Sign In Forgot Password

M A Weekly Bulletin - PARACHAT BEHAR ET PARACHAT BEHOUKOTAY :16 MAI 2020/21 IYYAR

05/15/2020 11:47:07 AM

May15

M.A. WEEKLY BULLETIN  2 PARACHIOT
   PARACHAT BEHAR ET PARACHAT BEHOUKOTAY           
                                           

SHABBAT TIMES
candle lighting  7:52 PM
chabbat morning :8:30  am
havdalla 9:04pm

 

 

 

PARACHAT BEHAR ET PARACHAT BÉHOUKOTAY

16 MAI 2020/ 21 IYYAR 5780

Nous lisons les 2 derrnières Parachiot du livre de Vaykra qui traitait principalement de sainteté , les sacrifices, les devoirs des Cohanim.

La semaine prochaine nous commençons la lecture du 4ème livre de la Torah qui s’intitule Bamidbar ou nombres qui nous enseigne comment Bn. Ysrael ont vécu 40 ans dans le désert, Chabbat chalom

 

 

 

Nous remercions tous ceux qui ont donné généreusement en répondant à l’appel

de la semaine passée pour couvrir les recettes manquées suite à la fermeture des Synagogues pendant Pessah et Chavouot Prière de continuer .

 

Dons de :

Nina et Moussa Saad à la mémoire de la mère de Moussa, Rachel Dweck Saad(ZL)

 

Lilly et Alfred Bilbul en honneur de Shavouot

 

Rakel et Ari Pimienta en mémoire de la grand-mère de

Rakel, Rachel Saad (ZL)

 

Johanne Gour pour une prompte guérison

 

Viviane et Léon Mosseri en mémoire du frère de Léon, joseph Mosseri (ZL)

 

Bon anniversaire à :Tania Sasson, Emile Sayegh et Isaac Zeitouné .

 

 

Yom yérouchalayim 28 IYYAR, cette année le vendredi 22 mai 2020

(Pas de Tahanunim dans les prières)

 

Cette journée célèbre la réunification de la ville de Jérusalem (en référence au verset Psaume 122:3 יְרוּשָׁלִַם הַבְּנוּיָה כְּעִיר שֶׁחֻבְּרָה לָּהּ יַחְדָּו.) après la conquête de Jérusalem par Tsahal au cours de la guerre des Six Jours le mercredi 7 juin 1967 (28 Iyar 5727), l'infanterie de Tsahal investit la Vieille Ville de Jérusalem. Les soldats arrivent au Mur occidental et le commandant de la région Centre, le général Mordehai Gur, déclare avec émotion « L'esplanade du Temple est dans nos mains ! ».

En 2009, elle s'est déroulée le 21 mai (c'est-à-dire le 27 Iyar au lieu du 28. Comme elle tombait un vendredi, elle a été avancée d'un jour. Il y avait de très nombreux adolescents avec des drapeaux, ainsi que plusieurs concerts en plein air, ce qui lui donnait un aspect très festif. Elle s'est terminée par un grand feu d'artifice sur les murailles de la vieille ville.

Lorsque Tsahal conquiert Jérusalem à l'issue des combats de la guerre de 1967 (le 28 Iyar 5727), Israël déclare officiellement « Jérusalem réunifiée et capitale éternelle et indivisible du peuple juif ». Le cessez-le-feu est décrété le 11 juin 1967. La Knesset adopte la proposition de loi sur l'administration de Jérusalem unifié le 27 juin.

Le 12 mai 1968, le gouvernement israélien proclame le 28 Iyar comme un jour férié en tant que « Journée de Jérusalem ». Le 23 mars 1998, la Knesset décide de faire de ce jour une fête nationale. La communauté juive la commémore comme la « libération » de la vieille ville et de ses lieux saints.

Comme pour la Journée de l'indépendance d'Israël, le Grand Rabbinat d'Israël a décrété que chaque année, la Journée de Jérusalem devrait être célébrée dans la joie, notamment par des prières et coutumes religieuses particulières.

 

 

Résumé Parachat Béhar-Béhoukotay

Sur le mont (« Béhar ») Sinaï, D.ieu communique à Moïse les lois de l'année sabbatique : chaque septième année, tout travail agricole devrait cesser et les produits de la terre sont à la disposition

de tous, homme et animal.

