Sign In Forgot Password

M A Weekly Bulletin - PARACHAT EMOR - 9 MAI 2020 / 15 IYYAR 5780

05/08/2020 03:31:36 PM

May8

M.A. WEEKLY BULLETIN  PARACHAT EMOR
                 SPÉCIAL LAG BAOMER
                                           

SHABBAT TIMES
candle lighting  7:52 PM
chabbat morning :8:30  am
havdalla 9:04pm

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

..

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

PARACHAT EMOR 9 MAI 2020 / 15 IYYAR 5780

 

NOUS LISONS LE 4ÈME CHAPITRE DES PIRKÉ AVOT

VOUS TROUVEREZ LE TEXTE EN FRANÇAIS DANS CE BULLETIN

LAG BAOMER : LE LUNDI SOIR ET MARDI

(pas de Tahanunim dans les prières du mardi)

 

A tous nos membres et amis

Depuis la fermeture de la Synagogue, les dons sont presque inexistants . Dans notre budget annuel, nous ramassions une moyenne de $ 7,000.00 entre les prières de Pessah et celles de Chavouot. La fête de Chavouot sera célébrée dans 3 semaines exactement, et d’après les nouvelles, l’ouverture des Synagogues est encore non prévue .

Je vous demande d’être généreux et aidez nous à combler ce déficit .

en allant sur Donate et faire un don en ligne

C’est Lag Baomer bientôt . Que le mérite de Rabbi Chimon Bar Yohay vous protège et vous bénisse

 

BONNE FÊTE DES MÈRES

 

Emor - en bref

Lévitique 21, 1 - 24, 23

 

« Parle aux pontifes, fils d’Aharon et dis-leur »

La paracha de Emor (« Parle ») commence par l’énoncé des lois concernant les Cohanim (les « prêtres »), le Cohen Gadol (le « Grand-Prêtre ») et le service du Temple : un Cohen ne doit pas se rendre rituellement impur par le contact avec un cadavre, si ce n’est lors de la mort d’un parent proche. Il ne peut épouser une femme divorcée ou qui s’est déshonorée par la débauche. Le Cohen Gadol ne peut épouser qu’une femme vierge. Un Cohen atteint d'une difformité physique ne peut effectuer de service dans le Temple, de même qu’un animal atteint d’une malformation ne peut y être offert.

Un veau, un agneau ou un chevreau nouveau-né doit être laissé avec sa mère pendant sept jours. Il est interdit d’abattre un animal et sa progéniture le même jour.

La paracha énumère ensuite les Convocations Saintes, les fêtes du calendrier juif : le Chabbat hebdomadaire, le sacrifice pascal le 14 du mois de Nissan vers le soir et les sept jours de la fête de Pâque (Pessa’h) commençant le 15 Nissan. L’offrande du Omer sur les prémices de la moisson d’orge a lieu au second jour de la fête de Pâque à partir duquel, pendant quarante-neuf jours, a lieu le compte du Omer qui aboutit à la fête de Chavouot, le cinquantième jour. « Une commémoration de sonnerie de Choffar » a lieu le premier Tichri (Roch Hachana) ; le 10 Tichri un jour de jeûne solennel (Yom Kippour) ; la fête de Souccot pendant laquelle, à partir du 15 Tichri, on réside dans des cabanes et l’on prend les « quatre espèces » (palmier, myrte, saule et cédrat), suivie immédiatement par la fête du « huitième jour » de Souccot (Chémini Atséret).

La Torah évoque ensuite l’allumage de la Ménorah du Temple et le pain de proposition (Lé’hem Hapanim) placé chaque semaine sur la table du sanctuaire.

Emor se termine par l’incident lors duquel un homme fut exécuté pour blasphème et l’énoncé des peines applicables en cas de meurtre (la mort) et de blessure à son prochain ou dégradation de sa propriété (compensation financière).

