QUESTIONS AND ANSWERS – PARASHAT KORAH :

 

All references are to the verses and Rashi's commentary, unless otherwise stated

  1. Why did Datan and Aviram join Korach?
    16:1 - Because they were his neighbors.
  2. Why is Yaakov's name not mentioned in Korach's genealogy?
    16:1 - Yaakov prayed that his name not be mentioned in connection with Korach's rebellion (Bereishet 49:6).
  3. What motivated Korach to rebel?
    16:1 - Korach was jealous that Elizafan ben Uziel was appointed as leader of the family of Kehat instead of himself.
  4. What did Korach and company do when Moshe said that a techelet garment needs tzizit?
    16:1 - They laughed.
  5. What warning did Moshe give the rebels regarding the offering of the incense?
    16:6 - Only one person would survive.
  6. Did Moshe want to be the kohen gadol?
    16-6 - Yes.
  7. What event did Korach not foresee?
    16:7 - That his sons would repent.
  8. What does the phrase rav lachem mean in this week's Parsha? (Give two answers.)
    16:7,3 - Rav lachem appears twice in this week's Parsha. It means "much more than enough greatness have you taken for yourself (16:3)" and "It is a great thing I have said to you (16:17)."
  9. What lands are described in this week's Parsha as "flowing with milk and honey"?
    16:12 - Egypt and Canaan.
  10. When did Moshe have the right to take a donkey from the Jewish community?
    16:15 - When he traveled from Midian to Egypt.
  11. What did Korach do the night before the final confrontation?
    16:19 - Korach went from tribe to tribe in order to rally support for himself.
  12. What sin did Datan and Aviram have in common specifically with Goliath?
    16:27 - They all blasphemed.
  13. Before what age is a person not punished by the Heavenly Court for his sins?
    16:27 - Twenty years old.

 

 

 

 

 

 

 

Les dons d'organes et la Loi Juive.

 

Sauver une vie humaine est une prescription essentielle de la loi juive, mais le don d’un organe constitue un geste d’une grande complexité.

par Rav Shraga Simmonshttps://media.aish.com/designimages/print-fr.gif https://media.aish.com/designimages/print-fr.gif

Plus...

FacebookTwitterEmail8

La position de la loi juive sur le don d’organes est aussi complexe que sur les questions de vie et de mort. Elle tient compte essentiellement du caractère sacré de la vie et du rôle que joue notre existence physique dans le devenir de notre évolution spirituelle.

Nous avons, d’une part, l’obligation sacrée de préserver la vie humaine (piqoua‘h néfech). C’est là un principe fondamental dans la loi juive, d’une importance telle que l’on peut et doit transgresser toute autre loi afin de l’appliquer. C’est ainsi que nous violerons le Chabbath pour transporter en voiture un blessé à l’hôpital.

Nous pouvons violer le Chabbath pour transporter en voiture un blessé à l’hôpital ; il nous est permis de manger du porc pour ne pas mourir de faim dans le désert.

Mais en même temps, la loi juive interdit la profanation d’un cadavre (nivoul hameth). Le corps d’une personne décédée, étant donné qu’il a accueilli une âme sainte, doit être traité avec un respect extrême. Chaque partie du corps doit être enterrée, ce qui explique les images éprouvantes de ces Juifs religieux qui recueillent après chaque attentat terroriste la moindre parcelle de chair et la moindre trace de sang pour les enterrer.

Comment concilier ces deux principes ?

Pour sauver une vie

Le don d’organes est permis dans le cas où l’on a besoin d’un organe pour une greffe spécifique et immédiate.

Dans un tel cas, c’est une grande mitswa pour un Juif de donner un organe pour sauver la vie d’une autre personne.

Le don d’organes n’est pas nécessairement limité aux morts : Quiconque, par exemple, peut se permettre de se passer de l’un de ses reins a le droit d’en faire don à quelqu’un qui en a besoin.

Ce qui est interdit, c’est de faire un don à une « banque d’organes », là où il n’y a pas de receveur spécifique et immédiat.

Compte tenu de l’interdiction de profaner le corps humain, il est interdit de faire un don à une « banque d’organes », là où il n’y a pas de receveur spécifique et immédiat.
Il est également interdit de faire don d’un organe pour la recherche médicale ou pour permettre aux étudiants en médecine de se livrer à des dissections.

Faisons très attention !

Même quand il est envisagé une greffe spécifique et immédiate, il convient de faire extrêmement attention, car les médecins, pour pouvoir disposer d’organes aussi frais que possible, sont parfois tentés de les prélever sur les patients avant qu’ils ne soient vraiment « morts » au sens de la loi juive.

Dans un tel cas, c’est à un véritable meurtre que se livre le médecin, ce qui est, bien sûr, interdit.

Ce qu’il faut retenir, c’est que chaque cas est différent et qu’il nécessite l’examen de milliers de considérations dans la halakha. C’est pourquoi il est recommandé, avant de prendre quelque initiative que ce soit, de consulter un rabbin expérimenté dans le Talmud et la loi juive, et de se rendre compte que les choses sont bien plus complexes que la simple apposition d’une signature sur une carte de don d’organe.