Sept cycles sabbatiques sont suivis de la cinquantième année appelée année du jubilé (« Yovel

»), pendant laquelle le travail agricole cesse, tous les esclaves sont remis en liberté et toutes les

propriétés terriennes de la Terre Sainte qui ont été vendus retournent à leurs propriétaires

originaux. La paracha nous donne ensuite des lois complémentaires concernant la vente des

terres, l’interdiction de léser dans le commerce et l’interdiction de l’usure.

Dans la Paracha de Bé’houkotaï, D.ieu promet que si nous gardons Ses

commandements, nous aurons la prospérité matérielle et vivrons en sécurité sur notreterre. Mais Il livre aussi un avertissement;de réprimande sévère et

persécution si nous abandonnons notre alliance

avec Lui. Néanmoins, D.ieu promet que;Même quand ils seront dans la terre de leurs

ennemis, je ne les jetterai pas loin; je ne les abhorrerai pas en les détruisant et en brisant

Mon accord avec eux; car je suis l’Eternel leur D.ieu."

 

 

 

 

-Deep Thoughts by Jack Handey

 

Next week we celebrate the giving of the Ten Commandments. It contains 613 laws.

Some are positive commands (do this) and some are negative commands (don’t do that). We

know that some positive commandments are performed by men and optional to women. Which

Mitzvot Lo Ta’ase (negative commandments) are commanded to men but not to women? (try to

figure it out before reading the answer below)

Spouse of a degree or position

I always found it interesting that certain spouses have a title. For example, the President’s

wife is the First Lady and the vice president’s wife is the Second Lady. Jews also seem to do this,

a Rabbi’s wife is often called a Rubissa, or Rebetzin or Rabanit. This is even if she is not

necessarily particularly learned, but just being the rabbi’s wife gives her that title. I wonder why a

rabbi’s wife gets a title. If she is learned she should have her own title, if she is unlearned, then

why give her a title? I also wonder why a doctor’s wife or lawyer’s wife does not have a title.

If the US elects a female president, then her husband would be the First Gentleman. I

wonder what title would be of the husband of a female rabbi.

-

 

MAXIMES DES PÈRES (PIRKÉ AVOT)

Chapitre V

1. Le monde a été créé en dix paroles. Mais que cela enseigne-t-il ? Une [seule] parole n’aurait-elle pas suffi ? [Non], c’est afin de sévir contre les pervers qui détruisent le monde créé en dix paroles, et de récompenser les justes qui édifient le monde créé en dix paroles.

 

2. Dix générations se sont succédé depuis Adam jusqu’à Noé. Cela montre la longanimité de Dieu ; car toutes ces générations avaient suscité Sa colère par leurs agissements, et ce n’est qu’à la dixième qu’Il les engloutit dans les eaux du déluge.

 

3. Dix générations se sont succédé depuis Noé jusqu’à Abraham. Cela montre la longanimité de Dieu ; car toutes ces générations avaient suscité Sa colère par leurs agissements, jusqu’à ce qu’à la dixième, survienne Abraham qui en récolta tout le salaire.

 

4. Abraham fut soumis à dix épreuves, et de toutes, il triompha. Cela démontre combien grand était l’amour qu’il vouait à Dieu.

 

5. Dix miracles furent accomplis en faveur de nos ancêtres en Égypte, et dix autres lors du passage de la mer Rouge. [Dieu a frappé les Égyptiens de dix plaies en Égypte, et de dix autres à la mer Rouge].

 

6. Par dix fois, nos ancêtres ont mis le Saint béni soit-Il à l’épreuve dans le désert, ainsi qu’il est dit : ‘‘Par dix fois, ils M’ont éprouvé (provoqué) et n’ont point obéi à Ma voix’’ (Nombres 14,22).