© Copyright, all rights reserved. If you enjoyed this article, we encourage you to distribute it further, provided that you comply with Chabad.org's copyright policy

 

 

LAG BAOMER FESTIVITIES CANCELLED IN ISRAEL -

The Israeli Cabinet voted its approval on Wednesday night for unprecedented restrictions on Lag B’Omer celebrations, banning bonfires throughout the country and severely limiting the traditional lighting at Miron, in order to prevent spread of the coronavirus.

The ministers accepted a Health Ministry recommendation that no bonfires be permitted from this Thursday to Wednesday May 13, and that only three bonfires be allowed at the Kever of Rabbi Shimon bar Yochai spread over three days. Attendance at those lightings will be limited to 50 persons, to be overseen by the Ministry of Religious Affairs.

In addition, visits to Miron will be banned starting on this Thursday for the duration. Rental of lodgings to visitors will be prohibited, and fines imposed on violators, according to Kan news.

As a result, the huge crowds that turn out every year will not be allowed this year.

 

 

WHAT IS LAG BAOMER AND WHY DO WE CELEBRATE IT

Lag Ba'omer is a minor Jewish holiday that traces back not to antiquity, but to the Middle Ages. Marked on the 18th day of the Jewish month of Iyar, the modern festivities include making a bonfire and roasting potatoes, franks, marshmallows and other fire-friendly foods on the flames. Few may realize it, but what we're celebrating is the cessation of a vicious plague that carried off tens of thousands of yeshiva students more than 1,000 years ago – maybe.

 

Though the holiday is relatively new, this story starts in biblical times, when Jews were commanded to count the 49 harvest days from Passover to Shavuot. This was called Sefirat Ha'omer (“The counting of the Omer”). Lag Ba'omer is simply the 33rd day of this count, with “Lag” – lamed gimel – being the way Jews write the number 33.

Back then, the 33rd day of the Omer had no special significance.

However, since the 9th century, these 49 days became days of mourning over the deaths of the 24,000 students of Rabbi Akiva, who, according to the Talmud (Yevamot 62b), died between Passover and Shavuot of a plague. Thus, during the Omer, traditional Jews observed mourning rituals, which included a ban on shaving, getting haircuts or getting married. (When the Jewish communities in the Rhine Valley were decimated in 1096 and 1146 during the days of the Omer, these slaughters were added to the mourning observance.)

Back to the plague: In 13th-century Spain, the Talmudist Menachem Meiri wrote in a commentary on the Tractate Yevamot that according to a Gaonic tradition, the plague ended on Lag Ba'omer. That, therefore, was reason to mark the day with a celebration.

Mystical traditions

Bottom of Form

We first hear of celebrations marking that 33rd day of the count in the 15th century, in the writings of the important German rabbi Yaakov ben Moshe Levi Moelin, though it is not exactly clear in what way the day was marked.

In the 16th century, Rabbi Isaac Luria (“Ha'Ari”) decided that Rabbi Simeon bar Yochai, who according to (a false) tradition wrote the Kabbalistic book the Zohar, died on Lag Ba'omer, and on his deathbed he revealed to his disciples mystical traditions. From that time, Lag Ba'omer has been marked specially at Mount Meron, where bar Yochai is believed to be buried.

The Meronite celebration includes giving 3-year-old boys their first haircuts, lighting bonfires, singing and dancing.

Why the bonfire? It isn't about cooking; it's that fire symbolizes the light that is wisdom, spread by the great rabbi bar Yochai.

Children were and still are given bows and arrows to play with. This is likely due to influence of non-Jewish neighbors, but is explained by a midrash, which claims that, during the lifetime of Rabbi Simeon bar Yochai, no rainbows appeared. Thus, since the Hebrew word for rainbow and bow are one and the same – keshet – playing with bow and arrows is seen as a way of celebrating the life of the great sage.

