Sign In Forgot Password

M A Weekly Bulletin - PARACHAT VAYIKRA / ZAKHOR 16 MARS 2019/ 9 ADAR CHENI 5779

03/15/2019 12:52:18 PM

Mar15

 

  •  

    CHABBAT VAYKRA / ZAKHOR = 16 MARS 2019- 9 ADAR CHENI 5779

    Nous sortons 2 Séfarim, le premier pour Vayikra et le second pour Chabbat Zakhor - Petihat Hahékhal : Henri Romano

     

    POURIM 2019 / 5779 Le soir du mercredi 20 mars ,

    le jeudi 21 mars :Michté Pourim ,

    et le vendredi 22 mars : Chouchan Pourim

     

     

     

     

    LE JEUNE D’ESTHER : MERECREDI 20 MARS
    DÉBUT 5 :41 AM , FIN 7 :36 PM
    MINHA LE 20 MARS À 6 :45 PM, SUIVIE PAR ARBIT ET LA
    LECTURE DE LA MÉGUILLA qui se terminera vers 7 :45 pm

     

     

    Le buffet des enfants sera ouvert à 6 :45 pm pour permettre aux enfants de manger pendant que le Kahal, prie Minha et Arbit. Ensuite les enfants se joindront au Kahal pour la lecture de la Méguilla

    Nous demandons aux parents d’emmener les enfants à 6 :45 pm

     

    Il y aura des surprises pour les enfants déguisés, MAGICIEN ,PETITS BIJOUX

    1. et un régal préparé par BeSo .


    VERS 7 :45 PM, LA CÉLÉBRATION ET LE PARTY DE POURIM COMMENCENT
    COCKTAIL DINATOIRE COPIEUX PRÉPARÉ PAR BESO

    ET OFFERT PAR MAGHEN ABRAHAM
     

     

     

     

     

     

    LA PARACHA EN BREF :

    D.ieu s’adresse à Moïse de la Tente d’assignation pour lui communiquer les lois régissant les offrandes apportées au Sanctuaire. Elles comprennent :

    - L’holocauste (olah) qui, après son abattage, est entièrement consumé sur l’Autel, « odeur agréable à l’Eternel ».

    - L’oblation (min’ha), offrande de fleur de farine, d’huile et d’encens, dont il existe cinq sortes.

    - Le sacrifice de paix (chelamim) dont la viande est consommée par celui qui l’apporte après que certaines parties en ont été brûlées sur l’Autel et d’autres, données aux Cohanim (les prêtres).

    - Les sacrifices d’expiation (‘hatat) des fautes commises par le Grand Prêtre, par la communauté toute entière, par le Roi ou par un particulier.

    - Le sacrifice de culpabilité (acham) qu’apportent notamment celui qui détourne de leur usage des biens du sanctuaire, celui qui est en situation de doute quant à une transgression qu’il a pu commettre ou encore celui qui a commis une « trahison envers D.ieu » en jurant de façon mensongère, à propos d’argent qu’on lui réclame, au détriment de son prochain.

    © Copyright, all rights reserved. If you enjoyed this article, we encourage you to distribute it further, provided that you comply with Chabad.org's copyright policy

     

     

    LA NOTION DES SACRIFICES

    [D.ieu dit Moïse :] « Lorsqu’une personne apportera un sacrifice… » Lévitique 1,2

    La notion de sacrifice semble contraire à la conception juive de D.ieu : D.ieu n’a nul besoin de « consommer » nos sacrifices ou d’être « soudoyé » par eux. Et cependant, nous voyons dans la présente section de la Torah que D.ieu n’accepte pas seulement les sacrifices, mais fixe encore leurs rituels, laissant ainsi bien entendre qu’Il les désire !

    En fait, le mot hébreu korbane – traduit par « sacrifice » ou « offrande » – signifie « se rapprocher ». Bien que les sacrifices soient généralement associés à l’expiation d’une faute, les premiers sacrifices mentionnés dans la présente section sont des offrandes volontaires, qu’un individu apporte à D.ieu non pour expier une faute, mais de par son désir de se rapprocher de Lui. Il est vrai que certains des sacrifices sont des offrandes expiatoires. Cela signifie simplement que D.ieu nous appelle tous à nous rapprocher de Lui – pas seulement ceux qui sont dénués de faute – à tout moment.