7. Dix miracles furent accomplis dans le Temple (de Jérusalem) en faveur de nos ancêtres : (1) jamais une femme n’avorta à cause de l’odeur de la viande des sacrifices ; (2) jamais la viande des sacrifices ne se détériorait ; (3) jamais ne vit-on une mouche dans l’abattoir ; (4) jamais une pollution involontaire ne souilla le grand prêtre le jour de Kippour ; (5) jamais les pluies n’éteignirent le feu de bois (qui brûlait sur l’autel) ; (6) jamais le vent ne parvint à dissiper la colonne de fumée (qui s’élevait de l’autel) ; (7) jamais ne fut-on contraint d’invalider l’ômer (mesure d’orge offerte au lendemain de Pèssah), ni les deux pains (d’offrande de prémices pour Chavouôt), ni les pains de proposition (déposés chaque Chabbat pour la semaine dans le Sanctuaire) ; (8) toujours le peuple, quoique comprimé (à cause du grand nombre de fidèles qui se trouvaient dans le Temple), pouvait se prosterner aisément ; (9) jamais serpent, ni scorpion ne pîqua quelqu’un à Jérusalem ; (10) jamais un homme en vint à dire à son compagnon : ‘‘La place qui m’est réservée est trop étroite pour que je puisse passer la nuit à Jérusalem.’’

8. Dix choses furent créées à la veille du Chabbat de la Création, entre jour et nuit. Ce sont : (1) l’embouchure du gouffre (qui engloutit Corah et son camp), (2) celle de la source (qui abreuva les enfants d’Israël dans le désert), (3) la bouche de l’ânesse (de Balaam), (4) l’arc en-ciel, (5) la manne, (6) le bâton (de Moïse),

(7) le chamir (pierre qui sert à couper d’autres pierres), (8) les Écritures (la Tora) et (9) l’écrit (gravé sur les Tables), (10) les Tables de l’alliance. Quelques-uns ajoutent : les mauvais esprits, la tombe de Moïse et le bélier d’Abraham. D’autres ajoutent encore : une paire de tenailles déjà forgée.

 

9. Sept choses distinguent le sage du sot : (1) le sage ne prend pas (de lui-même) la parole devant qui est plus grand que lui en sagesse [une version ajoute : et en nombre] ; (2) il ne s’insinue pas au milieu du propos de son interlocuteur ; (3) il ne répond pas avec précipitation ; (4) il interroge méthodiquement et répond avec pertinence ; (5) il place les questions premières en premier, et les dernières en dernier ; (6) quand il ne saisit pas quelque chose, il dit (honnêtement) : "je ne comprends pas", et (7) il admet ce qui est vrai. Le sot, lui, fait tout le contraire.

 

10. Sept sortes de châtiments sont infligées au monde pour sept formes de transgressions. (1) Si une partie du peuple donne la dîme et que l’autre s’y refuse, la sécheresse survient ; de sorte que les uns auront de quoi manger, tandis que les autres endureront la faim. (2) Si personne ne donne plus la dîme, la disette devient générale et porte partout la consternation. (3) Si personne ne prélève plus la hala (prélèvement de pâte), il survient une famine qui dévaste tout.

 

11. (4) La peste se déclare dans le monde lorsque ceux qui sont passibles d’une peine de mort énoncée dans la Tora ne sont pas soumis à la justice, et aussi, à cause des fruits de l’année sabbatique (qui seraient vendus au lieu d’être abandonnés aux pauvres). (5) L’épée (la guerre) dévaste le pays lorsqu’un procès est indûment ajourné ou lorsqu’il y a déni de justice, et lorsque la Tora n’est pas enseignée selon les règles d’interprétation.

 

12. (6) Les bêtes féroces ravagent la Terre lorsque les hommes parjurent et profanent le Nom divin. (7) L’exil survient à cause de l’idolâtrie, de l’inceste, des unions illicites et de la violation des lois du repos de la terre (lors de l’année sabbatique).

13. Il y a quatre périodes dans lesquelles la peste peut augmenter : à la quatrième et à la septième année ; à la fin de la septième année et à l’issue des fêtes annuelles. (1) À la quatrième année, à cause de la dîme non remise aux pauvres au cours de la troisième année ; (2) à la septième, à cause la dîme non remise aux pauvres au cours de la sixième année ; (3) à la fin de la septième, à cause des fruits de l’année sabbatique (qui sont commercialisés au lieu d’être abandonnés aux pauvres) ; (4) à l’issue des fêtes, à cause du (détournement des différentes parts qui reviennent de) droit aux pauvres.