Sources :

Rabbi Ye‘hezqel Landau Noda’ bi Yehouda II, Yoré dé‘a 210

Rabbi Moché Feinstein Igueroth Moché, Yoré dé‘a II, 174

Dayan Weiss Min‘hath Yits‘haq V, 7

Rabbi Eliézer Waldenberg Tsits Eliézer X, 25

On se référera également à l’ouvrage du rabbin

J. David Bleich : « Judaism and Healing » (Ktav Publishing 1981

FOR MORE IMFORMATION ABOUT THAT TOPIC, VISIT www. HODS.ORG

My nephew Dr Henry Hasson is the president of that organization

 

 

 

JEWISH SAYINGS:

 

Our lives are fashioned by our choices. First we make our choices. Then our choices make us.” – Anne Frank

Whoever does not see God everywhere does not see Him anywhere.” – Kotzker Rebbe

There are two ways to live. You can live as if nothing is a miracle. You can live as if everything is a miracle.” – Albert Einstein

You marry your homework." - Adrienne Gold

Life is like riding a bicycle: to keep your balance you must keep moving." – Albert Einstein

I am not a Jew with trembling knees. I am a proud Jew with 3,700 years of civilized history. Nobody came to our aid when we were dying in the gas chambers and ovens. Nobody came to our aid when we were striving to create our country. We paid for it. We fought for it. We died for it. We will stand by our principles. We will defend them. And, when necessary, we will die for them again, with or without your aid.”Israeli Prime Minister Menachem Begin to Senator Joe Biden, in June 1982, who threatened to cut off US aid to Israel

“When we are no longer able to change a situation, we are challenged to change ourselves.” – Viktor FranklWho is the wise person? The one who foresees the consequences.” – Talmud, Tamid, 32a

 

THE SHABBAT SMILE

A Jewish woman in a small town out west sued her husband for divorce. He had left her and refused to pay any kind of support for her, she claimed.

The case was presented to the local judge by a Jewish attorney who concluded his petition in the following way: "Your Honor, this good-for-nothing husband is a most undesirable citizen. He drinks like Lot, sins like Haman, and curses like Balaam."

"The divorce is granted," said the judge, "and as for this man's dangerous associates, if they're ever brought into this courtroom, I will personally see to it that they are punished accordingly."

--------------------------------------------------------------

 

Mona Lisa

If Mona Lisa's Mother were Jewish, she'd have said: "After all that money your father and I spent on braces, that's the biggest smile you can give us?"

---------------------------------------------------------------

A Jewish couple won twenty-million pounds on the lottery.
They immediately set out to begin a life of luxury.
They bought a magnificent mansion in Knightsbridge and surrounded themselves with all the material wealth imaginable.

Then they decided to hire a butler.They found the perfect butler through an agency, very proper and very British, and brought him back to their home. The day after his arrival, he was instructed to set up the dining room table for four, as they were inviting the Cohens to lunch.

The couple then left the house to do some shopping. When they returned, they found the table set for eight. They asked the butler why eight, when they had specifically instructed him to set the table for four.

The butler replied, "The Cohens telephoned and said they were bringing the Blintzes and the Knishes!"

 

 

 

LE SOURIRE DU CHABBAT:

 

Un homme va au poste de police pour rapporter la disparition de sa femme

Le policier lui demande combien de temps depuis qu’elle a disparu

L’homme lui dit : Exactement 12 jours

Et pourquoi vous avez attendu si longtemps pour rapporter la disparition

C’est que je n’ai plus de linge et vaisselles propres

----------------------------------------------------------------------------------------

Deux amis se promenaient par une journée chaude, ont eu soif

Le premier dit : J’ai appris que nous arrêtons la soif en suçant des cailloux

L’ami lui dit, ça tombe bien, il y a une rivière à côté, nous trouverons surement des cailloux

 

Dans un supermarché un agent a arrêté une femme qui a volé des pêches

Il la prend chez le juge

Pourquoi avez-vous voler et combien de pêches avez-vous voler

J’avais fin et je n »ai volé que 6 pêches

Et bien vous resterez 6 jours en prison, un jour pour chaque pêche

Son mari avance et dit : Mr. Le juge , je l’ai vu voler aussi une canette de petits pois

-----------------------------------------------------------------

CHABBAT CHALOM DE MAGHEN ABRAHAM

DAVID HASSON

 

 

 

 

 

 

 

LIFECYCLE EVENTS

Celebrate a lifecycle event with us by sponsoring a Kiddouch

 

CONGREGATION MAGHEN ABRAHAM

 

Contact Us

Maghen Abraham
POB 111, Succ Snowdon, Montreal,

H3X 3T3
4894 St-Kévin 
Montréal, Québec, Canada 
Tel: 514-943-6779514-943-6779-943-6779. David Hasson-737-3695 

macommunaute@maghenabraham.com

 
Sat, September 26 2020 8 Tishrei 5781