This Meronite mode of celebrating Lag Ba'omer slowly spread from Safed to the rest of the Holy Land during the 17th century. In the 18th century it began to be practiced among Sephardi communities and later that century among Hasidic Jews in Eastern Europe. At some stage, Lag Ba'omer began to be celebrated as “Scholars’ Day,” with Jewish students getting the day off and going hiking and the like.

The Zionist reinterpretation

In the 19th century, Nachman Krochmal and other Jewish scholars began to hypothesize that the Talmudic verse concerning the death of the 24,000 students of Rabbi Akiva was a veiled reference to their death in battle, as part of the Bar Kochba revolt against the Romans (132–136 CE) and not a mysterious plague. An explanation that is not too dubious considering the fact that Rabbi Akiva and Bar Kochba were contemporaries and that the former supported the latter. This interpretation was adopted by the Zionist movement in the 20th century.

Haredim praying by the grave of Rabbi Shimon Bar Yochai during Lag Ba'Omer celebrations at Mt. Meron, May 18, 2014. AFP

The old religious rituals were reinterpreted to have secular historic meanings: Lag Ba'omer was celebrated because on that day Bar Kochba achieved a victory over the Romans, bonfires were lit because that is how this victory was signaled throughout the land, bow and arrows were used because that was one of the weapons Bar Kochba’s forces used to fight the Romans, and so on.

Thus, in our times the holiday is celebrated in three distinct ways: Secular Jewish children hold bonfires supposedly celebrating Bar Kochba; religious Jews celebrate the life of Simeon bar Yochai, in a great celebration drawing hundreds of thousands atop Mount Meron, but also in lesser celebrations elsewhere in Israel and abroad; and thirdly, Israeli universities took the old tradition of Lag Ba'omer as “Scholars' Day,” creating student day celebrations on campuses.

 

 

PIRKÉ AVOT / LES MAXIMES DES PÈRES

Chapitre IV

1. Ben Zoma disait : « Quel est (le vrai) sage ? C’est celui qui apprend de tout homme, ainsi qu’il est dit : ‘‘De tous ceux qui m’ont enseigné, je me suis enrichi’’ (Psaumes 119,99). Quel est (le véritable) héros ? C’est celui qui domine son appétence, ainsi qu’il est dit : ‘‘Celui qui réprime sa colère est plus fort qu’un puissant, et l’homme qui se domine surpasse celui qui conquiert une ville’’ (Proverbes 16,32). Quel est (le vrai) riche ? C’est celui qui se satisfait de son sort, ainsi qu’il est dit : ‘‘Lorsque tu te nourris du travail de tes mains, c’est un bonheur et un bien pour toi’’ (Psaumes 128,2) ; ‘un bonheur’, c’est être heureux dans ce monde et ‘un bien’, (c’est le bien réservé) pour le monde futur. Qui est digne de respect ? Celui qui respecte les humains, ainsi qu’il est dit : ‘‘J’honore ceux qui M’honorent mais ceux qui Me méprisent seront méprisés’’ (I Samuel 2,30). »

2. Ben Azaï disait : « Accomplis avec le même empressement les préceptes commodes et les préceptes sévères, et fuis la transgression ; car l’accomplissement d’un commandement entraîne l’accomplissement d’un [autre] commandement, tandis qu’une transgression entraîne une [autre] transgression. Et la récompense pour l’accomplissement d’un commandement est le commandement, et la rétribution d’une transgression est la transgression. »

3. Il disait aussi : « Ne sois dédaigneux envers personne, et ne méprise aucune chose ; car il n’est point d’homme qui n’ait son heure, ni d’objet qui n’ait sa (juste) place. »

4. Rabbi Lévitas de Yavné disait : « Sois extrêmement humble ; car la destinée de l’homme, c’est de devenir la pâture des vers. »

5. Rabbi Yohanan, fils de Broka, disait : « Quiconque profane le Nom céleste (divin) en secret aura à en rendre compte publiquement ; au regard d’un tel sacrilège, avoir agi par insouciance ou préméditation revient au même. »