 

14. Quatre lignes de conduite (fondamentales) sont observables chez l’homme. (1) Celui qui dit : « ce qui est à moi est mien et ce qui est à toi est tien. » C’est l’attitude de l’homme moyen. Certains disent que telle était l’attitude (des habitants) de Sodome. (2) Celui qui dit : « ce qui est à moi est tien, et ce qui est à toi est mien. » C’est l’attitude de l’ignorant. (3) Celui qui dit : « Ce qui est à moi est tien et ce qui est à toi est tien » C’est l’attitude du pieux. (4) Celui qui dit : « Ce qui est à toi est mien, et ce qui est à moi est mien. » C’est l’attitude du méchant.

 

15. Il y a quatre genres de tempérament (parmi les hommes). Celui qui est prompt à se mettre en colère mais prompt à se calmer compense son défaut par sa qualité. Celui qui est difficile à irriter mais également difficile à apaiser efface sa qualité par son défaut. Celui qui est lent à s’irriter et prompt à s’apaiser est un homme pieux. Celui qui s’irrite facilement et s’apaise difficilement est un méchant.

 

16. Il y a quatre genres d’élèves. Celui qui comprend vite et oublie vite : son avantage est effacé par son défaut. Celui qui comprend difficilement mais qui retient bien : son défaut est compensé par sa qualité. Celui qui comprend facilement et oublie difficilement peut être un sage. Celui qui comprend difficilement et oublie facilement : c’est un bien mauvais lot.

 

veut pas que d’autres le fassent, est un envieux (jaloux de ses prérogatives). Celui qui veut que d’autres donnent, mais ne donne pas lui-même, est un avare. Celui qui donne, et engage les autres à donner aussi, est un homme pieux. Celui qui ne donne pas et ne veut pas non plus que les autres donnent est un méchant.

 

18. Quatre attitudes prévalent envers le lieu d’étude. Il y a celui qui s’y rend mais n’en fait rien ; il a au moins le mérite de sa venue. Celui qui agit mais ne s’y rend pas ; il a au moins le mérite de son action. Celui qui s’y rend et en fait quelque chose ; c’est l’homme pieux. Celui qui ne s’y rend pas et pas plus n’agit ; c’est le méchant.

 

19. Quatre types de disciples se distinguent dans l’écoute des leçons des maîtres. Ils peuvent être comparés à l’éponge, à l’entonnoir, au filtre et au tamis. L’éponge absorbe tout ; l’entonnoir laisse échapper d’un côté ce qu’il reçoit de l’autre ; le filtre laisse couler le vin et retient la lie ; et le tamis, au contraire, laisse passer la poussière [de la farine] et garde la bonne farine.

20. Toute affection qui dépend de quelque chose, si la chose disparaît, l’affection disparaît. Toute affection qui ne dépend pas de quelque chose, ne disparaîtra jamais. Qu’est-ce une affection qui dépend de quelque chose ? C’est l’affection d’Amnon pour Tamar. Et qu’est-ce une affection qui ne dépend pas de quelque chose ? C’est l’affection entre David et Jonathan.

 

21. Toute controverse qui a pour but (de promouvoir) le Nom céleste (divin) finira par perdurer ; mais celle qui n’a point but le Nom céleste (mais des considérations intéressées) ne perdurera pas. Quel est l’exemple d’une controverse qui a pour but le Nom céleste ? C’est celui de la controverse entre Hillel et Chamaï. Et celui d’une controverse qui n’a pas pour but le Nom céleste ? C’est celui de la querelle menée par Corah avec ses partisans (contre Moïse et Aaron).

 

22. Quiconque rend la collectivité méritante, la faute ne retombe pas sur lui ; mais quiconque entraîne la collectivité dans la faute, l’opportunité du repentir ne lui sera pas accordée. Moïse était vertueux et rendait la collectivité méritante ; aussi le mérite de celle-ci lui fut-il attribué, comme il est dit : ‘‘Il [Moïse] a pratiqué la justice de Dieu, et a fait régner Ses lois en Israël’’ (Deutéronome 33,21). Jéroboam était un pécheur et a fait pécher la collectivité ; aussi l’impiété de celle-ci lui fut-elle imputée, ainsi qu’il est dit : ‘‘À cause des péchés que Jéroboam a commis, et qu’il a fait commettre à Israël’’ (I Rois 15,30).