    De nos jours, en l’absence du Tabernacle (ou de son successeur permanent, le saint Temple de Jérusalem), trois voies nous sont offertes pour nous rapprocher de D.ieu : l’étude de la Torah – en particulier ses enseignements relatifs aux sacrifices ; la prière – la liturgie élaborée d’après les rituels des sacrifices ; et les actes de charité et de bonté.

     

     

    Is it wasteful to send many Mishloach Manot?

    NO! Maimonides teaches us the laws of Purim regarding Mishloach Manot and Matanot La’evyonim. He writes that: “Every adult is obligated to send to a friend 2 types of meat or 2 cooked foods or 2 of any food as it says [in Megilat Esther] “and the sending of gifts, man to his friend”, 2 gifts to one friend, and the more one sends to friends, it is praiseworthy. And one must also give gifts or food to poor people on the day of Purim to not less than 2 poor people and to give one gift to each person as it says [in Megilat Esther] and gifts to the poor”. One should give more for gifts to the poor than one spends on Mishloach Manot or on the Seuda for there is nothing more joyous or wonderful than to gladden the paupers, orphans, widows, and converts, for the one who gladdens these people is similar to the Shechina itself (i.e. God)

    Some people are concerned that it is a waste of food to give Mishloach Manot. In reality it is an important Mitsva that brings the community closer together by sharing food with each other. Of course, giving charity to the poor on Purim day is very important as well and Rambam teaches that one should allocate more money to that than to mishloah manot

     

    How important is the mitzva of Matanot La’evyonim?

    We are required to give Matanot La’evyonim or gifts to the poor. It is an important Mitzva on Purim (some might say the most important) to make sure that everyone has the means to enjoy the holiday and celebrate Hashem’s salvation together. Toward this goal, we give charity early Purim day to all who are in need, so that they can buy food for their Seuda comfortably. One gift minimum to a minimum of two needy people is required to fulfill one’s obligation. The gifts should be enough for at least 1 regular meal each. Of course, giving more is better. In Yehave Da’at Rabbi Ovadia Yosef quotes Maimonides description of the Mitzva of Matanot La’evyonim – Gifts to the Poor – on Purim day: “The eyes of the poor look with anticipation to the Megilla reading because they know that during the reading, due to the great love it engenders of the miracles that God brought, the heart opens up toward the benefit of the poor”. This is one reason we don’t read the Megilla on Shabbat as we cannot give Matanot La’evyonim on that day, so we push off the reading of the megilla.

     

     

    RÉSUMÉ DE LA FETE DE POURIM

    La fête de Pourim débute le soir du 14 adar et finit le soir du 15 adar (tombe en mars ou avril sur le calendrier géorgien) et commémore les événements décrits dans le Livre d’Esther, dont la rédaction peut être approximativement datée au IVesiècle avant notre ère. C’est une fête rabbinique dont l’histoire précède celle de Hanouka (autre fête rabbinique, non biblique). Alors que Hanouka se situe à l'époque du Second Temple de Jérusalem, Pourim remonte à l'exil babylonien, qui a duré depuis la destruction du Premier Temple de Jérusalem jusqu'à la construction du Second.

    Le roi Ahachvéroch répudie sa femme Vachti

    Après la destruction du premier Temple de Jérusalem, les juifs vivaient en exil sous domination Perse, dont l'empire s'étendait sur tout le monde antique. La capitale de cet empire était Chouchane (ou Suse, actuelle Elam, en Iran). L’histoire de Pourim se déroule lors du règne de Ahachvéroch . En bon roi qu’il était, il décide d’organiser un grand festin pour ses sujets, et demande à son épouse, la reine Vachti, de se montrer dévétue devant ses invités. En bonne femme qu’elle était, Vachti refuse. . Ahachvéroch s’énerve et divorce, .Des recherches sont donc organisées pour trouver une nouvelle femme à Ahachvéroch.