6. Rabbi Yichmâel, son fils, disait : « Celui qui étudie la Tora pour l’enseigner parvient à s’y instruire et à l’enseigner ; mais celui qui l’étudie pour l’appliquer parvient à s’y instruire, à l’enseigner, à la conserver et à l’accomplir. »

7. Rabbi Tsadok disait : « Ne fais pas des paroles de la Tora une couronne pour t’en enorgueillir ni une pioche pour creuser. Car ainsi a dit Hillel : ‘‘Celui qui se sert de la couronne de la Tora comme instrument périra.’’ D’où l’on conclura que celui qui tire un profit mercantile des paroles de Tora ôte sa vie du monde. »

8. Rabbi Yossé disait : « Celui qui honore la Tora, sa personne physique sera honorée des hommes, mais qui bafoue la Tora, sa personne physique sera méprisée des hommes. »

9. Rabbi Yichmâel, son fils, disait : « Celui qui évite les procès se prémunit de la haine, du vol et du parjure. Le maître qui tire vanité de ses fonctions est insensé, mauvais et grossier. »

10. Il disait aussi : « Ne juge jamais seul, car il n’appartient qu’à Celui qui est unique [Dieu] de juger seul ; et ne dis pas [aux juges qui siègent avec toi] : ‘‘Rangez-vous à mon avis’’, car ce sont eux qui sont en droit, et non toi. »

11. Rabbi Yonatan disait : « Celui qui accomplit la Loi de Dieu dans l’indigence, finira par l’accomplir dans l’opulence ; et celui qui la néglige dans l’opulence, finira par la négliger dans l’indigence. »

12. Rabbi Méir disait : « Restreins tes occupations (mondaines), pour t’occuper davantage de l’étude de la Tora. Sois humble au regard de toute personne. Si tu commences à négliger l’étude sacrée, tu te retrouveras chaque fois avec de nouveaux empêchements, mais si tu t’en occupes avec zèle, Dieu te réserve une grande récompense. »

13. Rabbi Eliêzer, fils de Yaâkov, disait : « Pour chaque commandement accompli, l’homme acquiert un défenseur, et pour chaque faute commise, un accusateur. Le repentir et les bonnes actions forment un bouclier contre l’adversité. »

14. Rabbi Yohanan le cordonnier disait : « Toute association (de personnes) qui a pour objet le Nom céleste (divin) finira par perdurer ; mais celle qui n’a point pour objet le Nom céleste (mais des considérations bassement intéressées) ne perdurera pas. »

15. Rabbi Elâzar, fils de Chamouâ, disait : « Que la dignité de ton disciple te soit aussi chère que la tienne ; que la dignité de ton compagnon soit comme la déférence envers ton maître ; et que la crainte (considération) révérencielle pour ton maître soit aussi grande que celle que tu voues envers Dieu. »

16. Rabbi Yehouda disait : « Sois circonspect dans l’enseignement, car une erreur par inadvertance commise dans l’enseignement équivaut à une faute préméditée. »

17. Rabbi Chimôn disait : « Il y a trois couronnes : la couronne de la Tora, la couronne de la prêtrise et la couronne de la royauté. Mais la couronne d’une bonne renommée surpasse toutes les autres. »

18. Rabbi Nehoraï disait : « Tâche de t’exiler vers un lieu de Tora ; ne te figure pas que c’est elle qui viendra à toi ou que tes compagnons feront le travail d’étude à ta place et te le soumettront ; et surtout ne te fie pas à ta seule réflexion. »

19. Rabbi Yanaï disait : « Ni la prospérité des pervers, ni la souffrance des justes ne sont entre nos mains. »

20. Rabbi Matia, fils de Harach, disait : « Sois le premier à saluer tout homme. Mieux vaut te tenir à la queue des lions qu’à la tête des renards. »