 

23. Quiconque possède les trois vertus suivantes est un disciple d’Abraham notre père ; quiconque a les trois vices opposés est un disciple de Balaam l’inique. L’œil (le regard) bienveillant, l’humilité et la réserve caractérisent les disciples d’Abraham ; l’œil (le regard) malveillant, l’orgueil et l’insolence caractérisent les disciples de Balaam. Quelle différence entre la destinée des disciples d’Abraham et celle qui est réservée aux disciples de Balaam ! Les premiers jouiront du bien de ce monde, et hériteront du monde futur, ainsi qu’il est dit : ‘‘Je réserverai de grandes richesses à ceux qui M’aiment et Je remplirai leurs trésors’’ (Proverbes 8,21). Mais les disciples de Balaam auront la Géhenne en partage, et seront précipites dans l’abîme, ainsi qu’il est dit : ‘‘Et Toi, Éternel, Tu les précipiteras dans le gouffre de la perdition ; hommes sanguinaires et perfides, ils n’atteindront pas la moitié de leurs jours. Moi, au contraire, je place ma confiance en Toi’’ (Psaumes 55,24).

 

24. Yehouda, fils de Téima, disait : « Sois hardi comme le léopard, léger comme l’aigle, vif comme le cerf et puissant comme le lion, pour accomplir la volonté de ton Père qui réside dans les cieux. » Il disait aussi : « l’effronté ira à la Géhenne mais le timide ira au jardin d’Eden. Et : « Éternel, notre Dieu et Dieu de nos ancêtres, consens à rebâtir Ta ville (Jérusalem) bientôt et de nos jours (de notre vivant), et donne-nous part à Ta Tora [parmi ceux qui accomplissent ta volonté]. »

25. Il disait encore : « À cinq ans, [on est apte] à l’étude de la Bible ; à dix ans, à celle de la Michna ; à treize ans, à l’accomplissement des commandements ; à quinze ans, à l’étude du Talmud ; à dix huit ans, au mariage ; à vingt ans, à se vouer [à la vie professionnelle] ; à trente ans, à la puissance ; à quarante, à l’intelligence ; à cinquante ans, [on est apte] à donner des conseils ; à soixante ans, au statut d’ancienneté ; à soixante dix ans, à celui de la vénérabilité ; à quatre vingts ans à celui de la gloire [du surpassement] ; à quatre-vingt-dix ans, [on en arrive] à la méditation ; à cent ans, on est comme mort, comme n’appartenant déjà plus à ce monde. »

26. Ben Bag Bag disait : « Tourne et retourne-la (la Tora en tout sens), car tout est en elle ; scrute-la, vieillis et use-toi par elle et ne t’en sépare jamais ; car il n’est rien de mieux pour toi. » Ben Hé Hé disait : « La récompense est proportionnelle à l’effort. »

 

Big part of Parashat Béhoukotay talks about admonition / What is the purpose and why do we read it?

.

The Gemara teaches that whenever one does something wrong it is the obligation of

those close to him to admonish him to correct his ways. The Gemara places strict criteria on how

this is to be done and states that it is only considered a proper admonition if done out of love.

When we love and care about someone, we try to help them better themselves. It is people that

we don’t care about that we usually will tend to ignore their bad behaviors as we feel that it is not

our problem. This is may be why the gemara states that if we do not admonish someone, we are

liable. It means we are apathetic toward that person and do not love them, and we are obligated

to love and care about every one of God’s creations.

The Kli Yakar makes an interesting analogy to people that are on a boat. One man begins

to bore a hole in his room. If the other people don’t care about him and his section of the boat,

they may ignore him, but obviously his hole is going to affect all of them eventually. We should

think of our family, community and all of mankind as our brethren and care about them and be

interested in helping the entire world become a better place. Simply worrying about our own

needs and behaviors and ignoring what is happening around us and in the rest of the world is

bound to eventually catch up with us and affect us as well. This is why God started us off with

His own admonition of the people, to help us perfect our ways, because He loves us so dearly.

 

What is the Shemita year?