    Le pieux MORDEKHAI et sa cousine ESTHER, future reine

    MORDEKHAI, , juif pieu et dirigeant spirituel des Juifs en exil, travaillait à la cour du roi. Il vivait avec sa cousine orpheline Esther (Hadassah). Mordekhai craignait le jour où Esther serait appelée à se présenter à la cour du roi (dans le cadre du grand concours «nouvelle Reine pour le Super Ahachvéroch !!»), car il savait qu'il ne pourrait pas la cacher longtemps. Finalement, les autorités entendirent parler d'Esther et vinrent la chercher pour la conduire au palais royal. Comme personne ne s’en doutait : c’est Esther que Ahachvéroch choisit pour reine, parmi des milliers de femmes toutes plus belles et apprêtées les unes que les autres, elle qui n’avait rien demandé !! Mais c’est un mal pour un bien, comme nous allons le découvrir :D

    Sur les conseils de son oncle, Esther garde son identité juive secrète.

    Pendant ce temps là… Mordekhai sauve secrètement la vie d’ Ahachvéroch Travaillant à la cour du Roi, Mordékhai entend par hasard deux gardes du roi comploter l’assassinat de Ahachvéroch. Avec l’aide de Esther, Mordékhai déjoue l’assassinat et l’évènement est consigné dans les « Chroniques Royales » sans qu’ Ahachvéroch n’en soit informé.

    Le méchant HAMAN, premier ministre du roi

    Entre en scène Haman, homme qui devient premier ministre de Ahachvéroch et décrète que tout le monde doit se prosterner devant lui. Or Mordékhai refuse, car il ne se prosterne que devant Dieu. Voilà un excellent prétexte pour le méchant et antisémite Haman: il décide donc d’exterminer tout le peuple juif. . Haman se plaint au roi du comportement des juifs, qui refusent de se plier aux « lois », il soudoie le roi qui le laisse préparer un décret pour tuer les juifs. Haman a pour objectif de «détruire, exterminer et anéantir tous les juifs jeunes et vieux, enfants et femmes, en un seul jour», il tire même la date au sort, ce sera le 13 du mois de Adar.

    . Le « petit coup de pouce » de Esther

    En entendant les nouvelles relatives à la destruction du peuple juif , Mordékhai,jeûne et prie. Il informe Esther du plan diabolique de Haman et lui demande d’aller implorer la pitié du roi. Esther craint d’approcher le roi sans y avoir été invitée, car l’on peut être mis à mort pour ceci. Mordékhai insiste et lui explique la gravité de la situation, il la convainc d’accomplir sa mission. Elle accepte de risquer sa vie et s’approche du roi. Esther demande avant cela à Mordékhai que tout le peuple juif prie et jeûne pendant 3 jours.

    Esther invite le roi et Haman à deux jours de festin, sans dévoiler ses motifs. La veille du premier festin, troublé par la situation, Ahachvéroch se fait lire les annales royales pour occuper ses insomnies et prend connaissance de sa dette envers Mordékhai,qui, rappelon le lui a sauvé la vie.

    La chute de Haman, la victoire des juifs

    Lors du premier jour de festin, Ahachvéroch demande à Haman « Que devrais-je faire pour honorer quelqu’un ? ». Pensant que le roi parlait de lui, Haman suggère que la personne soit vétue d’habits royaux, qu’elle monte un cheval et soit conduite à travers la ville de façon glorieuse. Ahachvéroch écoute une fois de plus les conseils de son premier ministre, et demande donc à Haman… de faire tous ces honneurs à Mordékhai, qu’il hait tant!! Lors du deuxième jour de festin, Esther dévoile au roi son identité juive et le décret d’extermination des juifs prévu par Haman. Ahachvéroch est outragé et change le décret, il envoie Haman sur la potence initialement prévue pour Mordékhai. . Plus précisément : Haman réalisant que tout est perdu pour lui se « jette » sur Esther pour implorer sa pitié. Le roi pense que Haman essaie de charmer la reine, et c’est pour cela qu’il est condamné à mort.

     

    La victoire des juifs et la fête de Pourim

    Comme l’original du décret contre les juifs avait été scellé par le sceau du roi (Haman en avait l’autorisation), d’après la loi perse, le décret ne pouvait être annulé. Ahachvéroch instaure donc un nouveau décret qui autorise les juifs à se défendre contre leurs assaillants. Après un jour de batailles (deux à Chouchan/Suse), les juifs sont victorieux. Pourim est fêté le jour de la victoire : le 14 adar dans les villes non fortifiées, et le 1adar (car 2 jours de bataille) dans les villes fortifiées (en particulier à Jérusalem), car Chouchan était une ville fortifiée.