21. Rabbi Yaâkov disait : « Ce monde-ci est comparable à un vestibule qui donne sur le monde futur ; prépare-toi dans le vestibule, pour que tu puisses entrer dans l’intérieur du palais. »

22. Il disait aussi : « Une heure de repentir et de bonnes actions en ce monde est plus belle que toute la vie du monde à venir ; mais une heure de félicité dans le monde à venir est plus belle que toute la vie en ce monde. »

23. Rabbi Chimôn, fils d’Elâzar, disait : « N’essaie pas d’apaiser ton prochain quand il est encore dans le feu de sa colère ; ne cherche pas à le consoler tant que la dépouille (du défunt qu’il pleure) est devant ses yeux ; ne lui demande pas (de contrevenir à) ce dont il a fait vœu ; et ne cherche pas à l’épier en situation de faiblesse. »

24. Chemouèl le Petit disait : « Quand ton ennemi tombe, ne t’en réjouis pas ; et s’il trébuche, que ton cœur ne s’en égaie point. Car l’Éternel pourrait mal le considérer, et détourner Sa colère de ton ennemi (pour la diriger contre toi). »

25. Elichâ, fils d’Avouya, disait : « À quoi peut être comparé celui qui étudie la Tora dans sa jeunesse ? À une écriture tracée sur un parchemin neuf ; et à quoi peut être comparé celui qui étudie la Tora dans sa vieillesse ? À une écriture tracée sur un palimpseste (parchemin réutilisé). »

26. Rabbi Yossé, fils de Yehouda, du village du Babylonien, disait : « À quoi peut être comparé celui qui est instruit par un jeune homme ? À quelqu’un qui mange des raisins verts et boit du vin sorti du pressoir ; et à quoi peut être comparé celui qui est instruit par un ancien ? À un homme qui mange des raisins mûrs et boit du vin vieux. »

27. Rabbi disait : « Ne considère pas le récipient, mais ce qu’il renferme : il y a des barils neufs remplis de vin vieux, et de vieux barils qui ne contiennent pas même de vin neuf. »

28. Rabbi Elâzar Ha-kapar disait : « La jalousie, l’ardeur du désir, et la recherche des honneurs expulsent l’homme hors du monde. »

29. Il disait aussi : « Ceux qui naissent sont destinés à mourir, ceux qui meurent à ressusciter ; les vivants vont au jugement, afin que l’on sache, que l’on annonce et que l’on prenne conscience qu’Il est le Dieu qui forme, crée, perçoit, est juge, témoin et partie, et qu’un jour Il rendra Son verdict. Béni soit Il, Celui chez qui il n’est point d’injustice, ni privilège, ni oubli, ni acception de personnes, ni corruption, car tout Lui appartient. Sache bien que tout est pris en compte mais que tout dépend de nos actions. Et ne te fais guère d’illusion en espérant que la tombe sera un refuge pour toi, car c’est malgré toi que tu as été créé et malgré toi que tu es né, c’est malgré toi encore que tu vis et malgré toi que tu meurs, c’est malgré toi enfin que tu auras un jour à rendre compte devant le Roi des rois, le Saint béni Soit Il. »

 

 

Emor Quiz

1) Q. How does the Torah restrict the Kohen Gadol with regard to mourning?

A. He may not allow his hair to grow long, nor attend to his close relatives if they die, nor accompany a funeral procession.

2) Q. The blowing of the Shofar on Rosh Hashanah is called a "Zichron Teruah" (`sound of remembrance'). What is the reminder?

A. Traditionally it is taught that it is a reminder of the "Akedat (binding of) Yitzhak." This is because when Abraham realized that he was not required to slaughter his son he found a ram and sacrificed the ram instead. The Shofar is traditionally (usually) made from a ram's horn.

3) Q. What is unusual about the wood of the Etrog tree?

A. Traditionally, it has the same taste as the fruit. (Sukka 35a)

4) Q. What is the penalty for intentionally wounding one's parent?