A. The Shemita year is similar to Shabbat. Shabbat, which occurs every seven days, is a

day of rest. By not working on Shabbat one demonstrates his faith in Hashem that He will sustain

him without that day's work. The Shabbat was proclaimed a day of rest, because Hashem stopped

creating the world on Shabbat. By not observing Shabbat one is demonstrating his disbelief that

Hashem was actually responsible for the creation of the world. Similarly, in the Shemita year

(every seven years) Hashem commands us not to work the land. By observing this law we are

demonstrating our faith in Hashem that He will provide for us even without working the land, and

we are declaring our belief that Hashem is the eternal God that is continuously providing for the

world's existence. We are asserting that the entire land belongs to Him and we are at His mercy.

So, together Shabbat and Shemita are declarations of two essential principles of our faith; that

Hashem created the world, and that He did not abandon the world after it was created, but He is

a constant and eternal force providing for our existence and the existence of the world. Shemita

is still observed today (in Israel) and that is why fruits and vegetables grown in Israel have a

rabbinical certification; it is to make sure they were grown in accord with the laws of Shemita and

Maasrot and Terumot (tithes and gifts to the priest and poor).

Why does the Torah specify that the laws of Shemita were taught on Har Sinai?

There is a midrash that explains that this is to teach us that just as Shemita was taught in

detail on Har Sinai, so too, all the Mitzvot were taught in detail on Har Sinai

If Shemita (the seventh year) is observed properly, how long is the crop of the sixth year

guaranteed to last?

The crop is guaranteed to last from Nissan of the 6th year until Succot of the 9th year.

 

PROVERBS:

The most important thing a father can do for his children is to love their mother.

Absence makes the heart grow fonder

Actions speak louder than words

A journey of a thousand miles begins with a single step

Don’t bite the hand that feeds you

Hope for the best, prepare for the worst

People who live in glass houses should not throw stones

Don’t criticize someone if you’re not perfect either

The enemy of my enemy is my friend

 

 

LE SOURIRE DU CHABBAT

Three sons of a Yiddishe Mama left their homeland, went abroad and prospered. They discussed the gifts they were able to give their ageing mother:

Avraham, the first son, said, "I built a big house for our mother."

Moishe, the second, said, "I sent her a Mercedes with a driver."

David, the youngest, said, "You remember how our mother enjoys reading the Bible? Now she can't see very well. I sent her a remarkable parrot that recites the whole Bible—Mama just has to name the chapter and verse."

Soon thereafter, a letter of thanks came from their mother:

"Avraham," she said, "the house you built is so huge. I live only in one room, but I have to clean the whole house. Moishe," she said, "I am too old to travel. I stay most of the time at home so I rarely use the Mercedes. And that driver has shpilkas—he's a pain in the tuchas. But David," she said, "the chicken was delicious!"

---------------------------------------------------

 

Today my rabbi knocked at my door asking for a small donation towards the local mikva. I gave him a glass of water

-----------------------------------------------------------------------

How does Moses make his tea? Hebrews it.

------------------------------------------------------------

 

What did the Jewish mother ask her daughter when the daughter told her she had an affair?

"Who catered it?"

----------------------------------------------------

 

My wife Miriam and I were happy for 20 years. Then we met.

 

--------------------------------------------------------------------------

 

 

When God was creating the world, He told the angels He was going to create an extra-special place called Israel. He described the beautiful hills, the verdant fields, the wonderful springs and rivers He planned to create. Then He described how the people who lived there would be smart and resourceful, and would create great cities, wonderful art, and amazing scientific innovations.

“Won’t the rest of the world be jealous, God, putting so many wonderful things inside Israel?” the angels fretted.

“Don’t worry,” said God, “wait until the world sees the neighbors I’m giving them!”

CHABBAT CHALOM

MAGHEN ABRAHAM

David Hasson

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

..

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LIFECYCLE EVENTS

Celebrate a lifecycle event with us by sponsoring a Kiddouch

 

CONGREGATION MAGHEN ABRAHAM

 

Contact Us

Maghen Abraham
POB 111, Succ Snowdon, Montreal,

H3X 3T3
4894 St-Kévin 
Montréal, Québec, Canada 
Tel: 514-943-6779514-943-6779-943-6779. David Hasson-737-3695 

macommunaute@maghenabraham.com

 
Wed, September 23 2020 5 Tishrei 5781