     

     

    PROVERBES :

    Il ne faut pas préparer la poêle avant d'avoir le poisson.

    Si tu es propre, on le verra par le seuil de ta porte.

    Abeille qui reste au nid n'amasse pas miel

    L'amitié, c'est l'amour en habits de semaine.

    Deux choses que les parents doivent offrir à leurs enfants : les racines et les ailes.

    Un parapluie ne sert à rien quand on a les pieds dans la boue

    La vraie valeur de l'homme est le bien qu'il fait dans le monde.

    Ce qui se cuit à la maison se mange à la maison.

    Ne fais pas l'éloge d'un jour avant son crépuscule,

    Ce que Dieu a donné ne peut être repris, ce que Dieu n'a pas donné tombe des mains

    Si tu donnes, oublie ; si tu reçois, rappelle-toi

     

    THE SHABBAT SMILE :

     

    A father’s memory
    [My thanks to BMS for the following]
    Benjy is visiting a shopping centre one day when a beautiful woman comes up to him and with a smile on her face says, "Hello!"
    Benjy looks at her and can’t remember seeing her before.
    Noticing the blank look on his face, she thinks she must be mistaken and apologizes. "I'm really sorry," she says, "but when I first saw you, I thought you were the father of one of my children." She then walks away.
    Benjy at first thinks, "What’s the world coming to when a woman can't keep track of the fathers of her children?"
    Then he panics, thinking, "But just because I don't remember her, what if she was at one of the wild parties I attended when I was at University? Maybe I did father her child."

    So he catches up with her and asks, "Are you the girl I met at a party at Oxford University and then we got really drunk
    "Oh no", she replies, with a horrified look on her face, "I'm your son's second grade teacher.

     

    The easy way out
    Lionel and Judith had just returned home from a party.
    Judith said, “Do you realise what you did tonight, Lionel?”
    “No I don’t,” Lionel replied, “but I'll admit I was wrong. What did I do?”

     

    Shlomo and Hette had been living apart for a number of weeks and decided to visit their Rabbi to see whether he could help solve their problems and save their marriage. Following some lengthy counselling with the Rabbi they made a brief attempt to reconcile their differences, but in the end they failed. They quickly decided to end their union.
    In court to finalize their separation, the judge asks Shlomo, "So tell me, what has brought you to the point where you are unable to keep your marriage going?"
    Shlomo replies, "In the seven weeks we've been back together, your honour, we just haven't been able to agree on one little thing."
    Hette interrupts, "He means eight weeks, your honour!"

     

    Abe was well known for his meanness and his ‘eye for a bargain’. One day he was looking for a cheap wedding present for his niece, so he went into a gift shop . As he was walking around, he noticed what was previously an expensive glass crystal vase lying in the corner. It was in 3 pieces. After some haggling with the owner, Abe bought the broken vase for $1. He then filled in the congratulations card, wrote out his niece’s name and address and gave the owner a further $10 so that the broken vase could be gift wrapped and posted. Abe then left the shop feeling quite pleased with himself. He expected his niece to think the vase had broken in the mail.
    A few days later, he rang his niece to see if the present had arrived.
    “Yes, Uncle Abe, but unfortunately, it was in 3 pieces when it was delivered.”
    “What terrible luck.” said Abe, “The Royal mail is getting worse all the time.”
    “It’s a shame,” she replied. “It was so beautifully wrapped. Each piece separately.”

     

    CHABBAT CHALOM POURIM SAMEYAH

    MAGHEN ABRAHAM

    David Hasson

LIFECYCLE EVENTS

Celebrate a lifecycle event with us by sponsoring a Kiddouch

 

CONGREGATION MAGHEN ABRAHAM

 

Contact Us

Maghen Abraham
POB 111, Succ Snowdon, Montreal,

H3X 3T3
4894 St-Kévin 
Montréal, Québec, Canada 
Tel: 514-943-6779514-943-6779-943-6779. David Hasson-737-3695 

macommunaute@maghenabraham.com

 
Sun, October 13 2019 14 Tishrei 5780