A. Death by strangulation.

5) Q. "You shall afflict your souls on the ninth day of the month in the evening (Yom Kippur)" (23:32). What is the law of eating on the ninth of Tishre, the day before Yom Kippur?

A. If one eats and drinks a lot on the ninth of Tishre, the Torah views it as if he has fasted both on the ninth and the tenth of Tishre.

6) Q. "If the daughter of a Kohen commits adultery...she shall be consumed by fire" (21:9). How is she executed?

A. The Gemara (Pesahim 72a) explains that she is not really burned with fire. Instead. her insides are burned, leaving her body intact. This is similar to the death of Aharon's sons.

7) Q. Who was the Blasphemer mentioned in the parasha?

A. According to the Midrash, the Blasphemer's father was the Egyptian that Moshe had killed in Egypt. When he saw the Egyptian beating an Israelite to death for no reason, Moshe killed the Egyptian, to save the Israelite. A woman named Shelomit, from the tribe of Dan, gave birth to that Egyptian's son. In the desert, this man wanted to build his tent in the Tribe of Dan (his mother's tribe). The people told him he is not allowed because membership into a tribe was determined by one's father, not one's mother. He was upset and went to Moshe's court for a ruling, and Moshe said that the tribe was correct about the law. He was angered and went back to the tribe. He asked them who his father was and they told him that his father was the Egyptian killed by Moshe. He asked them how Moshe killed his father, and they told him by using Hashem's 'special' name. Immediately he blessed Hashem (instead of saying cursed Hashem, we say blessed and it is understood that it means cursed). This Midrash is likely teaching the sensitivity one must have when dealing with other people.

 
 
 
 

PROVERBES DU TALMOUD ET PIRKÉ AVOT

Sois patient lorsque tu juges quelqu'un, et ne te hâte pas de le condamner.
Sois la queue des lions et non la tête des renards.
Jette un bâton en l'air, il retombera à la même place.
Ne juge pas ton prochain avant de te trouver à sa place.
.Si ton épouse est petite, penche-toi vers elle.
Il n'est pas de livre plus fermé que cœur d'une femme.
Une amitié qui a pu vieillir ne doit pas mourir.Demande un conseil à ton ennemi, et fais le contraire.
Le doute gâte la foi, comme le sel gâte le miel.
Que nul ne boive de telle coupe en portant les yeux sur telle autre.
 

THE SHABBAT SMILE:

A man is laying on the operating table, about to be operated on by his son, the surgeon.

The father says, "Son, think of it this way ... If anything

happens to me, your mother is coming to live with you."

-------------------------------------------------

  1. all the instant messaging and texting lingo going around - with abbreviations like "LOL" and "OMG" and "BTW" - I asked a young lady named Karen if she would be going to shul this Shabbat, and with whom ,and she replied to me "JFK."

    "JFK? What does that mean?", I asked. She answered : Just for Kiddush

Pacing back and forth, a man was getting really anxios about his imminent operation.

His wife asked him: "What's the matter? Why are you getting so worked up?"

He replied: "I heard one of the nurses say 'It's a very simple operation, don't worry, I'm sure you'll be all right.'"

"She was just trying to comfort you," said his wife. "What's so frightening about that?"

"She was talking to the surgeon CHABBAT CHALOM

MAGHEN ABRAHAM

 

LIFECYCLE EVENTS

Celebrate a lifecycle event with us by sponsoring a Kiddouch

 

CONGREGATION MAGHEN ABRAHAM

 

Contact Us

Maghen Abraham
POB 111, Succ Snowdon, Montreal,

H3X 3T3
4894 St-Kévin 
Montréal, Québec, Canada 
Tel: 514-943-6779514-943-6779-943-6779. David Hasson-737-3695 

macommunaute@maghenabraham.com

 
Sat, May 30 2020 7 Sivan 5780